d_cret_GaLa République française appelait, et appelle toujours les Barbets par le biais d'associations pseudo-culturelles  niçoises, brigands alors que ce sont des héros morts pour la liberté de leur pays.
Outre les fusillés, il convient de citer également les Barbets en fuite pourchassés par les autorités françaises qui avaient pris les dispositions suivantes : " Arrêté d' ELIMINATION du Ministre de la Police Générale du dix-neuf Germinal, An neuf de la République Française".
Les Bleus clouèrent le cadavre de l'un d'eux dit "Lalin" sur la porte de sa propre mère à l'Escarène, avant de l'exposer à Nice à la grande fureur de la population. La France les appela bandits (comme il n'y a pas si longtemps l'occupant allemand et les collaborateurs qualifièrent les résistants de terroristes) alors que tous avaient un métier et que l'on trouve même parmi les suppliciés et les fugitifs de l'An neuf, un notaire, un pharmacien, un orfèvre, un officier, un prêtre, un limonadier, un cordonnier, des cultivateurs, tous les représentant de la société civile du Pays de Nice, à l'époque!


Pays de Nice 1792-1814 (Honneur aux Barbets)
envoyé par Libera_Nissa. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.