carte_republica Notre identité est appréciée et défendue par la très grande majorité des Niçois. Pour beaucoup, la sensation de ne pas entrer dans le stéréotype du français moyen, est une source de jubilation. Il n'y a qu'à voir notre défiance vis à vis des habitants de l'arrondissement de Grasse (qui est réciproque) et la très provençale région PACA . Cette identité, aussi appelée "particularisme niçois" a toujours été le ciment social, qui nous apporte, à juste titre, le sentiment d'appartenir à une communauté à part et bien définie. Peu importe qu'on soit "de souche", patron, ouvrier ou chômeur... On est Niçois! Il n'y a qu'à voir avec quelle ferveur, les soirs de match, toutes les tribunes du Ray se lèvent comme un seul homme pour saluer l'Hymne du Pays de Nice: Nissa la bella.
Combien de Niçois,au moment de s'émanciper de la tutelle parentale, ont-ils cherché leur premier logement dans le Pays Niçois sans imaginer un seul instant aller vivre sur l'autre rive du Var?
Combien ont-ils quitté Nice pour des raisons professionnelles et vite compris que leur avenir ne pouvait se dissocier du Pays Niçois?
Combien ont-ils eu l'impression (pas forcement dérangeante) de ne pas être français à part entière?
La réponse est assurément un très grand nombre...

Suite à la demande grandissante des Niçois à vivre dans leur culture, la langue qui fut interdite par la France jacobine reprend ses droits et permet à bon nombre de nos jeunes compatriotes d'apprendre le langage de leurs ancêtres. Mais que l'on ne s'y trompe pas, si les piliers du "système autoritaire centralisé" nous autorisent à reparler la langue de nos anciens, ou installer quelques panneaux en "Nissart", c'est seulement parce qu'ils s'imaginent que cela ne comporte plus aucun danger pour ledit système. Pour eux, la structure est en place et rien ne pourra contrarier cet état de fait... Mais ils n'avaient pas songé qu'en soufflant sur les braises, le feu reprendrait. "Les gens d'ici" qui auparavant feignaient de ne pas entendre certains "gens de là-bas" cracher leur venin sur les Niçois relèvent la tête et ne craignent plus de dire certaines vérités trop longtemps contenues. Prenant conscience de la richesse de leur patrimoine culturel et historique, qui sont indissociables, le peuple Niçois s'émancipe de plus en plus de la tutelle intellectuelle française. Ce peuple à qui on avait presque réussi à faire croire qu'il avait définitivement disparu, se rend compte en fait, qu'il n'a jamais autant existé. Beaucoup de jeunes issus de familles "d'adoption" se revendiquent "Nissart" alors que cela était impensable il y a seulement une vingtaine d'années...Les révélations faites par la L.R.L.N (Site: LES CAHIERS DE L'ANNEXION) concernant les conditions de l'annexion du pays de Nice par la France ainsi que nos droits inaliénables ne feront dans l'avenir, que cimenter un peu plus le peuple Niçois actuel.
frontiereCela est inéluctable ! Même les plus septiques se souviennent qu'ils n'auraient jamais imaginé la carte de l'Europe actuelle avec tous ces nouveaux pays avant 1989. Certains indices nous révèlent que cette nouvelle donne inquiète nos gouvernants. "le Var ne doit plus être une frontière", redécoupage des cantons pour 2012, "marier Nice avec marseille", changement du nom de la région PACA afin de trouver une dénomination commune aux Niçois et Provençaux, sans parler des festivités prévues pour 2010 qui feront penser à "la marche des orangistes" en Irlande du nord! Ils savent bien que le folklore ne suffit plus aux Niçois! A un moment que tous savent proche, les Niçois réclameront leur droit légitime à choisir leur destin.