COMMUNIQUE L.R.L.N. du 1er juin 2010

DSC00111 « NICE OCCUPEE MILITAIREMENT - A l’occasion de l’inauguration du tas de ferraille commémorant le 150e anniversaire de l’annexion du Pays de Nice, la ville a été placée sous occupation militaire encore une fois, sous prétexte d’un sommet qui a provoqué tous les désagréments et dont les niçois étaient totalement exclus. Après les invasions militaires des 1er avril 1860 et 8 février 1871, c’est une nouvelle illustration de l’action malfaisante de la France à Nice qui à pris un prétexte pour faire une démonstration de force à Nice à l’occasion de l’anniversaire de l’annexion. Les vrais Niçois, bien mal récompensés de leur caractère hospitalier ont vu un président, d’origine hongroise et un maire dont Nice, naguère, a accueilli les parents, inaugurer une horreur conçue par un varois, pour célébrer la confiscation de leur liberté. Cela, en présence des chefs d’Etats africains d’ex-pays colonisés sur le territoire de Nice qui l’est encore, alors même que la république française imposa une loi raciste aux Niçois durant l’occupation révolutionnaire de Nice...

drapeau_occupantPlus qu’indigne, cette cérémonie a été profondément répugnante ; elle a soulevé le coeur de beaucoup, d’autant que ces ferrailles nous ont coûté deux millions d’euros de transport et d’installation et qu’il faudra un jour autant pour en purger le paysage. L’accès au périmètre où se déroulait ce lamentable simulacre, situé non loin du lieu où jadis coula en abondance le sang niçois sur l’échafaud révolutionnaire, était réservé aux porteurs le carte UMP ; il était en revanche formellement interdit à ceux qui signalaient leur amour pour Nice par des inscriptions en niçois sur leurs T-shirts. Partout des militaires lourdement armés, des cars de C.R.S. et des forces spéciales. Ce déploiement d’armes et d’uniformes en temps de paix, nous rappelle qu’il n’y avait pas de soldats français à Nice en 1944 et que Nice s’est libérée toute seule ; pourtant aujourd’hui la France envoie ses soldats chez nous pour faire les matamores. Beaucoup de Niçois ont eu l’impression de vivre ce qu’ont vécu leurs ancêtres en 1860 et 1871. La guerre à outrance est donc officiellement déclarée de nouveau à l’identité niçoise et à ceux qui aujourd’hui la défendent ».

« Cette démonstration de force, délibérée et provocante, ce mépris arrogant pour les vrais Niçois, cette volonté de détruire notre identité dont nous avons eu la preuve par les diverses actions anti-niçoises menées depuis deux ans par le ministre-maire qui est censé gérer la ville, la jactance hautaine et mensongère de ces non niçois qui parlent en notre nom et osent célébrer notre asservissement à Paris et à Marseille, toutes ces infamies ne peuvent demeurer sans réponse. Le 1er juin 2010 ce sont nos ancêtres et le vrai peuple Niçois qui ont été insultés ; les responsables en paieront le prix, car l’identité niçoise qu’ils croient agonisante est plus forte chaque jour et se renforce à chacune de leurs nouvelles malfaisances »

« Lors des dernières élections municipales, la L.R.L.N. avait averti les Niçois, de ce qui, fatalement, allait survenir si Estrosi était élu ; il n’a fallu que peu de temps pour que les faits confirment notre analyse. Le maire actuel n’a pas été élu avec une importante majorité, mais trop de niçois ont succombé au chant des sirènes ou se sont abstenus. Le résultat est là, nous en subissons tous les conséquences, et le pire est à venir »

STATUE_STALINIENNE«Il convient impérativement que les vrais Niçoise rejettent les partis français et résistent par tous moyens opportuns au rouleau compresseur du système politique oppresseur qui règne par l’argent et les médias. Il convient de gripper tous ses rouages et d’affaiblir ses relais à Nice. Les prochaines élections municipales donneront l’occasion aux Niçois de reprendre le pouvoir dans leur ville. Soutenus par nos amis et sympathisants, nous nous y employons déjà. Chacun, individuellement, doit préparer activement cette échéance électorale qui sera capitale pour Nice. L’histoire n’est pas figée, elle s’écrit tous les jours ; les triomphateurs d’aujourd’hui, ne sont que de néfastes funambules ; ces fossoyeurs de notre société, incapables, prétentieux et menteurs ne sont forts que de nos divisions. Ecrasés sous le poids de leurs fautes, en butte à une réprobation unanime, ils sont les vaincus de demain. Issa Nissa ! - Fin de communiqué ».