30 octobre 2010

En 1851, le Peuple Niçois menaçait le Gouvernement Sarde de proclamer son indépendance !

LRLN_1851

En cette année 2010, nous nous sommes efforcés de répondre à la frénétique propagande négationniste menée par le maire actuel de Nice et sa cour, en exposant des documents qui ne montrent aucun doute sur leur crédibilité. Articles du journal anglais THE TIMES , les ouvrages issus de la collection Les Cahiers de l'annexion  étayés par des archives diplomatiques et autres, qui démontrent la forfaiture de 1860 et révèlent le vote séparatiste écrasant en 1871 qui fut spolié par la répression sanglante de la IIIeme république...

Dans ce nouveau document inédit datant de 1851, Le peuple Niçois défend avec une grande fermeté    « le Contrat d'Union de 1388 par lequel le Comté de Nice se donna librement à la Maison de Savoie ». Nous pouvons facilement évaluer dans quel état d'esprit se trouvait le Peuple Niçois, neuf ans avant d'être annexé par la France. Cette archive capitale témoigne de l'opinion publique du peuple qui connaissait et défendait ses droits issus du traité de 1388.

Comment un peuple resté aussi attaché à ses droits et ses franchises durant 463 années aurait-il pu, seulement neuf ans plus tard, tout oublier et se donner volontairement à la France jacobine qui lui enlèvera toute forme de liberté?

Le  14 mai 1851, suite à l’annonce de la suppression prochaine de la franchise dont jouissait le port, de violentes émeutes éclatèrent à Nice ; la rupture avec le royaume de Sardaigne fut même envisagée, le traité conditionnel signé en 1388 entre Nice et la Maison de Savoie étant remis en cause. « Le Peuple de Nice rappelle le Gouvernement Sarde à la foi des traités » et « à défaut: le Peuple de Nice plaçant le droit au dessus de la force, serait réduit à considérer le contrat d'annexion comme rompu par le Gouvernement lui-même, et à revendiquer son indépendance ».
Charles_Felix

Les Niçois furieux mutilèrent la statue de Charles-Félix et plus précisément le doigt qu’elle pointait vers le port. Cette statue amputé de son doigt est toujours au port de Nice mais sa réplique, qui trônait à l'entrée de la mairie de Nice, a été remplacée au début de la mandature de Christian Estrosi par le pouce de l'artiste français: César.
Un véritable doigt d'honneur au Peuple Niçois !


25 octobre 2010

Classement de RSF 2010: La France continue sa chute!

Le classement 2010 de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF) est tombé. Et la France avec, au 44ème rang sur 178 pays classés. Entre la Papouasie Nouvelle Guinée et Chypre. En 2002, elle occupait la 11ème place...

Classement RSF 2010

Si 13 pays européens dominent le classement (dans les 20 premiers), "l’écart continue de se creuser entre les bons et les mauvais élèves", et certains se retrouvent à l'Ouest : Grèce (70e), Bulgarie (70e), Roumanie (52e), Italie (49e). Au rythme où les choses évoluent (33 places de perdues en 8 ans), la France fera bientôt son apparition dans ce peloton de queue. "Violation de la protection des sources, concentration des médias, mépris et même impatience du pouvoir politique envers les journalistes et leur travail, convocations de journalistes devant la justice"... tout y passe.

"La honte"

En France, "l’année 2010 a été marquée par plusieurs agressions contre des journalistes, des mises en examen, des violations ou tentatives de violations du secret des sources et surtout un climat lourd de défiance envers la presse. La majorité présidentielle a eu des mots très menaçants, parfois insultants, envers certains médias. Ces déclarations ont eu une résonance mondiale et, dans beaucoup de pays, le gouvernement français n’est plus considéré comme respectueux de la liberté d’information" a déclaré François Julliard, secrétaire général de Reporters sans frontières. D'où la prochaine campagne de presse, révélée par Rue89, qui détourne la photo officielle du président de la république. Avec pour sous-titre : "la honte".

Posté par LIBERA NISSA à 22:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 octobre 2010

Sian d'Aqui: Vers une punition jacobine ?

festival_fourres_rireAvis aux amateurs ! Les pseudo-niçois qui s’égarent à frayer avec les représentants du pouvoir jacobin à Nice devraient savoir qu’ils ne sont libres que de servir les intérêts du coq gaulois ; ce n’est qu’à ce prix qu’ils peuvent recevoir des subventions et les caresses des médias. Il semble que cette vérité pourtant évidente ait échappé à certains ce qui explique que le Festival de l'humour  Les Fourres de Rire, initié depuis un certain temps par une association niçoise, va probablement être supprimé.

tour_EiffelDes sommes astronomiques ont été dépensées cette année pour l'organisation des « festivités » concernant l'anniversaire des 150 ans de l'annexion du Pays Niçois, la tour Eiffel du 150eme, les feux d'artifices, le meeting aérien, la subvention d'une pièce de théâtre à l'entrée gratuite pour des spectateurs triés sur le volet, le parrainage du monopole de presse par l'intermédiaire de pages de propagande pro-annexionniste incessantes... Nous nous posons tous des questions sur l'objectivité de ceux qui distribuent les deniers publics.

Dans Nice Premium, Fabrice Mauro, président de l’association Sian d’Aqui déclare: « Les restrictions budgétaires et de curieux concours de circonstances ont conduit nos partenaires habituels (Ville de Nice, Conseil Général et Conseil Régional) à réduire voire supprimer leur soutien à Sian d’Aqui. »

Cette association semble payer le positionnement pourtant nuancé de certains de ses membres, vis à vis dessian_d_aqui « fêtes » commémorant l’annexion de Nice, lesquels avaient déclaré « être français. Soit... »; un mot de trop... Ils n’avaient pas non plus souhaité, semble-t-il, s’associer à la mascarade négationniste à propos de l’annexion de Nice, cautionnée par les autres organismes culturels para-  municipaux représentés par la fédération des associations du Comté de Nice. User de sa légitime liberté d'expression se paye cash quand on dépend financièrement des subventions de ceux qui travestissent depuis maintenant 150 ans l’histoire de Nice et veulent détruire l'identité niçoise. Comme disait Raymond Barre, pur français s’il en fut  : « il ne faut pas manger avec le Diable même avec une longue cuillère ». Les vrais Niçois ne doivent surtout pas l’oublier.

monument_de_la_honteA trop vouloir ménager les ennemis de l’identité niçoise afin de bénéficier de subventions, d’honneurs et de couverture médiatique, on finit non seulement par perdre son âme, mais par avoir un bâillon hermétique sur la bouche. Après avoir        « panbagnatisé » notre culture, les ennemis de Nice tentent de « légumifier » ceux qui y sont attachés. En ces temps où certains s’emploient à effacer tout signe de nissartitude à Nice, il convient impérativement que ceux qui sont ou se sentent niçois, rompent définitivement avec le système jacobin qui est leur pire ennemi. L’on ne peut se dire véritable Niçois et flirter avec les ennemis de Nice pour avoir quatre sous. Il faut choisir : ou l’honneur et la tête haute, ou la honte et les fourches caudines du système jacobin...

« Qui reste trop longtemps le cul entre deux chaises tombe. »
Proverbe chinois