27 juin 2011

TF1 s'excuse en stigmatisant le manquement à la déontologie des journalistes de Nice-Matin !

Parti_nicois_2_1Communiqué du Parti Niçois - 27 juin 2011

« Visiblement, le truquage d’un reportage dont le but était de vanter l’action de M. Ciotti contre l’abstentionnisme scolaire n’est pas passé comme une lettre à la poste dans la capitale. Ce jour, lors du journal télévisé de TF1 à 13 H, le présentateur J-P Pernaut a lu un assez long communiqué présentant les plates excuses de TF1 à ses téléspectateurs et stigmatisant longuement cette fraude inadmissible pratiquée par des journalistes de Nice-Matin ; il a indiqué qu’un tel manquement à la déontologie ne s’était jamais vu jusqu’alors, dans les rapports de TF1 avec la presse régionale.

 

« Pour faire de la publicité à M. Ciotti, des journalistes de Nice Matin ont fait une bien mauvaise publicité à Nice qui passe une fois de plus pour une ville où la fraude côtoie les paillettes et les bulles de savon.

 

« Néanmoins, à quelque chose malheur est bon : ceux des Niçoises et des Niçois qui sont encore naïfs et ne jurent que par « ce qui est écrit dans le journal », sauront désormais mieux apprécier à leur juste valeur, les affirmations laudatives répétitives qui paraissent dans le monopole de presse niçois.

 

« Certes, la Mairie de Nice et le Conseil général des A.M. sont de très gros clients pour le monopole de presse, où ils passent leurs annonces légales et des monceaux de publicité dont le bien fondé est souvent contestable, mais ce sont les Niçois qui les payent.  Plutôt que de faire la promotion des élus qui passent commande, il conviendrait de respecter les Niçois qui payent, en délivrant une information fiable.

 

« Il est vraiment grand temps d’assainir la situation à Nice et ce, dans tous les domaines. Les prochaines échéances politiques à Nice  et particulièrement les élections municipales, nous permettront d'ouvrir toutes grandes les fenêtres de ce monde politique à bout de souffle et en pleine déliquescence. Pour l’instant : courage, mobilisation et espoir : Issa Nissa ! »

 

fin de communiqué

 



26 juin 2011

l’attachée de presse de M. Ciotti: fausse maman mais vrai mensonge !

Parti Niçois/Partit Nissart - Communiqué du 25 juin 2011
partit_nissart__Ni_ois
 Les falsificateurs

« Voilà deux jours, nous avons eu la preuve que le monde politique niçois et en particulier, l’entourage de M. Ciotti, Président du Conseil général, ne se contente pas du matraquage médiatique que nous connaissons, mais qu’il va même jusqu’à falsifier les informations données au public. L’information, à savoir un faux témoignage dans une enquête réalisée par des journalistes du monopole de presse niçois, ayant été reprise pour argent comptant par la chaîne TF1 dans son journal télévisé, a provoqué plus que des grincements de dents. »

 

«  Mme Catherine Nayl, directrice de l’information de TF1 aurait déclaré, furieuse  : « On a subi un préjudice assez important. Je suis en colère par rapport à la façon dont les journalistes de Nice Matin, qui travaillent dans le cadre de nos accords avec la  presse quotidienne régionale, ont réalisé leur reportage. J’ai appelé Frédéric Touraille [Directeur général délégué de Nice Matin] .... Je lui ait dit mon extrême mécontentement. Ce n’est pas à moi de voir quelles sont les suites à donner, mais je ne  peux accepter ça sur l’antenne de TF1. »

 

« Il n’a échappé à personne que beaucoup de publicité médiatique est faite à M. Ciotti dans le monopole de presse niçois pour la loi qu’il a porté, au sujet de l’absentéisme scolaire. Certains médias niçois  présentent cette loi comme l’universelle panacée et son auteur comme un politicien de stature nationale. La remise en jeu du mandat législatif de M. Ciotti, l’année prochaine, explique peut être cette déferlante médiatique qui chante ses louanges sur tous les modes. Las, les zélés laudateurs se sont pris les pieds dans le tapis du mensonge. »

 

« Lors d’un reportage qui, les faits le prouvent, était de complaisance, les journalistes du monopole de presse niçois, ont interrogé « une mère » d’élève qui  exprimait « sa détresse face à l’absentéisme de son enfant, et son soulagement de voir son désarroi pris en charge par le dispositif de la loi Ciotti ». TF1 reprit cette information et ces images au journal télévisé. Des trompettes de la renommée quelque peu frelatées, apprirent donc à toute la France esbaudie que des laudes et satisfecit  saluaient à Nice, l’action de M. Ciotti. »

 

« Malheureusement pour les organisateurs de cette mascarade, le bel or, bien brillant comme celui qui autrefois garnissait les hottes de l’âne décorant pour les fêtes la vitrine du bijoutier Manicou dans la Vieille Ville, n’était que du toc...  Il apparut très vite en effet, que « la mère angoissée » interrogée, n’était autre... que l’attachée de presse de M. Ciotti.... Et, circonstance oh combien aggravante.... qu’elle n’a pas d’enfants ! »

 

« M. Ciotti, a ouvert immédiatement son parapluie magique en déclarant « Je n’étais pas au courant... c’est une faute professionnelle ; elle est intervenue à la demande de TF1. Je suis choqué ». Le reportage cependant, n’a pas été réalisé par TF1 mais par le monopole de presse...  Si M. Ciotti n’était pas au courant, et que son attachée de presse a agi sans autorisation, cela pourrait laisser penser, que pareille chose est pratique courante. Un politicien est responsable de son staff et que M. Ciotti ait été au courant ou non, nul ne peut nier qu’il était bien le bénéficiaire d’un faux témoignage commis par sa collaboratrice.»

 

« Cet épisode très peu glorieux aura au moins un mérite : celui de relativiser désormais les informations radieuses dont la presse niçoise nous abreuve au sujet du président du Conseil général, et par extension du maire de Nice. Et à plus forte raison, les « sondages » politiques futurs qui ne manqueront pas de fleurir, dans les très pures colonnes du journal que vous savez.»

 

« En citoyens compatissants, ayons une pensée pour M. le Président du Conseil général « qui est choqué » et méditons cette pensée d’Alexis de Tocqueville :

 

«  Je crois que dans tous les gouvernements, quels qu’ils soient, la bassesse s’attachera à la force et la flatterie au pouvoir. Je ne connais qu’un moyen d’empêcher que les hommes ne se dégradent, c’est de n’accorder à personne avec le toute puissance, le pouvoir de les avilir. »

 

« Pour terminer par une note niçoise, en ces temps calamiteux, ayons plus souvent à l’esprit ce proverbe de nos anciens qui demeure plus que jamais d’actualité : « Es couma l’ae de Mànicou... ».

 

 

02 juin 2011

Les Niçois rejettent unanimement le monument du 150eme anniversaire de l'annexion !

Communiqué de la LRLN du 1er juin 2011.

Ferrailles« Un sondage initié par le monopole de presse niçois, connu pourtant pour ne pas être en délicatesse avec le maire de Nice, prouve sans équivoque que la quasi totalité des Niçoises et des Niçois désirent que soient retirées les ferrailles commémorant le cent cinquantenaire de l’annexion de Nice lesquelles défigurent la Vieille Ville et le front de mer. Ces ferrailles qui rappellent l’invasion militaire et le plébiscite truqué de 1860, sont censées représenter les « neuf vallées niçoises » qui n’ont historiquement jamais existé. Il semble que pour l’occasion l’on ait rajouté quelques vallées supplémentaires afin que « l’œuvre » qui dormait qui sait dans un fond de hangar de  l’artiste, corresponde à la destination officielle que lui a donné l’actuelle majorité municipale.

M. Estrosi s’est offert une page de publicité dans le monopole de presse, non pas pour prendre acte de la volonté exprimée par les Niçois, mais pour indiquer qu’elles ne seront pas retirées. Pensant habile de coller à l’actualité parisienne pour justifier le mauvais goût à Nice, il a indiqué qu’une « œuvre » de l’artiste est actuellement exposée devant le château de Versailles. Nous avons pu voir et entendre sur les chaînes télévisées ce qu’en pensaient les visiteurs horrifiés. Le grand sculpteur Sartorio, qui réalisa entre autre la façade du Palais de la Méditerranée, disait « qu’une belle façade est une politesse due aux passants », les ferrailles en question, sont à la fois une insulte à l’histoire de Nice, à la vérité historique et au bon goût des passants. Les Niçoises et les Niçois prendront acte du mépris que le maire de Nice montre pour leurs avis et volontés, d’autant qu’il ne les a nullement consultés pour installer cette chose, dont ils ont de surcroît payé la très coûteuse installation.

apollon_fontaine_mass_naPar ailleurs, l’on nous annonce le retour d’exil de l’Apollon qui devrait réintégrer prochainement la fontaine située place Masséna. D’aucuns, sentant se lever un vent mauvais, ont sans doute pensé qu’il serait peut-être temps de donner quelque satisfaction aux Niçois qui voient avec colère leur culture et leur identité foulées aux pieds depuis des années et plus particulièrement depuis trois ans... Mais il est hors de question que ces bons apôtres, récupèrent médiatiquement le retour de cette statue à son lieu d’origine. Nous rappelons donc que ce sont la LRLN et les Nouvelles Niçoises qui suscitèrent voila quelques années un grand mouvement à Nice et ailleurs, pour sauver les bronzes de la fontaine en question lesquels pourrissaient, oxydés par les embruns marins, à la station d’épuration des eaux usées de Nice. Plusieurs journaux et chaînes de télévision, ainsi que l’association Janniot (du nom de l’artiste qui avait réalisé cette fontaine) se mobilisèrent également et après un tollé général l’ancienne municipalité fut contrainte, sous la pression populaire, de faire restaurer ces bronzes et de les replacer dans la fontaine. Notre objectif, comme celui de l’association Janniot était de faire reconstituer l’œuvre d’origine dans son entier. Ce n’est donc pas à ceux qui, prenant le train en marche, ne font qu’achever le travail engagé par la LRLN, par l’association Janniot, et par les Niçois qui protestèrent en masse, de tirer parti médiatiquement et politiquement aujourd’hui d’une action initiée par d’autres qu’eux.

Les Niçois ne doivent qu’à eux-mêmes, la reconstitution de cette fontaine à laquelle ils sont attachés. Ils ont prouvé ainsi, à ceux qui aujourd’hui font mine d’en douter, qu’ils apprécient beaucoup l’Art, le vrai ; c’est précisément pour cette raison qu’ils rejettent les ferrailles en question qui ne sont « art » que dans un petit microcosme nombriliste mettant en pratique la théorie d’Andy Warhol, pape de l'art moderne : « Aujourd’hui l’art, c’est de faire de l’argent ».... De même des riverains se sont mobilisés pour refuser catégoriquement que soit placée une sculpture de Sosno sur une place de leur quartier. N’en déplaisent à l’ancien combattant de l’art moderne qui depuis quarante ans vend inlassablement ses intelligentes bafouilles déclinées en blanc sur fond noir : Tout n’est pas Art... comme il le prétend. Les niçoises et les niçois en ont assez que les deniers publics soient dilapidés en acquisitions d’inesthétiques témoignages de la déliquescence des temps actuels. Le maire de Nice a cru bon d’imposer arbitrairement les ferrailles de la honte aux Niçois qui n’en veulent absolument pas, ceux-ci lui resserviront les ferrailles sur un plateau lors des municipales de 2014 quand il les caressera dans le sens du poil pour tenter de se faire réélire. »

Fin de communiqué.

Posté par LIBERA NISSA à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,