Benoit KandelL'ex colonel de gendarmerie alsacien, arrivé chez nous il y a une dizaine d'années seulement, a été condamné en appel à Aix le 10 septembre 2010 pour diffamation envers l'ancien maire de Nice. Il fut installé par Christian Estrosi en 2008, et semble aujourd'hui vouloir régler ses comptes avec l'actuel maire sur le dos des Niçois, suite à sa récente démission provoquée par sa volonté de se rapprocher du Front National ! Décidément, entre touristes le courant semble passer plutôt bien !
Quand donc les sbires des partis politiques français cesseront leurs règlements de comptes jacobins à Nice ? Qu'ils les règlent à Strasbourg ou à Paris!

Nous pouvions lire dans le Nice-matin du vendredi 19 décembre 2008 : « La nouvelle est tombée hier. Christian Estrosi a dévoilé le nom de celui qui dirigera à ses côtés la machine municipale. Il s'agit de Benoît Kandel, actuellement adjoint à la sécurité. Hier, Eric Ciotti fraîchement élu à la tête du conseil général a remis sa démission municipale au préfet. Dans la foulée, Christian Estrosi a définitivement mis fin au suspens. Le « ministre de l'intérieur » va ainsi devenir « premier ministre » du gouvernement municipal. « J'ai fait le choix de la proximité, de la sécurité qui est l'une de mes priorités, a souligné le maire. Benoît Kandel est une garantie d'intégrité et de vigilance ».

Avec le recul, on croit rêver ! M.Estrosi, avait déclaré avant son élection « qu'il se séparerait immédiatement d'un conseiller de sa majorité, coupable d'une indélicatesse » . On voit ce qu'il en est des promesses d'Estrosi ! Il est grand temps que les Niçois reprennent en main leurs affaires, loin des luttes parisiennes dont ils n'ont que faire et qui les prennent en otage depuis trop longtemps... L'ex-colonel semble avoir pris goût au devant de la scène et le bruit court qu'il cherche à se caser sur une liste dissidente ; mais qui prendrait le risque de coopter un non niçois condamné pour diffamation, et qui n'a joué au conseil municipal qu'un rôle de pâle figurant à la botte du maire.  Les Niçois n'ont pas besoin d'embarassa camin, qu'il retourne donc à l'anonymat d'où il a été tiré  pour servir une politique néfaste qui a pénalisé la Ville. Les niçoises et les  niçois doivent maintenant s'occuper de leurs affaires, et les municipales seront l'occasion de les reprendre en main car il convient de changer radicalement d'orientation comme de priorités, en cette période extrêmement difficile. Les mentalités d'outre-Var ne conviennent pas aux Niçois, et le personnel politique qui a encombré la scène, obtenant les non-résultats que l'on sait, doit céder la place à la société civile.

Vite une bouffée d'air pur, Nice a été mise sous un éteignoir durant six ans  !!!

Les vira vesta, embarassa camin et autres facha faussa, defuòra !!!