24 mars 2010

24 mars 2010: Naissance du Parti Niçois !

La Présidence de la L.R.L.N communique :

« Genève - 24 Mars 2010 -10 h - En ce jour historique du 150e anniversaire de la signature du Traité de Turin qui vendit illégalement Nice et la Savoie à la France, Jean de Pingon, fondateur de la Ligue Savoisienne et moi-même avons signé La Déclaration de Genève. De cette ville neutre où Garibaldi fut jadis Président du Congrès mondial de la Paix, cette déclaration sera adressée ce jour aux Ambassadeurs des puissances signataires du Traité de Paix de 1947, accrédités en Suisse. Du fait de l’abrogation juridique du Traité de Turin, laquelle résulte du non respect par la France des dispositions impératives de l’article 44 du Traité de Paix, nous demandons qu’un vote soit organisé à Nice et en Savoie sous le contrôle de l’O.N.U afin de donner aux Savoisiens et aux Niçois le droit de se prononcer sur leur destin.

En ce jour historique, j’annonce la création du Parti Niçois ; La L.R.L.N. durant dix ans a déjà réuni autour d’elle, de très nombreux concitoyens, le Parti Niçois amplifiera cette action en réunissant plus encore de Niçoises et de Niçois de toutes sensibilités pour atteindre le but légitime que nous nous sommes fixés. Les partis parisiens étouffent et ruinent Nice et leurs affidés tentent de détruire notre identité. Depuis vingt ans cette mainmise s’est encore accentuée. Nous ferons en sorte, dans un premier temps, que les Niçois reprennent le pouvoir chez eux ; dans un second temps, le peuple Niçois réuni saura faire reconnaître devant les Nations, ses droits confisqués jadis par la force, la fraude et la corruption. Du fait de la situation catastrophique dans tous les domaines, le combat commencé il y a dix ans, prend aujourd’hui une importance décisive. Le Parti Niçois le mènera à son terme, avec force et détermination, conforté par la légitimité que lui donne l’Histoire et le Droit. 

Le destin de Nice est en jeu et nous ne laisserons pas la classe politique française en décomposition, détruire Nice comme elle détruit la France. Issa Nissa ! Alain Roullier-Laurens »

Parti_nicois_

Posté par LIBERA NISSA à 10:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,


19 mars 2010

A Nice: Des barreaux géants pour symboliser 150 ans d'emprisonnement !

monument_de_la_honteDans le nice-matin du 16 mars 2010, Estrosi nous dévoile sa dernière trouvaille à la mesure de sa mégalomanie:
Un deuxième monument de la honte qui sera une structure
métallique Stalinienne de 30 mètres de haut (composée de neuf immenses barres de fer) qui  ne pourra représenter pour les Niçois que les barreaux du cachot dans lequel ils ont été jetés en 1860!  Cette ignominie dont le transport devrait coûter deux millions d'euros pris dans la poche des contribuables Niçois, prendra place sur le parking Sulzer.

 

Posté par LIBERA NISSA à 23:51 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

16 mars 2010

Annexion frauduleuse du Pays Niçois en 1860: Notre histoire parle d'elle même !

plaqueIl ne suffit que de regarder en face la période de 1792 à 1871 et observer les rapports entre les prétendues "mains amies" de la France et le Pays Niçois pour être convaincu de la forfaiture que fut l'annexion du Pays de Nice. La chronologie historique du Pays Niçois parle d'elle même! Quel peuple serait donc assez fou pour plébisciter l'annexion de son pays à celui de son bourreau séculaire?


ISTORIA DE NISSA ( Part III )
envoyé par NISSA_ISTORIA. - Regardez les dernières vidéos d'actu.

Posté par LIBERA NISSA à 21:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

27 février 2010

Carnaval indépendant, folklore et caricatures: Et les droits du peuple Niçois dans tout ça?

drapeau_ni_ois_flotteNous entendons ici et là des soi-disant grands défenseurs de la culture Niçoise, souvent chaperonnés par des universitaires français qui ont confisqué la culture Niçoise afin de mieux la transformer en folklore à deux sous, (tout comme le font les associations para-municipales composées d'amuseurs publics pro-Occitanie, c'est-à-dire provençaux) nous reprocher de ne pas exposer nos revendications dans la langue Niçoise !
Parbleu, ils préféreraient que que nos révélations sur l'histoire de Nice soient inaudibles pour le plus grand nombre... D'ailleurs des piliers du jacobinisme parisien comme l'Académia nissarda, qui n'a plus de Niçois que le nom, et le Sourgentin, dans les mains d'universitaires, héritiers des "hussards noirs de la République", publient leurs revues "Niçoises'" en français et un responsable de cette dernière revue s'en était naguère expliqué, après une remarque d'un lecteur inconditionnel du Niçois, dans une courte bafouille, il lui avait répondu en Niçois:
"Essayez donc de publier une revue en niçois, vous verrez combien vous en vendrez...". Ce qui est vrai pour eux est vrai pour nous : il est impossible d'informer les Niçois dans une langue qu'ils ne comprennent plus, sans compter que le Nissart écrit, n'est souvent très peu compréhensible pour ceux qui le parlent.

Bien évidemment nous souhaitons plus que personne que tous les Niçois parlent leur langue. Mais cela ne peut résulter que d'un choix politique de la municipalité : On l'a supprimé par l'école, on ne peut le réhabiliter que de la même manière, par l'enseignement dans les écoles primaires. Qui peut le faire? Pas nous, mais le pouvoir politique qui dispose des fonds, et des structures. Notre choix délibéré de choisir la langue française pour informer les Niçois sur leurs droits, qu'ils soient de souche comme d'adoption, a été fait car malheureusement aujourd'hui tous ne parlent pas le Niçois couramment et en particulier les Niçois de souche.

Pour les habitants de Nice, cela commença par le bannissement de la langue Niçoise immédiatement après l'annexion de 1860, en même temps que la falsification de l'histoire du pays de Nice qui s'accentua encore après l'invalidation de la liste séparatiste menée par Garibaldi en 1871, laquelle avait obtenu plus de 90 % des suffrages.
SAVONLes vrais Niçois savent trop bien pourquoi leurs anciens ne leur ont pas transmis la langue de leurs ancêtres. A trop avoir mangé du savon de Marseille ou pris des coups de règle sur les doigts par les enseignants de l'école publique française (aussi appelés hussards de la république, il faut le répéter), ils choisirent peut-être à tort, de ne plus enseigner leur langue à leurs enfants afin de les préserver des sévices qu'ils subirent durant leur jeunesse et de ne pas les marginaliser. Ce fut moins le cas pour nos compatriotes vivant dans les terres, car protégés par la ruralité ils purent sauvegarder et transmettre leur langue et leur culture au fil des générations.

Les pseudo-défenseurs de la culture Niçoise s'obstinent dans le refus de débattre sur le sujet des droits des Niçois à disposer d'eux-mêmes ainsi que sur la forfaiture démontrée qu'est l'annexion du pays de Nice. Ils préfèrent nous qualifier "d'illuminés" voir "d'extrémistes"... On nous a même rapporté le qualificatif "d'hystériques séparatistes"!


2506_83310843480_83017948480_1699788_4680404_nJousé Garibaldi doit se retourner dans sa tombe tout comme Jeanne Verani, Catarina Ribauda, Henri Sappia, Menica Rondelly, Benoit Bunico, Benjamin Camous, Charles Laurenti-Roubaudi, Gonzague Arson et beaucoup d'autres!
Certes, certains membres d'associations culturelles se hasardent à dénoncer l'annexion scélérate sans toutefois se risquer à citer les sources qui étayent leur argumentation et se contentent d'affirmer qu'aujourd'hui le plébiscite truqué de 1860 est "un secret de Polichinelle". Ils déclarent du bout des lèvres qu'ils ne participeront pas aux festivités des "150 ans", mais n'affirment pas avoir l'intention réelle de manifester leur désapprobation d'une manière ferme, se soumettant de façon évidente aux falsificateurs en admettant finalement: " Nous sommes Français...soit" !
A quelques semaines des festivités organisées par la force annexante, le silence des associations culturelles Niçoises devient véritablement assourdissant !


annessioun Contrairement à ce que voudrait faire croire Cristou Daurore de son vrai nom Christophe Duchêne et représentant de l'Occitanie à Nice (ceux qui écrivent Niça et dont les prédécesseurs ont toujours nui à Nice, ceux qui ont installé la guillotine à Nice en 1793); l'identité Niçoise ne se résume pas à un bras de fer avec les décideurs concernant le Carnaval indépendant de Nice. Les têtes de carnaval représentant Garibaldi et Lalin sont certes très sympathiques à première vue, mais servent finalement à incorporer le combat de ces défenseurs de la liberté du Peuple Niçois dans un folklore lénifiant approuvé bien évidemment par la France jacobine, car il dénature le combat de ces héros et la gravité des faits, en les plaçant dans un contexte de rire et d'amusement : Lalin a été assassiné, on a cloué sa dépouille sur la porte de sa mère, avant de la transporter à Nice et de la traîner à la voirie pour terroriser la population, comme les Allemands plus tard ont pendu Torrin et Grassi pour les mêmes raisons. Lalin mérite mieux qu'une tête de carnaval. Il mérite le respect et admiration. Promener deux jours un Garibaldi et un Lalin en carton pâte, et après quoi ? Rien... Leur rendre véritablement hommage c'est suivre leur glorieux exemple, c'est poursuivre leur combat pour la liberté de Nice et non les caricaturer. Les associations para-municipales ne font que transformer l'or de l'histoire Niçoise en plomb, et dénaturent les actions héroïques de nos ancêtres.
La réprobation de cette stratégie par un nombre grandissant de membres de ces associations ne laisse d'ailleurs aucun doute sur l'exaspération grandissante de ceux qui défendent sincèrement l'identité Niçoise. Au cours de cette année capitale dans la longue histoire du Peuple Niçois, les masques vont définitivement tomber!

19 février 2010

JM Giaume va fêter 150 ans de négation de l'identité niçoise et prétend défendre notre culture!

Le 24 juin 2008, dans un entretien Jean Marc Giaume disait (Article complet):
NP : Justement, comment agissez-vous face aux extrémistes et aux identitaires, qui défendent eux aussi la culture niçoise ?

JM Giaume : Je ne m’occupe que de l’action, pas des personnes. Je veux monter des projets concrets, sans me préoccuper de grands discours politiques. La question que je me pose toujours est : que faire pour transmettre la culture niçoise ? Je ne vois dans ce domaine que la stigmatisation et la caricature qu’il faille éviter à tout prix.

Estrosi_GiaumeNous rappelons que Mr Giaume a été élu sur la liste désignée par l' UMP et menée par Christian Estrosi lors des municipales de 2008 et qu'il fêtera à ses cotés les 150 ans de l'annexion frauduleuse qui entraîna la destruction méthodique de notre culture et de notre identité, pour finalement en faire une caricature folklorique.

La question de Nice premium est peut-être encore plus insidieuse que la réponse de JMG car deux mouvances distinctes sont clairement citées, les "IDENTITAIRES" et les "EXTREMISTES". Le mouvement identitaire ( ultra nationaliste français ) y est nettement mentionné, par contre nous n'imaginons pas un seul instant que "les extrémistes" fassent partis d'une quelconque association para-municipale. Nous ne voyons donc qu'une seule association niçoise qui puisse être visée par cette dénomination: la LRLN.
Pour toutes celles et ceux qui caricaturent la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises, nous rappelons quels sont les buts de cette association Garibaldienne:

drapeau_ni_ois_libreLa Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises  est une association Loi 1901 fondée à Nice en 2001. Son but est de défendre et promouvoir les intérêts économiques, sociaux, moraux, politiques, patrimoniaux, historiques, culturels, écologiques ou autres, des habitants de Nice et du Pays de Nice. La Ligue apporte son soutien actif à toute entité physique ou morale, de fait ou de droit qui tend à la défense et à la promotion des dits intérêts et valeurs, tels que les conçoit l’association.

La LRLN a également pour but l’étude approfondie des traités, accords internationaux, conventions et actes diplomatiques passés et futurs qui ont eu ou auront une incidence sur les intérêts de Nice et des habitants du Pays de Nice, tels que définis plus haut.

7La LRLN a la caution morale de Joseph Garibaldi (arrière-petit-fils de Garibaldi) conservateur de la maison-musée de Garibaldi à Caprera et le seul autorisé par l’Etat italien à y résider.
Président de l'Institut historique International des Etudes « Giuseppe Garibaldi » et le représentant officiel de Garibaldi en Italie et dans le monde. Il était présent pour l'hommage rendu à l'occasion du bicentenaire de la naissance du Héros avec la LRLN (avec laquelle il entretient des liens très étroits), en marge des ridicules et étranges festivités officielles françaises organisées par Mrs Giaume et Mangiapan (une inconnue, venue de Bordeaux, soi-disant descendante du héros déposa une gerbe de fleurs (aux couleurs bleu,blanc,rouge), place Garibaldi devant trois pelés, et quatre tondus: TOUT UN SYMBOLE !
La LRLN, grâce à son président Alain Roullier-Laurens a permis aux niçois de souche comme d'adoption de connaitre la véritable histoire du pays de Nice. Il a entre autre ressuscité des ouvrages comme "Nice 1792-1814" de Joseph André ainsi que "Nice contemporaine" de Henri Sappia, fondateur de l'Acadèmia Nissarda, dans lequel il témoigne de la répression faite à l'encontre du peuple Niçois qui se souleva face à l'invalidation du scrutin qui vit la liste séparatiste menée par Garibaldi triompher en 1871 .

Nous rappelons que la liberté des peuples à disposer d'eux mêmes ne peut en aucun cas être qualifiée "de grands discours politiques " car elle est la base du droit international établi par l'Organisation des Nations Unis en 1947.

UNESCODe plus, sur le site de Nice premium nous pouvons voir J.M Giaume en compagnie de Césaire, très peu de temps avant sa mort... Nous rappelons que le président de la LRLN n'a pas attendu qu'Aimé Césaire soit très diminué et en fin de vie pour aller se faire photographier avec lui. Il le connaissait depuis longtemps du fait de son action à l'UNESCO dans le cadre du projet "la route de l'esclave" dont découla l'ouvrage dédié à James Baldwin "Le Gardien des Ames". Cela avait créé des liens et un grand respect réciproque entre ces deux hommes en quête de Justice et de Vérité.
c_saire_RoullierCe grand monsieur qu'était Aimé Césaire lui adressa de chaleureux messages, et lui fit hommage de ses plus importants ouvrages avec de très flatteuses dédicaces, ainsi que de sa photographie dédicacée.

"Pour Alain Roullier dont l'ouvrage le Gardien des Ames, a contribué à défendre la cause du peuple noir et à lutter pour la liberté et la dignité. Et permettez-moi d'ajouter, l'identité, fondamentale condition d'une solidarité réelle et d'une indispensable fraternité. Merci de nous comprendre et de nous aimer... Fraternellement, Aimé Césaire, Fort de France 10 décembre 2004".

Liberà Nissa appelle toutes celles et ceux qui sont attachés à la Vérité, à consulter les ouvrages de la collection "Les Cahiers de l'annexion" afin qu'ils se fassent une opinion objective sur ce que sont réellement les niçois et que cesse enfin cette mascarade instituée par la force annexante qui n'a de cesse que de réduire l'Identité Niçoise à un simple folklore désuet.

Posté par LIBERA NISSA à 16:23 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


06 février 2010

Lynchage systématique des supporters niçois: pourquoi tant de haine?

La cabale anti-niçoise bat son plein !
nice_matLa LICRA s'est invité pour le lynchage des supporters niçois suite aux incidents qui ont suivit le match Monaco-Nice, provoqués par le gazage intempestif fait par les forces de l'ordre françaises et nous nous demandons vraiment pourquoi?
Déjà au match aller la LICRA avait annoncé son intention de déposer une plainte, puis avait fait marche arrière pour éviter une contre-attaque en diffamation par les clubs de supporters niçois appuyés par la LRLN (Communiqué L.R.L.N).

La désinformation et les amalgames fallacieux sont orchestrés à grande échelle par la presse écrite, télévisée et internet. Un article écrit par un jeune apprenti journaliste a d'ailleurs provoqué la colère des supporters témoins oculaires de ce qui s'est réellement passé à la suite du fameux match.(article Nice Premium du 31/01/2010 ) .

Posté par LIBERA NISSA à 15:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

03 février 2010

Monaco-Nissa: Communiqué officiel de la BSN

2Nous ne sommes pas adeptes du double langage. Il nous faut donc rétablir la vérité sur les faits qui se sont déroulés après le match à Monaco.
Nous condamnons fermement les actes de jeunes supporters qui ont profité de la confusion pour perpétrer les infractions que la justice qualifiera.
Pour autant, nous n'acceptons pas l'opprobre jeté sur tous les supporters niçois parce qu'elle procède de la désinformation et de la manipulation médiatique.
Nous, Brigade Sud Nice 1985 souhaitons donc revenir sur les incidents qui ont eu lieu lors de la rencontre Monaco – Nice du 30 janvier dernier.
Il est dit, sur les divers médias, que les spectateurs visiteurs, en l’occurrence les Niçois ont envahi la pelouse suite à la mauvaise série que réalise leur équipe, ponctuée par une défaite en Principauté ce soir là. Il est dit encore çà et là, sur les chaînes de télévision, sur les ondes de radio ainsi que dans les journaux, qu’une jeune femme enceinte aurait été blessée tout comme une personne d’un certain âge ayant eu un malaise cardiaque suite aux violences dans la tribune.
Ces accusations ont été prononcées parce qu'aucun travail d’investigation n’a été fait. Le conditionnel comme la dignité n’étaient pas de sortie lors de la rédaction des articles ou des montages vidéo.
Pourtant la profession de journaliste est régie comme d’autres, par un code de déontologie, et comporte des droits et des devoirs et par exemple : « s'interdire le plagiat, la calomnie, la diffamation et les accusations sans fondement, ainsi que de recevoir un quelconque avantage en raison de la publication ou de la suppression d'une information ».

Sans être candides, il nous semblait que les diverses mises au point antérieures avec les journalistes avaient servi un minimum, que les articles allaient être écrits avec une plume moins sensationnaliste… Que nenni !!!
Nous sommes très vite devenus le sujet chaud, le filon vendeur. Certains se sont fait une priorité de relayer des « informations » plus que fallacieuses pour servir leurs intérêts et ainsi masquer les problèmes qu’ils ont créé et qui règnent au sein de leur organisation.
Des personnes occupant des postes à responsabilité, aux paroles surveillées et diffusées, comme Monsieur Frédéric Thiriez (président de la LFP) ou Monsieur Gilbert Stellardo (président de l’OGC Nice), se sont présentées devant les médias pour tourner cet épisode en leur faveur. Une histoire, selon qui la raconte et qui l’écoute, peut avoir bien des formes et des déroulements différents ; et cela, les deux personnes précédemment citées l’ont bien compris et l’ont utilisé à merveille.
Personne n’allait parler de la sortie du président de l’OGC Nice et de son sourire narquois, ni des spectateurs malmenés dans les tribunes, victimes de la piètre organisation policière des forces françaises et de leurs lacunes de communication avec leurs homologues monégasques - qui eux auront été très professionnels.

Alors pour tout ça, nous tenons à informer réellement de ce qui s’est passé en ce samedi 30 janvier 2010. La soirée s’est déroulée comme ceci :

– Les joueurs et les officiels entrent sur le terrain, le speaker monégasque annonce alors qu’une minute de silence va être observée suite au décès de la mère du monégasque Moussa Maazou. Minute de silence respectée « à l’italienne », puisque 60 secondes d’applaudissements allaient raisonner du secteur visiteur.
– Les tribunes s’animent et s’illuminent sans pour autant que les engins pyrotechniques ne soient jetés sur le terrain. Les stadiers et pompiers monégasques récupérant les fumigènes sans problème de main à main d’avec les supporters niçois.
– Le score est ouvert pour Monaco, puis Nice marque à son tour avant de prendre un deuxième but. Nénê l’attaquant monégasque va aggraver l’écart en inscrivant un dernier but pour son équipe avant de le célébrer de manière peu intelligente.
En effet, une fois le cuir au fond des filets, Nénê enjambe les panneaux publicitaires bordant le terrain, et se précipite vers le virage des visiteurs afin de chambrer l’adversaire comme il est de bon ton dans un derby. Le jeu du chambreur-chambré paraît assez gentillet, lorsqu’un autre monégasque vient à son tour montrer sa joie puis sa bêtise en provoquant les spectateurs niçois. Nénê, ne voulant pas être le moins benêt de ce binôme, va surenchérir et faire quelques gestes regrettables.
Certains dans la tribune se sentant insultés vont accéder aux abords du terrain ; le premier cordon de stadiers niçois, aidés par leurs collègues monégasques, va très vite calmer les quelques individus chauffés à blanc. Tous regagnent leur place sans aucune violence ni heurt.
– Le match se poursuit puis se termine. Les acteurs de la rencontre regagnent les vestiaires. Pendant ce temps-là, les supporters niçois patientent calmement durant le quart d’heure de retenue en tribune imposé pour des raisons de sécurité. Le président Stellardo passera avec un joli sourire incompréhensible pour ne pas dire boutefeu.
– Les portails du secteur H s’ouvrent et les premiers supporters de cette partie de tribune commencent à sortir. C’est alors qu’en Secteur G, (un train étant annoncé à 21 h 13) les supporters s'agglutinent devant la grille close et suite à une poussée malheureuse due à des gens compressés, l’un des portails cède.
Là, les personnes devant le portail ouvert voient un policier de la Compagnie Républicaine de Sécurité saisir sa bombe de gaz lacrymogène et inonder le couloir et les visages des malheureux inopportunément présents.

Suite à ce gazage de masse, un mouvement de foule important pousse tout le secteur G à fuir cette nuée irrespirable. Les agents de police de la Principauté en poste sur le terrain ouvrent alors heureusement les grilles du stade, permettant aux personnes de la tribune d’entrer sur la piste d’athlétisme et la pelouse pour respirer un air moins toxique.
Une jeune femme enceinte est accompagnée tant bien que mal comme ce pouvait être le cas en pleine bousculade, et tombe en larmes auprès des médecins et pompiers.
L’apogée de cet excès de zèle policier ou de cette incompétence (si l’on excepte l’intention de l’agent de Police de nuire physiquement à autant de monde et sans distinction) sera le malaise cardiaque d’un homme âgé, bien mal en point même après les premiers soins prodigués par des supporters présents à côté de lui.

Un semblant de calme revient une fois que la plupart de la tribune se trouve à l’abri du gaz lacrymogène. Malheureusement, certains prétendent alors traverser le terrain pour aller chercher les quelques supporters monégasques encore présents. L'intervention de la Sûreté Publique monégasque les renvoie d'où ils viennent.

De manière injustifiable, ils s'en prennent alors à des panneaux publicitaires et divers matériels présents, les stadiers niçois intervenant pour mettre fin à ces dégradations stupides.

Les uns et les autres pourront enfin quitter le stade par toutes les grilles, cette fois, ouvertes des populaires G et H.

Quelques autres jeunes écervelés que nous n'estimons pas être des nôtres allaient sporadiquement jouer les casseurs en dégradant quelques biens dans Monaco et pendant le trajet en train.

Là encore, ils assumeront leur bêtise.

Il convient de rappeler que le déplacement à Monaco n'est marqué par aucune animosité et se veut festif.

Un usage irresponsable de la force a donné prétexte à une minorité pour « casser ». Elle ne saurait pour autant éluder la question de la formation des policiers et justifier de clouer au pilori l'ensemble des supporters niçois.

Maintenant que la lumière a été faite sur les divers événements de cette soirée, un combat commence. En effet, étant accusés, insultés, pour des faits dont nous ne sommes pas responsables et que nous condamnons une nouvelle fois, nous veillerons à que l'affaire soit réglée avec justice.

Il semble d'ailleurs échapper à certains que nous n’avons rien à gagner contrairement à d’autres avec ce qu’il s'est passé !

Brigade Sud Nice 1985

Posté par LIBERA NISSA à 21:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

01 janvier 2010

Bouòn' Anada 2010

2010_BOUON___Copie__1_

Cette année 2010 sera capitale pour la sauvegarde de notre identité face à la non-identité imposée par la France jacobine. En moins de dix ans, la L.R.L.N a réussi à faire découvrir sa véritable histoire au peuple Niçois ainsi que ses droits inaliénables. Face aux négationnisme d'Etat et ceux qui dénoncent la forfaiture de 1860 du bout des lèvres, nous pouvons déjà annoncer que des nouvelles révélations essentielles viendront confirmer, au cour de cette année de commémoration, toutes les preuves dévoilées par le mouvement garibaldien. L'édifice jacobin se fissure face à la pertinence de nos arguments. Demain, Niçois de souche comme d'adoption, se réuniront autour de nos valeurs ancestrales et nos droits inaliénables pour s'extirper d'un pays agonisant dont la structure est issue d'un autre temps. Aux septiques qui disent "ils ne nous laisseront jamais faire"  nous répondons "Nous ne LES laisserons plus jamais faire", car rien ne peut arrêter la Vérité !

Bouòn' Anada en toui e Liberà Nissa!

Posté par LIBERA NISSA à 00:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 décembre 2009

GARIBALDI & NICE

GARIBALDI___NICE_rectoVoilà enfin l’ouvrage unique qui manquait à la bibliographie de Garibaldi pourtant riche de 40 000 livres dans le monde. Cet ouvrage n’est pas un livre c’est un monument! Grand format 24 x 32, 534 pages, dont 112 d’illustrations en couleurs, 69 chapitres plus les annexes, 13 pages de bibliographie… Outre les combats épiques de Garibaldi pour la liberté des peuples en Amérique du Sud et en Europe, nous y découvrons ses rapports privilégiés avec Nice, sa ville natale qu’il aimait d‘un amour ardent et tout ce qu’il entreprit pour elle tout au long de sa vie. Citant des documents inédits, l’auteur éclaire enfin des événements peu connus de l’histoire de Nice, et la part très importante qu’y prit Garibaldi. Il donne vie à un Garibaldi humain, tel qu’il fut, dont la pureté était plus grande encore que la gloire qui nimbe son nom.  

      Nous découvrons également dans cet ouvrage, l’histoire jusqu’à présent inconnue du Comité pour Nice, que Garibaldi initia en 1860 afin d’empêcher l’annexion ; la vérité sur le soulèvement séparatiste à Nice en 1871, les rapports de Garibaldi avec la franc-maçonnerie, la Commune et la république française; la Question de Nice qui faillit faire l’objet d’un congrès international et de nombreux aspects inconnus de la vie du héros. En lisant l’histoire de cette vie, on sent battre le cœur de Garibaldi, le cœur de Nice, et au long des pages se GARIBALDI___NICE_versomatérialise la passion, la souffrance et la gloire...

    Cet ouvrage est honoré de la prestigieuse préface de Giuseppe Garibaldi, descendant direct du Héros des Deux-Mondes, Conservateur du Musée Garibaldi de Caprera, Président de l’Institut international pour l’étude de Garibaldi qui a son siège à Rome, ce qui lui confère à la fois la caution garibaldienne officielle et la qualité méritée de livre de référence.  

    

L’auteur sollicité n’a pas souhaité s’exprimer sur cette œuvre magistrale qui a nécessité trois ans de travail intense, et à notre remarque : « Ce n’est pas un livre, c’est un monument ! », il a simplement répondu : « Le monument, c’est Garibaldi, Nice peut être fière de lui avoir donné le jour ».

pour plus d'informations:

Site: LES CAHIERS DE L'ANNEXION

Posté par LIBERA NISSA à 23:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,

17 décembre 2009

Pseudo débat sur l'identité nationale à Nice: NISSART E BASTA !

Carta_NissardaL'année 2010 sera capitale pour la sauvegarde de l'Identité du Pays Niçois. Au fil des siècles, elle s'est construite avec l'apport d'immigrants qui se fondirent dans la population autochtone avec une aisance remarquable. Cette intégration s'atténua néanmoins, suite à l'annexion frauduleuse de 1860, et l'arrivée d'un nombre non négligeable de colons "franchouillards" arrogants, rejetant avec vigueur et mépris ce peuple qui leurs accordait pourtant une hospitalité évidemment contrainte! Les parfaits descendants de ceux qui au cours des siècles avaient envahi, pillé et martyrisé le Pays de Nice. L'Identité Niçoise ne se résume pas comme voudrait le faire croire certains imposteurs, uniquement à une appartenance ethnique, tout comme d'autres à un folklore désuet. Elle est issue d'un environnement géographique, d'une longue histoire, d'une langue, d'une culture riche et ouverte, d'une certaine idée de la liberté cultivée pendant des siècles et qui nous incite, encore de nos jours, à rejeter toute forme d'obligation dictée par qui que ce soit! S'ajoute à tout cela ce qui est sûrement le plus important aujourd'hui pour la sauver:
Nos droits juridiques inaliénables!
Pour sa survie, le peuple Niçois s'allia avec ses voisins, la ligue Génoise (617) puis Pise (1166) , et protégea jalousement, tout au long de son histoire, sa souveraineté et plus tard par défaut, son autonomie élargie comme ce fut le cas avec La Dédition conditionnelle de 1388  avec la Maison de Savoie! Il faut aussi  Barbets_pendus_par_les_fran_aiss'intéresser à ce qui se passa dans le Pays Niçois en 1543, 1691, 1705 ou lors de la première annexion (1792-1814) pour pouvoir affirmer que les Niçois n'avait aucune raison rationnelle d'imaginer rejoindre la patrie de leurs bourreaux séculaires! Quand ils le firent contraints et forcés en 1860, ils regagnèrent leur liberté à la première occasion donnée, par les urnes et seulement onze ans plus tard, le 8 février 1871 avant d'être spoliés une fois de plus, par la force des baïonnettes !
Contrairement à ce qu'affirment les diffuseurs de la pensée unique jacobine, le peuple Niçois étaient beaucoup plus libre avant 1860! Il suffit d'observer les statuts dont s'est doté Nice dès 1108 ainsi que les franchises et autres dispositions avantageuses dont bénéficiait le pays de Nice jusqu'à l'enchainement et tentative de dissolution suite à l'annexion scélérate. Etrangement, plus notre véritable histoire est révélée dans des ouvrages qui relaient des arguments étayés par des preuves incontestables, plus les érudits "officiels" nous ressassent la vieille propagande négationniste élaborée par la IIIeme république. Nous pouvons trouver curieux que ces "historiens" ne s'interrogent pas un seul instant sur les arguments, pourtant pertinents, exposés par la L.R.L.N! Simulant la bonne foi, à grand  proupagandarenfort de couteux papier glacé et d'articles dans le monopole de presse (qui n'a de Niçois que le nom), ils préparent leurs festivités pour les 150 ans du "rattachement plébiscité par la quasi unanimité du peuple Niçois à la France", magnifique pays que Victor Hugo, contemporain de Napoléon III, décrivit si bien dans:             "Les Misérables"!
Si cette version est exacte, pourquoi ne pas en débattre ouvertement avec ceux qui la contredisent?
NICE 1792 -1814 de Joseph André  , NICE CONTEMPORAINE de Henri Sappia  ainsi que NICE DEMAIN L'INDEPENDANCE de Alain Roullier-Laurens  sont ils des tissus de mensonges?
Qu'attendent ils pour le démontrer textes à l'appui?
Désormais, de très nombreux Niçois prennent conscience qu'ils ont été roulés dans la farine et que ceux que l'on présentait comme de dangereux "illuminés Niçois" ne dévoilaient en fait que la stricte Vérité! D'ailleurs des associations culturelles de premier plan commencent enfin à dénoncer la forfaiture démontrée de 1860, bien obligées par l'opinion éclairée de leurs adhérents et sympathisants. Quand aux "officiels", s'ils ne persistent pas à rabâcher leurs mensonges d'Etat, ils minorent les faits outrageusement et se décrédibilisent un peu plus à chaque intervention...
Face à une propagande venue d'un autre temps et usée jusqu'à la corde, il y a des ouvrages, des preuves et des médias libres. La vieille soupe périmée trop souvent réchauffée devient pour les Niçois de plus en plus indigeste... Quand viendra l'heure du "grand banquet" organisé par les falsificateurs en 2010, les Niçois ne seront pas présent pour festoyer avec eux mais pour leur présenter une addition qui risque d'être salée...

"Il n'est pas de tyran au monde qui aime la Vérité, la Vérité n'obéit pas"
Alain

Posté par LIBERA NISSA à 18:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,