31 août 2012

Dossier historique de Nice matin: mémoire sélective dans un contexte revu et corrigé !

Nice_matin_histoire Cet article paru dans Nice-matin est intéressant non pas pour son contenu historique car les niçois savent trés bien comment leurs aïeux furent " rééduqués " par les enseignants de l'école républicaine aussi appelés " hussards de la république ", mais par la volonté affichée de l'auteur de nier le contexte dans lequel évoluaient les Niçois à cette époque...


Le sujet est traité comme il pourrait l'être dans n'importe quelle région française avec des enfants embrigadés dès leur plus jeune âge dans le but de venger l'humiliation de 1870 qui vit la France perdre l'Alsace et la Lorraine, annexées par l'Allemagne.
Seulement voila, il y a un " hic "... le Pays de Nice n'était pas (et n'est d'ailleurs toujours pas) une " région française comme les autres " du fait que les jeunes niçois vivaient la même situation que leurs homologues alsaciens et lorrains : à dix ans d'intervalle, leurs parents avaient été annexés illégalement par un pays étranger et on les assimilait de force à leur " nouvelle patrie " qu'ils devraient défendre en faisant couler leur sang aux cotés de leurs " nouveaux bienfaiteurs "...


nice_annexionLa IIIeme république a " rééduqué " les enfants de ceux qui ont subit l'annexion scélérate de 1860 et  la répression de 1871 suite au soulèvement séparatiste provoqué par l'invalidation du scrutin gagné triomphalement par la liste menée par Garibaldi.
Sur tous les monuments aux morts du pays de Nice sont inscrits les noms de jeunes niçois qui ont été envoyés, pour le compte du pays qui les asservissait, mourir dans des pays lointains et froids, pour défendre des droits que la France nie toujours à leurs descendants...


En effet, le 17 février 1871 devant le parlement français réfugié à Bordeaux, M. Emile Keller, au nom des députés du Haut-Rhin, du Bas-Rhin et de la Meurthe et Moselle, protesta contre l’annexion de l’Alsace et la Lorraine par l’Allemagne afin de préserver les droits de ces populations et de la France. Quarante-sept ans plus tard, à la fin de la guerre de 1914-1918, quelques heures seulement après l’armistice signé le 11 novembre, l’Assemblée nationale française se réunit en séance extraordinaire ; la séance fut ouverte à 14 H 45, et les députés réclamèrent  immédiatement à la communauté internationale le retour des provinces perdues lors de la précédente guerre.


drapeau_nissartEn 1860, après être intervenus au parlement de Turin avant même le vote sur la ratification du traité du 24 mars qui cédait Nice et la Savoie à la France, les deux députés de Nice, Garibaldi et Laurenti-Roubaudi avaient adressé leur démission au président de cette assemblée. Le texte de cette lettre est capital puisqu’en droit, il constitue la protestation officielle de la représentation nationale niçoise après le plébiscite frauduleux au même titre que celle de Keller.


Quand aux "enfants de la laïque qui cognaient sur ceux de la religieuse et les gosses de la communale, qui parlaient nissart et provoquaient ceux du Lycée parce qu'ils parlaient français ", la caricature est telle, qu'elle en devient risible...
Des niçois incultes et curetons qui parlaient le Nissart  "qui provoquaient ceux du Lycée parce qu'ils parlaient français "...

L'auteur de l'article semble vouloir faire croire qu'il ne sait pas que l'église, par l'intermédiaire de Monseigneur Pierre Sola ( dont un lycée professionnel " laïque " porte le nom à Nice) fut l' acteur incontournable de l'annexion frauduleuse du Pays de Nice en 1860 !

 

Plus de cent ans ont passé et on nous sert toujours la même soupe périmée cuisinée par la troisième république... soupe que les niçois trouvent de plus en plus indigeste !

 

Coura lu Françès pisson contra lou vent de l'istoria, si bagnon la camilha !


ALLIANZ RIVIERA: 0% Nissart mais 100% Vergougna !

allianz_riviera« Le nom attribué au futur Grand stade de Nice a stupéfait la population et les supporters : les responsables ont fait le choix de la honte, alors que tout le monde attendait qu’ils fassent le choix de la gloire en le baptisant « Garibaldi ».  Dans une société française  où tout est à vendre, il n’est pas étonnant que l’argent ait conduit certains à cette intolérable indignité.

« Dans une ville qui a eu beaucoup à souffrir le l’occupation lors de la seconde guerre mondiale, où l’on a fusillé des jeunes otages du Lycée Masséna, torturé des résistants, déporté opposants et minorités religieuses, d’où des convois sont partis  vers les camps d’extermination, nommer « Allianz » le grand stade de Nice est une insulte à leur mémoire. C’est aussi une insulte à leurs descendants, qui décemment ne pourront pas mettre les pieds dans un stade qui porte le nom d’une société qui à l’époque nazie assurait entre autre le personnel du camp d’extermination d’Auschwitz, et les bâtiments, fours crématoires, laboratoires où l’on procédait à de hideuses expériences,  et sans doute aussi les chambres à gaz et les stocks de Zyklon B.

 « Après la destruction, lors  de la nuit de cristal, des biens appartenant à des juifs, soit 200  synagogues et 6500 magasins, puis à l'exode et aux déportations qui suivirent, cette société qui assurait beaucoup des  biens détruits, remboursa... les nazis auteurs des déprédations !

 Allianz_kurt_smith« Cette société, autrefois très liée au parti nazi, dont le directeur général Kurt Schmitt devint même ministre du Reich, en ne changeant pas de nom après la guerre, a montré clairement qu’elle ne rejetait pas catégoriquement son noir passé qu’il convient de rappeler brièvement. Fouiller dans les latrines de l’Histoire n’est point agréable, mais il convient de le faire, pour rappeler aux financiers immoraux que l’indignité flétrit, qu’elle marque une société au fer rouge, et que l’honneur, et la dignité  n’ont pas de prix.

 « Aux Etats-Unis, où pourtant le capitalisme règne, une levée de bouclier a empêché ce qui malheureusement est arrivé à Nice. En effet, alors que cette société s’implantait dans le pays, la presse et notamment le New York Time, dévoilèrent, en 2008, les négociations secrètes de la société Allianz avec les équipes New-Yorkaises des « Jets » et des « Giants » aux fins de donner son nom au stade de Meadowlands en échange du versement de 25 millions de dollars par an à ces deux équipes. Les journaux dévoilèrent  à cette occasion « que cette société assurait les installations des camps de concentration et adressait aux nazis l’argent dû  aux légitimes bénéficiaires Juifs »...

 ALLIANZ_RIVIERA_STADIUM« La présidente Républicaine du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des Représentants, dénonça, elle aussi le scandale et déclara dans les médias : « Allianz n’est pas un conglomérat ordinaire de l’assurance ;  cette compagnie a été impliquée dans l’une des plus grandes atrocités de l’histoire récente et a usé de longues manœuvres dilatoires pour éviter d'affronter la responsabilité de ses actes. Il est largement temps pour Allianz de payer sa dette aux survivants et aux familles qui ont souffert des conséquences de l‘Holocauste ». Des procès sont d’ailleurs toujours en cours, initiés par les victimes et leurs descendants.

Intégralité du communiqué >>> NOM DU GRAND STADE DE NICE : LE CHOIX DE LA HONTE !!! - Parti Niçois - Partit Nissart - site officiel

 

26 août 2012

Julien Llinares (Parti Niçois-Partit Nissart) candidat à l'élection dans le canton de Levens !


portrait llinares 6Son engagement lui a valu d’être désigné pour faire partie de la délégation niçoise qui s’est rendue à Genève le 24 mars 2010, (jour du 150ème anniversaire de la signature du Traité de Turin en 1860) ; après avoir rejoint la délégation savoisienne et donné une conférence de presse commune à la presse internationale au célèbre hôtel « la Perle du Lac », les chefs des deux délégations ont officiellement adressé la « Déclaration de Genève »  à toutes les légations diplomatiques des pays signataires du Traité de Paix de 1947 ; ce texte faisait valoir aux dites puissances que les dispositions impératives de ce Traité, déclinées à la Section IX, article IV, alinéas  1, 2, 3, n’ayant pas été respectées par la France, Nice et la Savoie, n’avaient plus aucun lien juridique avec ladite puissance annexante.

Nous demandons à tous nos adhérents, amis et sympathisants habitant à Aspremont, Castagniers, Colomars, Duranus, Levens, La Roquette-sur-Var, Saint-Blaise, Saint-Martin-du-Var, Tourette-Levens, de porter massivement leurs suffrages sur son nom et à soutenir sa candidature par tous moyens ; Originaire de ce canton, où sa famille est bien connue, Julien Llinares défend depuis longtemps notre identité, notre culture, et nos valeurs ce qui lui a valu d’être appelé au Conseil d’Administration de la L.R.L.N., laquelle encourage notre jeunesse à s’engager dans le combat politique pour la défense du Pays Niçois.
à travers lui, vous soutiendrez notre identité, niée et battue en brèche depuis l’annexion, mais qui dans notre cœur est aussi tenace que les ceps de vigne et les racines des oliviers du Pays de Nice.

Communiqué de la L.R.L.N. du 25 août 2012



 

29 juillet 2012

Nom du grand stade de Nice: les Niçois rejettent « Allianz riviera » et plébiscitent « ARENA GARIBALDI »!

Suite à la propagande récemment dictée par la mairie de Nice au monopole de presse dans un véritable placard publicitaire d'une page entière de sigles rouges et noirs représentant des fauteuils de stade stylisés et portant au bas la mention  « 35 000 sièges rouges et noirs pour nos aiglons niçois » suivie de « allianz – riviera  100 % niçois »,  alerté par les incessantes protestations de nos concitoyens et le risque grandissant de récupération de leur colère légitime par une antenne locale d'un mouvement d'extrème droite français, le Parti Niçois/Partit Nissart (branche politique de la LRLN) cautionne le nom plébiscité par une écrasante majorité de Niçoises et de Niçois et cela depuis l'annonce du projet initial: L'ARENA GARIBALDI !

Comme les Niçois ont toujours appelé le stade Léo Lagrange « Stade du Ray », ils nommeront le nouveau stade « Arena Garibaldi »!
Communiqué du Parti Niçois-Partit Nissart : NON A "L'ALLIANZ RIVIERA" - OUI A "L'ARENA GARIBALDI" !  !

allianz riviera ogcnice


26 juillet 2012

Pour les Niçois le Stade Allianz Riviera sera le Stade « Giuseppe Garibaldi » !


Les Niçois ont toujours appelé le stade Léo Lagrange « Stade du Ray », ils appeleront le Stade Allianz Riviera Stade « Giuseppe Garibaldi » !

  « NICE, LE NOM DU GRAND STADE : UN SCANDALE ! » 24 juillet 2012 - Communiqué de la .L.R.L.N.

lrln« Baptiser le nouveau stade de Nice du nom d’une compagnie d’assurance étrangère, accolé au mot « rivièra », est à la fois un non-sens et une nouvelle atteinte intolérable à l’identité niçoise. Nice n’a rien voir avec la « rivièra » terme vague inventé par le français Liegard, et bien que le Veau d’Or triomphant soit servi par les politiciens, les Niçois, eux n’ont pas l’intention de vendre leur âme et leur identité, ce qui est la même chose.

« Depuis le début de la mandature Estrosi, les atteintes à notre identité sont allées crescendo, comme si ses ambitions nationales bien connues avaient pour prix de donner au jacobinisme parisien, toujours plus de gages de « non nissartitude ».

Photos_n_ice_dg__045« Nous avons vu d'abord disparaître la reproduction de la statue de Charles-Félix devant la Mairie ; remplacée par le pouce de César, c’était un doigt d’honneur aux Niçois, en quelque sorte. Le démantèlement des fêtes niçoises organisées naguère par Dédé Truqui, réduites à la portion congrue, la suppression du mot d’accueil en niçois au standard téléphonique de la Mairie, les drapeaux Niçois devenus très discrets, la comédie de la réhabilitation de napoléon le Petit, premier dictateur moderne qui renversa la République, les ferrailles de la honte commémorant une invasion militaire et un plébiscité truqué, l’arrestation de jeunes et courageux Niçois qui chantaient Nissa la Bella devant le théâtre de Verdure le jour où l’on célébrait indignement l’asservissent de nos ancêtres, la pièce de théâtre honteuse et falsificatrice, jouée lors de ces cérémonies, louant les prétendues vertus de ce dictateur responsable de multiples assassinats, fusillades et déportations en masses, qui en outre détruisit la langue niçoise et tenta d’effacer à jamais notre identité...

« Sans oublier l’écharpe du club de Monaco portée publiquement par le maire, le « mariage » contre nature de Nice avec Marseille, la dissolution de la BSN et l’abandon programmé du stade du Ray, pour réaliser dans la plaine du Var une juteuse opération financière, qui bénéficie à de grosses sociétés non niçoises et risque de nous coûter très cher dans un avenir proche.

« Il convient également de relever à cette occasion, que Nice, depuis l’annexion scélérate a toujours été la vache à lait des banquiers et affairistes français et de nombreux exemples montrent que cela continue aujourd’hui de plus belle, alors que les niçois sont chassés de chez eux par la flambée de la spéculation immobilière, ou spoliés de leurs terrains.

« Alors qu’un sondage avait indiqué qu’une forte majorité de niçois désirait donner au grand stade le nom de Garibaldi, on l’affuble aujourd’hui, par vénalité, d’un nom ridicule. Les Niçois même menottés par le jacobinisme parisien, n’ont jamais courbé l’échine et ont toujours répondu aux offenses par le mépris. Ce fut le cas lors de l’érection de la statue du traître à Nice, masséna, dans un square public ; ne pouvant l’empêcher, ils firent en sorte de rendre ce lieu nauséabond et le baptisèrent « Lou coumun de masséna », ce qu’il est inutile de traduire.

« Ce sont encore les Niçois qui le soir du 4 septembre 1870, alors que le régime du tyran honni s’effondrait dans la honte et le sang, baptisèrent du nom de Garibaldi, l’ex-place napoléon. Les vrais Niçois d’aujourd’hui doivent suivre l’exemple de leurs ancêtres, et  baptiser eux-mêmes le Grand Stade du nom de Garibaldi, et ne le nommer qu’ainsi ; qu’importe le nom officiel résultant d’une opération financière qui bafoue la volonté populaire, celui que l’on retiendra à Nice, sera celui que lui donneront les Niçois entre eux.

« Celui qui, pour l’instant, est maire de Nice, ayant perdu l’appui supposé de l’ex-président, vient d’amorcer un virage à 180°, car il convient de caresser les Niçois dans le sens du poil à l’approche des élections municipales. Lui qui, en début de mandat, déclarait que le Var ne serait plus une frontière et aujourd’hui, qu’il veut créer un courant « bonapartiste et gaulliste » au sein de son parti, annonce à grand renfort de tambours et trompettes dans le monopole de presse, qu’il va rendre enfin aux niçois l’ancien Palais communal, sis place Saint-François, projet qui n’est pas le sien, car la LRLN, en 2008, l’avait négocié avec l’ancien maire, lequel, bon gré mal gré, avait été contraint de le faire figurer dans son programme.

« Mais l’on ne séduit personne en plagiant les autres et en mettant brusquement en épingle des projets dont on se moquait éperdument quatre ans auparavant, d’autant que durant la campagne municipale de 2008, M. Estrosi interrogé par la presse, avait cité comme ses héros niçois... uniquement des non niçois, à savoir Calmette, Mgr Rémond et Torrin et Grassi ! Il ignorait alors l’existence de Ségurana, de Garibaldi  et de Jeanne Verani !

scan_napo1« Les Niçois mesureront l’amour de M. Estrosi pour l’identité niçoise, à l’aune de l’une de ses dernières déclarations dans laquelle il a indiqué qu’il installerait dans l’ancien Palais communal, une salle où seraient exposés.... les portraits de tous les présidents de la République française !!!.... à commencer par le prince-président, futur napoléon III, qui renversa la République et annexa Nice par la force !!! Ce serait ridicule et incongru, si ce n’était pas honteux.

« Le sieur Ciotti que la presse nationale donne pour concurrent au maire, curieusement, et dans le même temps, se trouve lui aussi pris d’amour pour les traditions niçoises, au point que par le biais du conseil général, financé par nos deniers, il vient de ressusciter le Passagin... Enfin, l’été pour les touristes... et sans doute pour mieux mettre en valeur l’identité niçoise, on a vu dans le monopole de presse, une photographie du pointu mythique, arborant un beau pavillon français !!!

« Les vrais niçois sont las de ces tartufferies ; ils en ont plus qu’assez de ceux pour qui la culture niçoise n’esannessiount qu’un faire-valoir, tout au plus quelques farandoles costumées au festin des cougourdons. Les mêmes qui folklorisent notre culture, nient l’identité niçoise, car elle implique aussi une identité politique qui si elle reprenait corps, les éliminerait de facto.

PARTI_NICOIS« Cette identité politique, nous la reconstruisons depuis une décennie, contre vents et marées, et viendra bientôt le temps où, en pleine déliquescence des structures françaises, la société civile niçoise prendra ses affaires en main et chassera du pouvoir municipal les serviteurs des partis parisiens. Libera Nissa !!! (fin de communiqué)

Posté par LIBERA NISSA à 20:03 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

21 juin 2012

Suite aux élections qui ont concerné la force occupante, la LRLN communique !

"l’UMP à Nice : qui trop embrasse mal étreint"

AIGLE_MASSE_Communiqué de la L.R.L.N. du 20 juin 2012

« Le pouvoir UMP s’est effondré à Paris, remplacé par la gauche. Les cactus teintés de bleu, sont maintenant devenus roses, mais ils conservent leurs vénéneuses épines . Ces deux partis jacobins ont grandement nuit à Nice à tour de rôle, car le jacobinisme refuse de reconnaître notre identité particulière et plus encore les droits qui nous ont confisqué jadis par la force. C’est pourquoi, nous avons toujours refusé de reconnaître leur légitimité chez nous. Le nombre de bulletins nuls et l’énorme taux d’abstention de 53 % démontre que les élus UMP à Nice, sont très fragilisés, même s’ils poussent des cocoricos de victoire afin de donner le change...

Lire la suite...

19 juin 2012

De souche comme d'adoption: rejoignez les Niçois libres !

Les Niçois existent bien. Nous le savions évidemment, mais certains voudraient faire croire le contraire, comme ceux qui prétendent que les Niçois sont “un peuple résiduel”. La L.R.L.N (Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises) à voulu, en créant la Carta d’Identita Nissarda, recenser tous les Niçois de souche ou d'adoption, demeurant à Nice ou dans l'arrière-pays, qui revendiquent fièrement leur nissardité et nos valeurs ancestrâles, afin de resserrer entre Niçois les liens distendus pas notre société laquelle est le fruit d’une logique politique et économique qui nous a été imposée par Paris.

 

Pour les promoteurs et bénéficiaires de ce système, l’identité niçoise doit disparaître et il n’en doit rester que la tourte de blette, car un homme, tant qu’il est conscient que son identité est particulière, ne peut être facilement lobotomisé et transformé en numéro sur une ligne d’ordinateur.

 

Etre titulaire d’une Carta d’Identita Nissarda, c’est d’abord s’affirmer en tant que Niçois avant tout, entrer en communion d’esprit et d’action avec désormais les milliers de Niçois qui l’ont également, et reconstituer avec eux une force niçoise, basée sur des valeurs niçoises afin de pouvoir s’opposer plus efficacement à tous ceux qui détruisent Nice.

 

C’est aussi protester contre le saccage de notre ville et la panbagnatisation de l’identité niçoise, transformée en folklore à deux sous, qui sert de faire-valoir aux politiciens locaux et amuse les touristes parisiens en safari chez nous.

 

La Carta d’Identita représente la condamnation de tout ce qui nuit à notre identité, l’union de ceux qui aiment Nice et surtout l’amorce d’un grand renouveau niçois, ce qui est un immense espoir.

 

Comme l'ont fait des milliers de Niçois depuis sa création, que vous soyez Niçois de souche ou d'adoption: Rejoignez nous !

  

 

siege_LRLNPour obtenir la Carta d’Indentita Nissarda téléphonez au 06 12 86 25 05 ou rendez-vous au siège de la L.R.L.N au 1 rue Caïs de Pierlas – 06300 Nice, le vendredi après-midi de 16h à 19h30 ( ou sur rendez-vous).

13 avril 2012

Election présidentielle 2012: Votons Niçois !

Concernant la mascarade qui est l'élection présidentielle Française, le Peuple Niçois Libre a la possibilité d'envoyer un message fort à la force occupante. Bien que le nombre de bulletins « Nice Libre » ne sera jamais publié officiellement, la préfecture les comptabilisera quand même « pour information » !

A la présidentielle je vote contre l'occupation illégitime du Pays de Nice par la France !

Les 22 avril et 6 mai 2012, je vote « Nice Libre » !!!

bulletin nice libre

12 Avril 2012 - Communiqué  du Parti Niçois/Partit Nissart

Parti_nicois_2_1

« Le Parti Niçois/Parti Nissart n’avait pas souhaité jusque là, communiquer à propos du grand Barnum organisé par la classe politique française à l’occasion de l’élection présidentielle car cette campagne n’a été que mauvaise foi, contre-vérités,  poudre aux yeux et tumultes inutiles. Lors de cette foire d’empoigne indigne et insultante pour le corps électoral, les bateleurs et marchands de rêve patentés ont monté leurs tréteaux, et proposé les habituelles potions magiques, et soupes réchauffées en se gardant bien  d’aborder concrètement  et en détail les problèmes essentiels qui intéressent le public ; quand à l’effort financier que devront supporter toutes les catégories de contribuables après les élections, aucun des candidats ne l’a chiffré avec certitude. Et pour cause ! L’honnêteté a été la grande absente des débats » !

Suite du communiqué

24 mars 2012

La Déclaration de Genève signée par la LRLN a 2 ans !

JdP_et_ARLCe 24 mars, nous fêtons le deuxième anniversaire de la déclaration de Genève faite par Alain Roullier-Laurens président de la L.R.L.N et Jean de Pingon fondateur de la ligue savoisienne le jour des 150 ans de la signature du déjà illégal traité de Turin le 24 mars 1860.
Pour rappel, les signataires de La Déclaration de Genève avaient interpellé la communauté internationale concernant l'abrogation du traité de Turin, seul lien juridique entre la Savoie et le Pays de Nice d'une part et la France d'autre part.
Leurs arguments étaient étayés par des documents Onusiens irréfutables qui sont celui du secrétariat des Nations Unies confirmant l'inexistence d'un quelconque enregistrement du Pays de Nice et de la Savoie (ainsi que de la Corse) par la France appuyé des articles ONU_001___CopieOnusiens concernant la charte des Nations Unies qui démontrent formellement et ce grâce à l'article 44 alinéa 1, 2 et 3 du traité de paix international signé en 1947 ainsi que l'article 55 de la constitution française, l'impossibilité d'enregistrer Nice et la Savoie dufait de l'abrogation définitive du traité de Turin ! Dans un premier temps la France a tenté de minimiser les conséquences de cet état de fait mais annonçait quand même qu'elle allait notifier à l'Italie le traité de Turin suspendu en 1940 et enregistrer le "malheureux oubli" dans les plus brefs délais en oubliant que la démarche se ferait 63 ans trop tard dufait que l'article 44 du traité de paix international indique clairement que « chacune des Puissances Alliées ou Associées notifiera à l'Italie, dans un délai de six mois à partir de l'entrée en vigueur du présent Traité, les traités bilatéraux qu'elle a conclus avec l'Italie antérieurement à la guerre et dont elle désire le maintien ou la remise en vigueur. Toutes dispositions des traités dont il s'agit qui ne seraient pas en conformité avec le présent Traité seront toutefois supprimées » et que sa propre constitution (la constitution française) dans son article 55 indique tout aussi clairement que « les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie ».
Nous savons de source sûr qu'au moins une tentative d'enregistrer le traité abrogé en douce a été faite par la France qui s'est bien évidemment vu rejetée par les instances internationales...
ONU_1947_2010Ce 24 mars 2012, le droit français ne s'applique toujours pas en Pays Niçois et en Savoie du fait qu'il n'existe plus de lien juridique entre ces pays annexés et la France.
Pour le Pays de Nice, le dernier acte juridique officiel le concernant et le manifeste signé par le roi Victor-Emmanuel II  (publié le 1er avril) par lequel il déliait officiellement les Niçois et les habitants du Comté de leur serment de fidélité à sa personne et à sa dynastie. A cette date, la charte de 1388 étant caduque, le Pays de Nice retrouvait légalement son indépendance en même temps que sa pleine souveraineté. Cet acte qui abrogeait tout lien de droit entre la maison de Savoie et le Pays de Nice, et par voie de conséquence tout lien de droit entre ce dernier et la Sardaigne, établissait incontestablement l'indépendance du Pays de Nice.
La France tente de minimiser la portée juridique de l'abrogation du traité de Turin, appuyée par des trèsgiaume__estrosi__ciotti__racines_pays_ni_ois récentes associations culturelles proches du conseiller municipal Estrosiste JM Giaume "arcalpinnistes" ou autres " occitanistes ", dont les "exploits" sont relayés abondamment par le monopole de presse (sic) qui tentent de récupérer ou plus plutôt de décrédibiliser la Déclaration de Genève (sans bien sûr jamais en citer les véritables auteurs) entre deux chars de carnaval subventionnés par la force occupante.

Mais les faits restent ce qu'ils sont:

grâce à La L.R.L.N qui est au service du Pays Niçois depuis déjà 10 ans les Niçois savent que le droit français ne s'applique pas légalement dans le Pays de Nice avec toutes des conséquences juridiques que cela induit même dans notre quotidien !

Posté par LIBERA NISSA à 07:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,