28 décembre 2011

Voeux pour 2012: santé et surtout courage pour les Niçois !

L'année 2011 se termine...
Comme l'année précédente, les Niçois libres n'ont pas chômé !

Nissartitude-Positive-Nice-Beaucoup de ceux qui furent déboussolés un moment par les gesticulations inutiles et ridicules de faux niçois à la botte de la puissance annexante, partisants de la soi-disant « nissartitude positive » prônée par le quotidien Nice-matin, (c’est tout dire ... !) ont compris que cette grande panbagnatisation de notre culture était destinée à reléguer notre identité dans un folklore désuet. Le but des panbagnatiseurs de tous poils est de neutraliser les forces vives niçoises encore actives qui font peur au pouvoir politique français en pleine déliquescence.

Tous ceux qui ont compris le jeu des ennemis de Nice, nous rejoignent en nombre croissant pour mener le légitime combat que la L.R.L.N soutient depuis 10 ans !

partit_nissart

L'année 2011 a vu le retour en politique des Niçois libres baillonnés depuis la victoire séparatiste spoliée par les baïonnettes françaises en 1871 ; à l'occasion des élections cantonales de 2011 la branche politique de la L.R.L.N ( le Parti Niçois / Partit Nissart ) a présenté des candidats qui ont obtenu des résultats plus qu'encourangeant compte tenu de l'échiquier " bipolaire élargi " imposé par la propagande et le système politique français !

Ces candidatures séparatistes ont semble-t-il provoqué un vif émoi dans le ministère de tutelle de la préfecture des Alpes-Maritimes (ministère de l'Intérieur), dont certains employés semblaient très amusés par les coups de téléphone incessants et inquiets de Paris demandant : « c'est quoi ce nouveau parti » ?

ONU_001___CopieLe fait que nous provoquons systématiquement l'embarras des plus hautes autorités françaises en revendiquant les Droits de Nice, démontre une fois de plus que nous sommes sur la bonne voie ... Il faut dire que depuis La Déclaration de Genève , la France n'a cessé de minimiser les conséquences de l'abrogation du traité de Turin en 1947 en particulier par l'intermédiaire du monopole de presse niçois, tout en essayant de l'enregistrer à l’ONU discrètement... et sans succès jusqu'à présent ; et pour cause....

Beaucoup de Niçois ont comprit à leurs dépens que le « modèle français » vanté par les politicards professionnels qui mangeant à l’auge de la force occupante, a définitivement touché le fond , comme la L.R.L.N l'avait prévu depuis dix ans !

Les Niçois ne peuvent que constater l'échec cuisant de la politique de la France dans tous les domaines, l'effondrement de la protection sociale et des régimes de retraites, l’enlisement de l'éducation nationale française qui n'est désormais qu'une usine à cancres, l’augmentation inquiétante de l’insécurité, un taux de chômage qui croit chaque jour, la suppression programmée de milliers d’emplois, l’affaiblissement de la morale comme du civisme, et de très sombres perspectives pour l’avenir...

Les relais du pouvoir à Nice ont organisé récemment un pseudo « mariage » contre nature entre le Pays de Nice et la Provence ... aujourd’hui du fait de la situation désastreuse  de Marseille, les conflits entre gangs issus de la diversité française s’y règlent à coup de Kalachnicov ! L'union démagogique voulue par les politiciens locaux avec la capitale provençale (tutrice de Nice) ne pourra que nous mener à la guerre civile ! Et cela, les garibaldiens niçois ne l'accepteront jamais car les Niçois ne sont pas responsables de la manière désastreuse dont la France a mené sa décolonisation, laquelle a entrainé non seulement une immigration incontrôlée, mais aussi des confrontations éthniques !

PREFET AMCette étrange « république » méprise la volonté populaire comme cela a été le cas lors du référendum d'initiative populaire à Tende interdit par le plus grand symbole de la France jacobine à Nice : le préfet ! Le dangereux projet d’Eco-Vallée contraire au plus élémentaire principe de précaution, est poursuivi, contre l’avis de la majorité des habitants, alors qu’il va à l’encontre de nos intérêts vitaux présents et futurs !

Sous la domination française, l'expression de « Peuple souverain » n'a jamais eu de sens !

soupe_au_porcQuand aux discours des « identitaires » français, plus bleu blanc rouge que jamais, les Niçois libres savent très bien que ce qui touche aux thèmes de la sécurité ou de l'islamisme radical sont des problèmes internes à la France occupante ! La France les impose aux Niçois qui les subissent. En recouvrant nos Droits, il n’y aurait plus ces problèmes importés d'outre-Var. Les tenants de l'ultra droite française se parent du vocable niçois usurpé  « nissa rebela » et se revendiquent « liés historiquement » à la France ! Ils sont donc co-responsables du problème qu’ils dénoncent ! Une aberration mentale pour toute personne qui se réclame Niçoise !

L'année 2012 qui se présente risque d'être très difficile !
Les Niçois peuvent garder espoir car ils ont des droits à revendiquer !
Heureusement...

Que 2012 soit l’année de l’union autour du Parti Niçois, de toutes les Niçoises et de tous les Niçois écœurés de voir l’infâme marécage où les ont traînés depuis des décennies, les politiciens français. Quelle soit l’année du grand sursaut pour sauver Nice.. !

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.


05 décembre 2011

La L.R.L.N au service du Pays Niçois depuis déjà 10 ans !

Nice_cote_d_azurEn cette année 2011, nous fêtons les 10 ans de la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises, (L.R.L.N.). Durant cette décennie, le mouvement garibaldien n'a pas chômé. La L.R.L.N. a remis les pendules à l'heure avec la France concernant notre histoire falsifiée sans discontinuer depuis maintenant 151 ans.


Ce fut d'abord l'ouvrage référence NICE DEMAIN L'INDEPENDANCE, étude particulièrement brillante et extrêmement documentée, dans lequel l’auteur Alain Roullier-Laurens a apporté la preuve absolue que le traité de Turin est caduc pour de multiples raisons de droit et de fait :
 24 Mars 1860, traité invalide et par la suite non respecté. 1er Avril 1860, occupation militaire française suivie d’un plébiscite truqué quinze jours plus tard. 8 février 1871, confiscation du vote séparatiste massif des Niçois et dictature à Nice. Juin 1940 : suspension du traité de Turin. Février 1947, traité de Paix international fixant les modalités de remise en cours des traités internationaux :: non respect par la France des clauses impératives fixant les modalités de remise en vigueur du traité de Turin…

L'e1871_CANONSxhumation de NICE CONTEMPORAINE (ouvrage brulôt, tenu sous clef à la Bibliothèque de Nice qui n’était accessible qu’à des personnes choisies et dont personne ne pouvait prendre copie) de Henri Sappia qui fonda plus tard la revue Nice-Historique et de l’Acadèmia nissarda, et qui était alors en exil volontaire à Londres, après le soulèvement séparatiste de Nice qui suivit les élections du 8 février 1871 et sa répression à la baillonnette. L’ouvrage imprimé à Londre fut saisi à la frontière française et pilonné ; seuls trois exemplaires existent au monde. Grâce à l’exemplaire conservé dans une célèbre bibliothèque en Italie, le président de la L.R.L.N. participa à sa traduction de l’italien et le fit publier ; le 29 septembre 2006, date du centième anniversaire de la mort d’Henri Sappia en 1906, une délégation de la L.R.L.N. déposa sur la tombe du grand Niçois, le premier exemplaire réimprimé de son livre interdit et détruit par la France. Le lendemain, il était en librairie à la disposition des Niçois qui un siècle plus tard pouvaient enfin prendre connaissance du texte capital qu’Henri Sappia leur avait adressé. Prophétiquement Henri Sappia avait placé en exergue au début de l’ouvrage cette formule latine de Virgile : « Forsan et haec olim meminisse juvabit. »... Et peut-être, un jour, le souvenir de ces évènements sera utile... Un siècle plus tard les Niçois prennaient connaissance de ce texte, et aujourd’hui, cinq ans plus tard, ce jour est venu. : le souvenir de ces évènements, va justifier que les Niçoises et les Niçois prennent le pouvoir chez eux. par les urnes comme ils l’auraient fait en 1871 si la puissance occupante n’avait pas répondu à leur vote par des canons et des baillonnettes... Aujourdhui, après la Déclaration de Genève (voir plus bas), on ne pourra plus employer la force pour faire taire les légitimes aspirations des Niçois à se gouverner eux-même.
 
r_volutionnaires_fran_aisNICE 1792-1814 du niçois Joseph André, lui aussi exhumé, traduit de l’italien et publié à Nice ; cet ouvrage s’appuyant sur une multitude de documents officiels originaux et des témoignages d’époque, nous a restitué une part importante de l’histoire de Nice occupée et martyrisée par la France révolutionnaire puis impériale, époque très peu connue et volontairement occultée.

Jous__GaribaldiGARIBALDI & NICE superbe ouvrage historique et iconographique, honoré de la prestigieuse préface de Giuseppe Garibaldi, descendant direct du héros des Deux-Mondes, Conservateur du Musée Garibaldi de Caprera, Président de l’Institut international pour l’étude de Garibaldi, qui a son siège à Rome, ce qui confère à cet ouvrage, à la fois la caution garibaldienne officielle et la qualité méritée de livre de référence. Caution confirmée par Giuseppe Garibaldi qui répondit à une correspondante niçoise lui demandant où elle pouvait trouver des renseignements sur son ancêtre : « Il n’y a que deux personnes qui peuvent vous parler de Garibaldi ; en France c’est Alain Roullier-Laurens, en Italie, c’est le Dr Achille Ragazzoni. ». La réponse du descendant direct du héros des Deux-Mondes, se passe commentaires.


Sans_titre___CopieLA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE : paru l’année où la France fêtait à Nice le 150e anniversaire de l’annexion ; cet ouvrage ne décline pas seulement les véritables raisons de l’annexion et le mécanisme des fraudes ; il met en lumière l’action du Comité pour Nice de Garibaldi, et le projet politique d’Arson qui eut fait de Nice le centre de l’Europe. En dévoilant pour la premiere fois le nom des Niçois qui, en 1860, avaient le droit de voter, et par voie de conséquence leurs ayant droit actuels, il permet au passé de peser sur la réalité d’aujourd’hui. L’auteur explique également pourquoi la violation par la France des dispositions du traité de paix de 1947, relatives à la remise en cours des traités avec l’Italie ainsi que la Déclaration de Genève, en date du 24 mars 2010, remettent en cause la validité de l’annexion et des lois françaises à Nice et en Savoie. Un député inquiet des conséquences nationales et internationales de l’abrogation du traité de Turin a très récemment posé une question écrite au ministre de l’Intérieur, envisageant même un processus de décolonisation pour Nice et la Savoie.

Viennent complèter la collection MASSENA, LA TRAHISON, LES LAURIERS ET LES OMBRES d’Alain Roullier-Laurens, paru l’année dernière ainsi que un témoignage capital concernant l'annexion frauduleuse de Nice, un de plus, du niçois Pierre Louis Caire, lui aussi exhumé de l’oubli et republié cette année : Annexion de Nice en 1860, UN NOUVEAU TEMOIGNAGE ACCABLANT de Pierre Louis Caire . Souvenirs historiques documentés de 1860 .

Tous ces ouvrages sont disponible en librairie et plus particulièrement à la librairie presse République, avenue de la République et à la librairie la Source rue Bonaparte, ainsi qu’au siège de la L.R.L.N.

38006900_mEn 2007, la LRLN a organisé à Nice  " le comité populaire pour le bicentenaire " créé pour l'occasion avec l’arrière-petit-fils de Garibaldi conservateur de la maison-musée de Garibaldi à Caprera et le seul autorisé par l’Etat italien à y résider, Président de l'Institut historique International des Etudes « Giuseppe Garibaldi » et le représentant officiel de Garibaldi en Italie et dans le monde. L'action du comité officiel « Giaume /Mangiapan » organisée par la force occupante et cautionnée par les associations culturelles dites « niçoises » ne fut qu'anecdotique pour le Peuple Niçois.

Alain_Roullier_LRLNPendant cette décennie, la LRLN n'a pas seulement répondu aux questions que le Peuple Niçois se posait depuis un siècle et demi sur son histoire grossièrement réécrite. L'année de la naissance du mouvement garibaldien, son président Alain Roullier-Laurens fut à la tête de la liste Sauver Nice. En 2008, alors arrivé en 3eme position, il a fait chuter Eric Ciotti dans le très symbolique 1er canton historique du port. Eric Ciotti avait été désigné à l'époque par l'ancien président du conseil général des alpes maritimes (Christian Estrosi) comme étant son successeur ! Eric Ciotti arrivera néanmois à ses fins suite à la mascarade de St Martin Vésubie et un jeu de chaise musicale cynique jetant à la face des Niçois le mépris qu'a pour la démocratie les sbires de la France jacobine !

ONU_1947_2010Le 24 mars 2010, date anniversaire de la signature du Traité de Turin en 1860, pendant que la force occupante fêtait la signature du déjà illégal « traité de Turin » , la L.R.L.N, par la très officielle Déclaration de Genève interpellait de Genève, la communauté internationale au sujet de l'abrogation dudit traité en 1947 par l'Organisation des Nations Unies ! Ce même jour historique, naissait la branche politique de la L.R.L.N: le Parti Niçois / Partit Nissart !

Pendant toutes les festivités concernant les 150 ans de l'annexion en 2010, en plus des ouvrages cités plus haut, la L.R.L.N. a également exhumé des articles du journal anglais The Times témoignant de l'annexion scélérate de 1860 et de la répression à la baillonnette du soulèvement séparatiste de 1871 !

Le 14 juin 2010, date anniversaire de l'annexion administrative du Pays de Nice, une délégation de la L.R.L.N. était présente sur place, accompagnée de sympathisants. Au moment où retentissait la Marseillaise, certains d’entre eux ont spontanément entonné Nissa la Bella à pleine voix . Instantanément, les forces de l’ordre jacobines se sont emparées d’eux et les ont conduits à la caserne Auvare, ce qui prouve à la fois que chanter l’hymne niçois à Nice est aujourd’hui un délit, et que la france jacobine est encore bien décidée à détruire définitivement l’identité niçoise qu’elle n’a pu détruire jusque là...!

Parti_nicois_2_1En 2011, pour les 140 ans de l'insurrection de 1871 la branche politique de la L.R.L.N, le Parti Niçois - Partit Nissart , a présenté des candidats aux élections cantonales et malgré l'amnésie de la propagande annexioniste et le silence des médias complices du pouvoir, les résultats des candidats garibaldiens ont été encourageant pour la suite du combat.

Catarina_SeguranaPendant cette première décennie du réveil du Peuple Niçois, la L.R.L.N. n'a eu de cesse de condamner les imposteurs parasitaires de la mouvance d'extrême droite française du bloc identitaire qui se cachent sous les jupons de Catarina Segurana et le vocable niçois usurpé : « Nissa rebela », titre d’une chanson niçoise, outrageusement plagié..

Les Niçois libres continueront de combattre toute idéologie qui ira à l'encontre de nos valeurs ancestrales ! Que cela soit dit une bonne fois pour toutes !

Le combat continue... Les temps calamiteux qui viennent, et nous sont imposés par la déliquescence morale et économique de la France que certains n’hésitent plus à qualifier de république bannanière où circulent les valises de billets, permettront aux Niçoises et aux Niçois de reprendre le pouvoir chez eux.

Notre devise : désintoxiquez vous de la politique française ! Ni gauche, ni droite, seulement Nice et l’intérêt des Niçois !!!

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

LIBERA NISSA !

29 septembre 2011

NOUVEAU : la LRLN décline aussi le blason Niçois en poster pour seulement 3 euros !

Constat fait des difficultés financières actuelles que subit la jeunesse Niçoise qui reste très attachée au premier symbole du Pays de Nice, la LRLN décline désormais aussi le blason Niçois en poster (taille 100cm x 70cm). La LRLN a décidé que ces superbes affiches ne couteraient que trois euros l'unité et dix euros le lot de quatre.  

Disponible au siège de la L.R.L.N, 1 rue Caïs de Pierlas les mercredi et vendredi à partir de 16h (plan ).

poster blason Nice

Posté par LIBERA NISSA à 20:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

27 septembre 2011

Dédition de Nice à la Savoie en 1388: les véritables enjeux pour le Pays de Nice !

d_dition__1_Les Niçois se sont toujours rebellés contre les féodaux provençaux qui voulaient les asservir. En 1108, ils franchirent définitivement le pas en proclamant leur indépendance. Ils élisaient leurs consuls, édictaient leurs lois, passaient des traités et accomplissaient tous actes de souveraineté.  Plusieurs fois envahie par la suite, Nice se révolta à nouveau et rétablit le municipe. Après le décès de Louis d’Anjou en 1384 et l’assassinat de Charles de Duras roi de Sicile et de Hongrie en 1386, les tuteurs de leurs héritiers se disputèrent la Provence ; les Niçois avaient choisi Ladislas de Duras, car son père leur avait conservé toutes les franchises municipales. En 1388, la Maison d’Anjou, branche cadette de la Maison de France, envoya une puissante armée pour réduire Nice. Mais Ladislas et sa tutrice la reine Marguerite, assiégés dans Gaète, ne pouvaient protéger Nice des Angevins. Marguerite donc donna l’autorisation aux émissaires niçois de traiter selon leurs souhaits. Le comte de Beuil, gouverneur de Nice, après l’avis du grand Conseil, négocia avec le comte de Savoie. L’armée angevine campait déjà devant Saint-Paul de Vence, quand le comte de Savoie arrivant par les cols, établit son camp à Saint-Pons.

Une assemblée plénière des habitants fut convoquée, et après avoir délibéré « a tiertia usque ad vesperas » (de la 3ème heure jusqu’aux vêpres) les Niçois décidèrent de traiter avec le comte de Savoie. Leurs délégués se rendirent à Saint-Pons et établirent avec le nouvel allié une charte déclinée en 34 articles . En échange de sa protection, les Niçois accordaient un protectorat conditionnel au comte de Savoie. Aucun des 34 articles de la charte ne fait allusion à la naissance du « Comté de Nice ». Les termes employés pour désigner le Pays de Nice dans son ensemble étaient bien avant le 28 septembre 1388 « Nice et sa viguerie » ! 

En 1388, Nice allait être attaquée une nouvelle fois par les provençaux dont l’armée campait déjà à Saint-Paul de Vence. Deux solutions s’offraient aux Niçois: combattre ou trouver un puissant allié qui les protégerait militairement tout en respectant leurs droits inaliénables. Le traité conditionnel ne fut nullement imposé aux Niçois comme certains historiens le prétendent mais choisirent souverainement et librement ; d’ailleurs le comte de Savoie était arrivé à Saint-Pons avec une centaine d’hommes d’armes et sa cour et non à la tête d’une armée d’invasion.

L'abrogation du traité signé en 1388: Victor emmanuel II délia Nice de son serment de fidélité à sa personne et à sa dynastie le 27 mars 1860. Le traité de Turin signé le 24 mars 1860 était illégal car il violait l' Article 4 de la charte de 1388 ( le comte de Savoie ne pourrait jamais céder le Pays de Nice au comte de Provence ou au roi de France, pas plus qu’à aucun autre seigneur) ! A cette date, la charte de 1388 étant caduque, le Pays de Nice retrouvait légalement son indépendance en même temps que sa pleine souveraineté. Cet acte qui abrogeait tout lien de droit entre la maison de Savoie et Nice, et par voie de conséquence tout lien de droit entre cette dernière et la Sardaigne, établissait incontestablement l’indépendance du Pays de Nice.

Le traité signé en 1388 a été un tournant important dans l'histoire du Peuple Niçois, son abrogation du 27 mars 1860 l'a été encore plus étant donné qu'à cette date le Pays de Nice retrouvait légalement son entière souveraineté !

 

Débacle de l'UMP aux élections sénatoriales: le Parti Niçois réagit !

Communiqué du Parti Niçois / Partit Nissart du 26 septembre 2011

Parti_nicois_2_1« Le Parti Niçois/Partit Nissart, bien qu’apolitique ne peut se désintéresser de la politique nationale car elle pèse d’un poids très lourd sur le destin des Niçois. Nous ne reconnaissons pas la légitimité des partis français à Nice, mais cependant, les dernières élections sénatoriales appellent nos remarques. Les deux grands partis français qui se partagent le pouvoir se déchirent déjà, sept mois avant les élections présidentielles. Ils sont tous deux co-responsables de ce que vivent les niçois, mais pour l’heure c’est l’UMP qui gère Nice. C’est donc avec satisfaction que nous avons vu la débâcle aux sénatoriales du parti de M. Estrosi ; c’est également un revers très grave pour M. Sarkozy. C’est M. Estrosi qui par tous les moyens veut  faire disparaître l’authentique identité niçoise, la cantonnant dans un folklore à deux sous et c’est encore lui qui avec M. Sarkozy a inauguré à Nice l’année dernière les ferrailles de la honte commémorant l’occupation militaire de Nice en 1860 et le plébiscite truqué. Il nous est donc agréable que leur parti, rétrograde et va-t-en-guerre, scorie du passé, ait perdu la majorité au sénat français, ce qui laisse présager sa défaite définitive. »

Suite du communiqué cliquez  ICI


23 août 2011

Electeurs trahis par ceux qu'ils ont élu: le Parti Niçois réagit !

Parti_nicois_2_1« En effet, il ne faudrait pas oublier que l’ex-maire n’était pas seul en 2008 ; il avait sollicité la LRLN avec laquelle il avait signé une charte en dix-huit points pour revaloriser l’identité et la culture niçoise, prix à payer pour qu’elle accepte d’aller au combat à ses côtés. La veille de cette alliance, le maire était donné à 10/11% dans les sondages ce qui avait d’ailleurs motivé sa recherche d’alliances ; avec l’aide des forces niçoises de la LRLN, en majorité apolitique, au sens français du terme, il a obtenu 25,5 % soit 14,5 % de plus ce qui n’est pas négligeable. En déposant leurs bulletins dans les urnes lors de la prochaine élection municipale, tous ces électeurs trahis se souviendront certainement de l’épisode « de la main tendue », qui illustre on ne peut mieux les pratiques de la classe politique. »

 Intrégralité du COMMUNIQUE du PARTI NICOIS - PARTIT NISSART du 21 août 2011

09 août 2011

Racisme anti-niçois: La LRLN interpelle le maire de Nice !

Communiqué de la L.R.L.N. en date du 9 août 2011

AIGLE_MASSE_

« Des milliers de niçoises et de niçois ont été scandalisés en prenant  connaissance d’un article paru le 23 juillet dernier dans le monopole de presse niçois, et il y avait de quoi. Beaucoup d’entre eux nous ont contacté et nous leur avons confirmé notre volonté de réagir très fermement à cette nouvelle manifestation d’un racisme anti-niçois abject et d’autant plus virulent qu’il demeure d’ordinaire impuni. Mais ce temps est révolu, car l’un des buts de la L.R.L.N. fondée il y a dix ans, est la défense des intérêts moraux des Niçois et elle est donc fondée à ester en justice.

 « Dans l’article diffamatoire, dont le titre était « Quand Nice fait son coming-out » la mesure a été véritablement et outrancièrement dépassée. Pour résumer, après la récente inauguration par M. Estrosi du « Centre Lesbien-Gay-Bi-Trans » et la transformation de la rue Bonaparte et des rues adjacentes en quartier « gay », avec sa paternelle bénédiction, des journalistes se sont permis d’écrire qu’enfin les Niçois s’ouvraient au monde car ils étaient auparavant « machistes, ringards, intolérants, fermés à l’autre, à la différence et à l’évolution du monde ». Le monopole de presse citait la revue nationale « gay » nommée Têtu où l’on pouvait trouver le même son de cloche.

 

« Tous ces Messieurs « Gays » interrogés soit dans le monopole, soit dans Têtu affirmaient pour les uns, que naguère  les homosexuels étaient agressés à Nice, et pour les autres que maintenant le quartier de la place du Pin était du dernier chic, alors qu’avant leur arrivée massive, il était malfamé et le siège de bars à poivrots... Et enfin que le nouveau quartier « gay » était un petit « Marais » semblable à celui de Paris...

 

« En outre, certain d’entre eux n’hésitaient pas à dire (sous-entendu grâce à l’action de M. Estrosi), « qu’ un coup de balai  avait été donné  » car les Niçois étaient auparavant comme il indiqué plus haut.

 

« Nous savons tous que le quartier du port a toujours été peuplé de vieux niçois, gardiens de la culture niçoise,  qu’il n’a jamais été malfamé et que les bars qui s’y trouvaient, s’ils étaient modestes  n’étaient nullement des bars à poivrots, mais des lieux sympathiques où l’on parlait encore le Nissart. Quand au « Marais », lieu parisien corrompu s’il en est, nous n’en avons que faire, et nous préférons notre place du Pin. Nous savons aussi que les Niçois, depuis des siècles ont accueilli de nombreuses communautés, et qu’il n’est nul besoin de se coller des plumes aux fesses ni des paillettes aux paupières pour être accueillant. Accueillants, nous l’avons toujours été, trop peut-être, et aujourd’hui devant l’arrogante impudence de certaines personnes, qui fortes de la protection de M. Estrosi nous insultent impunément, nous devons réagir très fermement. Il faudra que tous désormais sachent que l’on n’insulte pas impunément les Niçois et que nous n’admettrons pas que ceux que nous accueillons,  nous remercient en vomissant sur nous un flot d’injures. 

 

« Le maire de Nice, cité dans cet article diffamatoire, n’ayant pas réagi à l’injure faite à ses administrés, notre président, Alain Roullier-Laurens lui a adressé ce jour, le courrier suivant :

 

« Monsieur le Maire,

 

Dans un article intitulé « Quand Nice fait son coming-out », paru dans le quotidien Nice-Matin du 23 juillet 2011, lequel se réfère au magazine national nommé Têtu, mensuel paru le même mois,  il est écrit :

 

« Et c’est vrai que depuis l’inauguration du centre « Lesbien Gay Bi et Trans » le 16  mai dernier par le député-maire UMP Christian Estrosi, les avancées pour les droits des homosexuels se multiplient. Dans le sillage de la Pink Parade, Nice, longtemps enfermée dans l’image de ville machiste, ringarde et intolérante, se libère. Plus extravertie, plus ouverte à l’autre, à la différence et à l’évolution du monde. » Plus loin des commerçants qui ont nouvellement ouvert un bar-restaurant « gay » à la rue Bonaparte indiquent : « On a repris un bar de poivrots. On a repeint la façade en rouge [...] aujourd’hui c’est le rendez-vous branché d’une clientèle éclectique... »

 

Dans le magazine Têtu  susnommé, il est indiqué entre autre, dans une interview  sur le même sujet : « [à Nice] ...Il n’y avait pas grand-chose pour les gays. Et plein d’homos se faisaient agresser. Aujourd’hui il y a eu une vraie évolution. Un grand coup de balai [...] On s’apprête à ouvrir une boutique [...] rue Bonaparte dans le quartier gay qui autrefois était malfamé ».

 

Ceci signifie très clairement qu’avant l’inauguration, par vous présidée le 16 mai dernier, (ou tout au moins il a très peu de temps encore, avant l’installation de commerces dits « gays » à la rue Bonaparte), la Ville de Nice du fait du comportement collectif de ses habitants, « introvertis », « non ouverts à l’autre », « machistes », « ringards », « intolérants », « fermés à la différence et à l’évolution du monde » et connus « pour agresser les homosexuels », aurait mérité de se voir attribuer une détestable image, laquelle est précisément qualifiée et détaillée dans le quotidien Nice-Matin.

 

De même, selon ces articles, il y a quelques mois à peine, avant l’implantation massive de commerces dits « gays », le quartier historique de Nice, Port-Bonaparte, habité par de vieux Niçois, et pétri de culture et de traditions niçoises, aurait été « malfamé » et le siège « de bars à poivrots ».

 

De surcroît cette implantation  massive aurait même modifié l’attitude des niçois (telle que décrite plus haut) et rendu ce quartier fréquentable en transformant la place du Pin et les rues adjacentes en « petit Marais », réplique du quartier parisien du même nom, lequel est semble-t-il, pour certains nouveaux venus à Nice, une référence morale absolue et en tout cas un remède, voire une compensation, au comportement  prétendument coupable  de  la collectivité niçoise.

 

Force est de constater, que le Maire de Nice, n’a ni protesté ni démenti de tels propos qui sont diffamatoires et insultants  pour tous les Niçois. Sans doute du fait qu’il est indiqué dans  ces articles que « grâce à votre action » et a « un grand coup de balai » rédempteur, les niçois se seraient « libérés » de ces coupables attitudes. L’absence de protestation de votre part, laisse à penser que vous approuvez la teneur de ces articles mensongers, et que vous pensez effectivement que les Niçois, avant « votre action » et « votre grand coup de balai » étaient tels qu’ils sont dépeints dans ces articles.

 

Faute de réaction de votre part à ces articles insultants pour la collectivité que pour l’instant vous administrez, nos adhérents et sympathisants habitant au port, où d’autres quartiers de la Ville, notre conseil d’administration, ainsi que moi-même, vous demandons officiellement et clairement si oui ou non vous cautionnez es-qualité, ces ignobles propos comme votre silence le laisse penser.

 

Il va sans dire, que faute de réponse de votre part et d’une rapide protestation publique, nous considérerons à bon droit que vous les approuvez.

 

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’expression de nos salutations distinguées.

 

                                                                               Le Président.

 

                                                                        Alain Roullier-Laurens  » 

 

 

«  Le Conseil d’administration de la L.R.L.N. se réunira très prochainement, et au vu de la réponse ou de la non réponse du Maire de Nice, décidera des actions à entreprendre immédiatement, afin de répondre à ces calomnies et de faire rendre justice aux Niçois.

 

« En attendant, nous ne pouvons que conseiller à toutes les Niçoises et à tous les Niçois qui nous ont contactés, et aux autres qui n’étaient pas au fait de cette affaire, d’adresser des courriers, ou messages de protestation en télécopie ou par mail (http://contact.nice.fr/), à la mairie de Nice, afin de protester contre l’injure faite collectivement à la communauté Niçoise.

 

« Rien ne sera plus comme avant dans ce domaine, et ceux qui insultent les Niçois en pensant avoir l’impunité, devront leur en rendre compte – fin de communiqué »    

Posté par LIBERA NISSA à 16:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

07 juillet 2011

Drapeaux Niçois le 14 juillet qui n'est pas notre fête nationale !

Le 14 juillet n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais la fête nationale des Niçois.
Non_franceSuite à la révolution française de 1789 (qui aurait enfanté selon les intégristes jacobins français la République et les droits de l'homme), les habitants du Pays de Nice furent envahis, pillés, martyrisés et pourchassés sans répit durant les vingt et deux longues années d'occupation appelées sans vergogne: le premier rattachement.
Durant cette période, des décrets d'extermination des Résistants Niçois (qui refusaient cet ordre nouveau venu de l'étranger ) furent instaurés par la force occupante et les émigrés Niçois réfugiés dans le Piémont, furent même plus tard à nouveau poursuivis et chassés sans relâche.
En 1800, le général Grouchy ordonna que les émigrés Niçois soient chassés du Piémont, à son tour envahit par la France révolutionnaire, et signifia que « les émigrés Niçois ne pourraient habiter aucun pays occupé par les armées françaises ni les républiques alliés, sous peine d'être arrêtés et punis selon la rigueur de la loi ». Traqués, comme ce fut rarement le cas dans l'histoire pour une population bien définie, les émigrés Niçois étaient victimes de l'immense haine jacobine et de ce fait interdits sur tous les territoires occupés par la France républicaine. Pendant que leurs biens étaient pillés dans le Pays de Nice, les Niçois émigrés étaient obligés de errer sans répit chassés par la soldatesque révolutionnaire. En l'an 11 de la république française, au nom de la liberté et de l'égalité, LA SEGREGATION RACIALE fut même instaurée à Nice.
Site ( les Barbets )

Libéré suite à la chute de l'empire en 1814, le Peuple Niçois sera de nouveau envahi et annexé par la force et la fraude par la France en 1860. En 1871, les élections législatives virent la victoire écrasante des séparatistes menés par Garibaldi spoliée par les baïonnettes françaises!

DRAPEAU_NISSARTLe jour de la fête nationale française, en hommage à nos glorieux Barbets, Garibaldi, Sappia, Joseph André et toutes les Niçoises et les Niçois anonymes qui ne se sont JAMAIS soumis, mettons le Drapeau Niçois à notre fenêtre ou partout où l'on pourra le mettre en évidence !

Ne jouez plus aux Niçois, soyez Niçois !

Le 14 juillet n'est pas notre fête nationale !

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

27 juin 2011

TF1 s'excuse en stigmatisant le manquement à la déontologie des journalistes de Nice-Matin !

Parti_nicois_2_1Communiqué du Parti Niçois - 27 juin 2011

« Visiblement, le truquage d’un reportage dont le but était de vanter l’action de M. Ciotti contre l’abstentionnisme scolaire n’est pas passé comme une lettre à la poste dans la capitale. Ce jour, lors du journal télévisé de TF1 à 13 H, le présentateur J-P Pernaut a lu un assez long communiqué présentant les plates excuses de TF1 à ses téléspectateurs et stigmatisant longuement cette fraude inadmissible pratiquée par des journalistes de Nice-Matin ; il a indiqué qu’un tel manquement à la déontologie ne s’était jamais vu jusqu’alors, dans les rapports de TF1 avec la presse régionale.

 

« Pour faire de la publicité à M. Ciotti, des journalistes de Nice Matin ont fait une bien mauvaise publicité à Nice qui passe une fois de plus pour une ville où la fraude côtoie les paillettes et les bulles de savon.

 

« Néanmoins, à quelque chose malheur est bon : ceux des Niçoises et des Niçois qui sont encore naïfs et ne jurent que par « ce qui est écrit dans le journal », sauront désormais mieux apprécier à leur juste valeur, les affirmations laudatives répétitives qui paraissent dans le monopole de presse niçois.

 

« Certes, la Mairie de Nice et le Conseil général des A.M. sont de très gros clients pour le monopole de presse, où ils passent leurs annonces légales et des monceaux de publicité dont le bien fondé est souvent contestable, mais ce sont les Niçois qui les payent.  Plutôt que de faire la promotion des élus qui passent commande, il conviendrait de respecter les Niçois qui payent, en délivrant une information fiable.

 

« Il est vraiment grand temps d’assainir la situation à Nice et ce, dans tous les domaines. Les prochaines échéances politiques à Nice  et particulièrement les élections municipales, nous permettront d'ouvrir toutes grandes les fenêtres de ce monde politique à bout de souffle et en pleine déliquescence. Pour l’instant : courage, mobilisation et espoir : Issa Nissa ! »

 

fin de communiqué

 


26 juin 2011

l’attachée de presse de M. Ciotti: fausse maman mais vrai mensonge !

Parti Niçois/Partit Nissart - Communiqué du 25 juin 2011
partit_nissart__Ni_ois
 Les falsificateurs

« Voilà deux jours, nous avons eu la preuve que le monde politique niçois et en particulier, l’entourage de M. Ciotti, Président du Conseil général, ne se contente pas du matraquage médiatique que nous connaissons, mais qu’il va même jusqu’à falsifier les informations données au public. L’information, à savoir un faux témoignage dans une enquête réalisée par des journalistes du monopole de presse niçois, ayant été reprise pour argent comptant par la chaîne TF1 dans son journal télévisé, a provoqué plus que des grincements de dents. »

 

«  Mme Catherine Nayl, directrice de l’information de TF1 aurait déclaré, furieuse  : « On a subi un préjudice assez important. Je suis en colère par rapport à la façon dont les journalistes de Nice Matin, qui travaillent dans le cadre de nos accords avec la  presse quotidienne régionale, ont réalisé leur reportage. J’ai appelé Frédéric Touraille [Directeur général délégué de Nice Matin] .... Je lui ait dit mon extrême mécontentement. Ce n’est pas à moi de voir quelles sont les suites à donner, mais je ne  peux accepter ça sur l’antenne de TF1. »

 

« Il n’a échappé à personne que beaucoup de publicité médiatique est faite à M. Ciotti dans le monopole de presse niçois pour la loi qu’il a porté, au sujet de l’absentéisme scolaire. Certains médias niçois  présentent cette loi comme l’universelle panacée et son auteur comme un politicien de stature nationale. La remise en jeu du mandat législatif de M. Ciotti, l’année prochaine, explique peut être cette déferlante médiatique qui chante ses louanges sur tous les modes. Las, les zélés laudateurs se sont pris les pieds dans le tapis du mensonge. »

 

« Lors d’un reportage qui, les faits le prouvent, était de complaisance, les journalistes du monopole de presse niçois, ont interrogé « une mère » d’élève qui  exprimait « sa détresse face à l’absentéisme de son enfant, et son soulagement de voir son désarroi pris en charge par le dispositif de la loi Ciotti ». TF1 reprit cette information et ces images au journal télévisé. Des trompettes de la renommée quelque peu frelatées, apprirent donc à toute la France esbaudie que des laudes et satisfecit  saluaient à Nice, l’action de M. Ciotti. »

 

« Malheureusement pour les organisateurs de cette mascarade, le bel or, bien brillant comme celui qui autrefois garnissait les hottes de l’âne décorant pour les fêtes la vitrine du bijoutier Manicou dans la Vieille Ville, n’était que du toc...  Il apparut très vite en effet, que « la mère angoissée » interrogée, n’était autre... que l’attachée de presse de M. Ciotti.... Et, circonstance oh combien aggravante.... qu’elle n’a pas d’enfants ! »

 

« M. Ciotti, a ouvert immédiatement son parapluie magique en déclarant « Je n’étais pas au courant... c’est une faute professionnelle ; elle est intervenue à la demande de TF1. Je suis choqué ». Le reportage cependant, n’a pas été réalisé par TF1 mais par le monopole de presse...  Si M. Ciotti n’était pas au courant, et que son attachée de presse a agi sans autorisation, cela pourrait laisser penser, que pareille chose est pratique courante. Un politicien est responsable de son staff et que M. Ciotti ait été au courant ou non, nul ne peut nier qu’il était bien le bénéficiaire d’un faux témoignage commis par sa collaboratrice.»

 

« Cet épisode très peu glorieux aura au moins un mérite : celui de relativiser désormais les informations radieuses dont la presse niçoise nous abreuve au sujet du président du Conseil général, et par extension du maire de Nice. Et à plus forte raison, les « sondages » politiques futurs qui ne manqueront pas de fleurir, dans les très pures colonnes du journal que vous savez.»

 

« En citoyens compatissants, ayons une pensée pour M. le Président du Conseil général « qui est choqué » et méditons cette pensée d’Alexis de Tocqueville :

 

«  Je crois que dans tous les gouvernements, quels qu’ils soient, la bassesse s’attachera à la force et la flatterie au pouvoir. Je ne connais qu’un moyen d’empêcher que les hommes ne se dégradent, c’est de n’accorder à personne avec le toute puissance, le pouvoir de les avilir. »

 

« Pour terminer par une note niçoise, en ces temps calamiteux, ayons plus souvent à l’esprit ce proverbe de nos anciens qui demeure plus que jamais d’actualité : « Es couma l’ae de Mànicou... ».