18 mars 2014

Municipale 2014 à Nice: Le Parti Niçois communique !

Communiqué du Parti Niçois-Partit Nissart du 17 mars 2014

Parti_nicois_2_1Suite au décès de notre président et tête de liste M. Alain Roullier-Laurens, le bureau politique du Parti Niçois-Partit Nissart a décidé, par respect pour la mémoire de notre leader, de ne pas présenter de candidat à l'élection municipale à Nice du 23 et 30 mars.

Au moment de la disparition de notre président, notre liste était bouclée et nous nous apprêtions à nous engager dans la bataille. Le sort en a voulu autrement...

 

Nous nous sommes alors posé la question d'éventuellement soutenir une liste qui défendrait au moins les fondamentaux de l'identité niçoise, malmenée par la majorité municipale sortante.

 

M. Robert Injey (Front de Gauche), soutenu par un parti hostile à toutes formes de régionalisme, farouchement opposé à la charte des langues régionales et rejetant les particularismes.

 

M. Allemand, représentant à Nice d'une région dans laquelle les Niçois ne se reconnaissent pas, est directement piloté de la rue Solferino à Paris. Son opposition n'était qu'une façade, tournant parfois même à la complicité. 

 

La dissidence menée par M. Betatti, avec une liste qui se revendiquait apolitique et ouverte à la société civile, s’est finalement avérée être un écran de fumée. Dans les dix premiers de sa liste, la plupart sont des politiciens issus de l’actuelle majorité (parmi lesquels se trouve l' ex-premier adjoint), cherchant uniquement à sauver leur place, ils sont co-responsables de la gestion hasardeuse municipale.

 

Le Front National représenté par Mme Arnautu, touriste parachutée directement depuis Paris, a comme seul thème de campagne de faire d’une élection locale, un référendum national. Tout comme le Front de Gauche, le Front National est  hostile à toutes formes de régionalisme, farouchement opposé à la charte des langues régionales et rejette les particularismes en qualifiant le tout de « communautarisme ». C’est un corps étranger à notre ville, à notre histoire, à nos mœurs, à ce que nous sommes intrinsèquement.

 

Restent les listes menées par les recalés du Rassemblement Bleu Marine (Peyrat / Cotta / Vardon) qui à coup de décimales essaieront de punir le FN (dont ils ont fait partie, rêvent de l’être ou d’y retourner) pour avoir osé snober leurs augustes personnes.

 

La question d’un soutien à vite trouvé sa réponse car malheureusement aucune tête de liste ne semble s'intéresser réellement à Nice et aux Niçois…

 

Le Parti Niçois-Partit Nissart appelle donc les Niçois à voter blanc pour cette élection.

 

Fin de communiqué

 

 

 

Posté par LIBERA NISSA à 11:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


27 juillet 2013

Incohérence estrosienne dans "il Corriere della sera": le Parti Niçois communique !

 Suite à l'article du journal italien " Corriere della sera " et les incohérences affichées du maire de Nice concernant l'avenir du Pays Niçois, le Parti Niçois/Partit Nissart réagit:

L’étrange volte face de M. Estrosi

Parti_nicois_2_1Communiqué du Parti Niçois/Partit Nissart – 28 juin 2013

« Bien que Christian Estrosi nous ait habitué à de nombreux virages stratégiques au cours de sa (trop) longue carrière politique, le dernier en date ne peut que laisser les Niçois dubitatifs sur sa vision de l’avenir de Nice.

« Après avoir imposé un mariage contre-nature entre Nice et Marseille et instauré une métropole empiétant sur l'arrondissement de Grasse « pour que le Var ne soit plus une frontière », Le journal italien Il Corierre della Sera du 26 juin 2013 nous annonce, que, suite à l'échec de la trop coûteuse ligne à grande vitesse Marseille-Nice, le maire de Nice envisagerait de se tourner vers l'Italie en proposant de « construire notre avenir ensemble, avec les régions Italiennes limitrophes ».

« Mais ce qui serait un sympathique clin d’œil à l’Histoire de Nice, laquelle a toujours été plus proche de la latinité que de la France se double (fatalement) d’une idée délirante : créer une « euro-région » artificielle comprenant les régions françaises Rhône-Alpes et PACA dans lesquelles seraient intégrées de force la Savoie et le Pays de Nice, non-sens historique et économique plus qu’étrange du fait que la volonté affichée par le maire de se tourner vers Gênes est justement due au manque d'infrastructures entre Marseille et Nice !

« Marianne raconte des histoires de trains aux niçois depuis l'annexion frauduleuse en 1860 comme on raconte des histoires de prince charmant aux enfants pour les endormir sauf que les locomotives ne sont pas des chevaux blancs, pas plus que les niçois sont des petits enfants naïfs... La France, si bien décrite par Victor Hugo dans les misérables, relia Nice à la France en 1864 grâce à... cinq petits kilomètres de voie ferrée ! Et dans le seul but de développer son réseau ferroviaire jusqu’à l’Italie pour accroître ses profits. Ce "magnifique ouvrage" nous est encore présenté par les sbires jacobins comme l'entrée de Nice dans le monde civilisé !

« Construire notre avenir avec la Ligurie / Piemont ne pourra se faire qu’en dehors de la PACA dominée par Marseille (la cause du revirement estrosien, répétons-le, étant justement le manque d'infrastructure entre les deux villes). Quant à Paris, les Niçois connaissent depuis trop longtemps sa stratégie vis-à -vis des Niçois. Nous sommes passés « du bouclier aux frontières » à « la pompe à fric » !

« Si l'avenir de Nice doit s'écrire en s'associant avec le Piemont et la Ligurie, comme s'était le cas avant l'annexion, cela ne pourra se faire que librement, sans la tutelle marseillaise qui désormais se trouverait définitivement hors-jeu !

« Sortir le Pays Niçois de la PACA et de la tutelle de Marseille, comme c'est la volonté du Parti Niçois-Partit Nissart, devient indispensable pour nous tourner vers le Piémont et la Ligurie... La prospérité économique et les liens culturels du Pays de Nice ont toujours été tournés vers le Piémont, et non vers la Provence ou la France, et pour cause ! La longue histoire de Nice le démontre de façon éclatante !

metropole_nice_estrosi« M. Estrosi a opéré un virage à 180 degrés depuis qu’il a perdu ses appuis parisiens ; il fait maintenant des risettes aux vrais Niçois, parce que les élections municipales sont proches et qu’il est largement décrédibilisé par sa politique de bulles de savon et d’effets d’annonces, aussi creux que lassants. Mais ces ficelles opportunistes ne feront certainement pas oublier aux vrais Niçois comment il les a traités jusqu’au départ de M. Sarkosy. Le Parti Niçois/Partit Niçois, lui rafraîchira la mémoire le moment venu, lors des prochaines élections municipales, en publiant et diffusant très largement la liste des gracieusetés dont il nous a abreuvé de son perchoir parisien.

« Les affaires de Nice sont comme chacun sait, et en particulier l’endettement, qui, même s’il est transféré à la métropole se traduit et se traduira plus encore par une importante pression fiscale. Les choses ne peuvent plus continuer ainsi et la majorité de Niçois en sont bien conscients. Le Parti Niçois/Partit Nissart, ne peut demeurer muet quand Nice est en danger, et il fera très bientôt connaître ses intentions, en ce qui concerne les prochaines municipales, pour lesquelles il a déjà engagé des consultations avec divers agents importants de la société civile niçoise. En tout état de cause, nous savons tous qu’il convient de changer de cap et qu’il faudra se mobiliser plus que jamais pour créer les conditions du renouveau… » (fin de communiqué.)

21 juin 2012

Suite aux élections qui ont concerné la force occupante, la LRLN communique !

"l’UMP à Nice : qui trop embrasse mal étreint"

AIGLE_MASSE_Communiqué de la L.R.L.N. du 20 juin 2012

« Le pouvoir UMP s’est effondré à Paris, remplacé par la gauche. Les cactus teintés de bleu, sont maintenant devenus roses, mais ils conservent leurs vénéneuses épines . Ces deux partis jacobins ont grandement nuit à Nice à tour de rôle, car le jacobinisme refuse de reconnaître notre identité particulière et plus encore les droits qui nous ont confisqué jadis par la force. C’est pourquoi, nous avons toujours refusé de reconnaître leur légitimité chez nous. Le nombre de bulletins nuls et l’énorme taux d’abstention de 53 % démontre que les élus UMP à Nice, sont très fragilisés, même s’ils poussent des cocoricos de victoire afin de donner le change...

Lire la suite...