31 janvier 2015

Commémoration du soulèvement séparatiste Niçois de 1871 !

1871_CANONSChaque année, les Niçois commémorent le soulèvement séparatiste réprimé violemment par la France, suite au déni de la réalité du scrutin pourtant limpide, des élections législatives du 8 février 1871…

En effet, lors des élections législatives du 8 février 1871 dans le pays de Nice, le raz-de-marée séparatiste emporta tout. A peine passés 10 ans d'annexion, la ville de Nice donna 16 514 voix aux quatre candidats séparatistes et seulement 900 au préfet Dufraisse candidat français qui malgré ses fraudes avérées et des moyens importants, fut littéralement balayé. Sur le territoire du Pays de Nice, Garibaldi obtint 13 984 voix sur 29 428 suffrages exprimés, soit 47,51 %, Piccon, Bergondi et Borriglione, autres candidats séparatistes, 12 550, soit 42,64 % alors que le préfet Dufraisse se contentait de 2894 voix, soit 9,83 % !
Le lendemain du vote, les dépouillements terminés, Joseph André titra dans le Dirrito: « Vive Nice !!! »; dans un long éditorial, il écrivait entre autre : « ...Nice a parlé ! Mais non la Nice des Piétri et des Pillet (Piétri envoyé par Napoléon III avait truqué le plébiscite de 1860 et Pillet, consul de France à Nice avait beaucoup intrigué à Nice pour favoriser l'annexion) mais la Nice de Ségurane et de Garibaldi ! Le citoyen Dufraisse a renié Garibaldi car il est le chef du parti séparatiste, Nice à l'unanimité a voté Garibaldi, donc, citoyen Dufraisse, et selon votre propre logique, Nice est séparatiste et ne reconnaît pas l'infamie de 1860 ! Ce vote magnifique est un plébiscite ! ».

Du 8 au 10 février, les Niçois se souviennent… de qui ils sont !

Du 8 au 10 février, les Niçois mettent en évidence le drapeau Niçois ou allument une bougie...

« Pour que le droit des gens ne soit pas une vaine parole... », comme le disait dans l'une de ses nombreuses protestations, le héros des deux mondes en 1860...

« J'ai toujours entendu dire par les républicains qu'ils étaient les défenseurs des droits de l'homme contre la tyrannie...Ceci soit dit pour la dernière fois à la confusion de ces doctrinaires qui veulent se faire un monopole de la conception républicaine comme s'ils en étaient les inventeurs, et comme si avant eux, il n'eût jamais existé de république ».

 Garibaldi

 

 

 


27 janvier 2013

Soulèvement séparatiste de 1871: le temps passe mais les Niçois n'oublient pas !

1871_CANONSDu 8 au 10 février les niçois commémorent le soulèvement séparatiste du Peuple Niçois suite à la spoliation dedrapeau_nissart l'écrasante victoire de la liste menée par Garibaldi aux élections législatives du 8 février 1871, soulèvement réprimé avec une grande violence par l'armée française !
Du 8 au 10 février, comme le firent nos insoumis ancêtres, les niçois mettront en évidence le Drapeau Niçois à leur fenêtre (ou par défaut une bougie) !

534685_502023229816962_2141637054_n

01 septembre 2012

150° della tragica e sfortunata impresa garibaldina di Aspromonte: MESSAGGIO DA NIZZA !

MESSAGGIO DA NIZZA

Garibaldi_fu_feretoCari Amici di Bolzano, mentre celebrate il 150° della tragica e sfortunata impresa garibaldina di Aspromonte, mi è caro ricordare che la città natale dell’Eroe dei Due Mondi, Nizza, fu allora vicina a Garibaldi, non solo moralmente, ma anche fornendo volontari all’impresa, tra cui menzionerò solamente Giovanni Basso, uno dei più intimi e cari amici di Garibaldi, del quale diverrà segretario particolare. Un altro nizzardo, Pietro Donato Giraud, alto ufficiale della Regia Marina, non impedì a Garibaldi di sbarcare in Calabria e, accusato di questo, lascerà volontariamente la carriera delle armi. Non dimentichiamo che il fallimento dell’impresa di Aspromonte fu causato dalle pressioni esercitate sul giovane Regno d’Italia da napoleone_il_piccoloNapoleone il piccolo, il difensore dell’illegittimo potere temporale dei papi e quindi un nemico dell’unità nazionale italiana, checché ci venga a raccontare certa interessata propaganda. Napoleone il piccolo è stato anche il grande nemico di Nizza e della sua cultura autoctona.

Ci fa piacere che la figura del nostro concittadino Garibaldi, in tutti i suoi aspetti, venga ricordata nella città di Bolzano, che spero di poter presto visitare.

Tutti i nizzardi di stirpe hanno dei legami antichi con la penisola, dei legami di sangue e di parentela, dei legami economici e dei legami d’amicizia; i veri Nizzardi hanno maggiore affinità verso la cultura italiana che non verso la pseudo-cultura francese, ci tengo a manifestare, per mezzo del Dr. Achille Ragazzoni, Delegato Generale della Lega Nizzarda in Italia, tutto il mio affetto per la nostra sorella latina; questo affetto è una fiamma vivace che non ha mai cessato di crescere nel mio cuore nel corso del tempo. In occasione della celebrazione del 150° della battaglia di Aspromonte, dove nella sofferenza e nell’avversità Garibaldi mostrò di essere più grande ancora di quanto non sia stato nelle sue numerose vittorie, io sono con voi con tutto il cuore, e vi indirizzo tutti i miei più vivi sentimenti d’amicizia nizzardi così come il saluto caloroso dei membri della Lega Nizzarda.

I migliori auguri per un ottimo svolgimento del Congresso:

Viva Garibaldi e Viva Bolzano!

Alain Roullier – Laurens

Presidente della LRLN

03 février 2012

Le 8 février 2012: Drapeaux Niçois aux fenêtres pour commémorer 1871 !

drapeau_ni_oisLe 8 février 2012, nous invitons les Niçois libres à commémorer la victoire des garibaldiens lors des élections législatives du 8 février 1871 dans le pays de Nice où le raz-de-marée séparatiste emporta tout.

A peine passés 10 ans d'annexion, la ville de Nice donna 16 514 voix aux quatre candidats séparatistes et seulement 900 au préfet Dufraisse candidat français qui malgré ses fraudes avérées et des moyens importants, fut littéralement balayé.

Sur le territoire du Pays de Nice, Garibaldi obtint 13 984 voix sur 29 428 suffrages exprimés, soit 47,51 %, Piccon, Bergondi et Borriglione, autres candidats séparatistes, 12 550, soit 42,64 % alors que le préfet Dufraisse se contentait de 2894 voix, soit 9,83 % !

Comme le firent les Niçois lors du soulèvement séparatiste qui provoqua la répression des baïonnettes dans les torses niçois et dont Henri Sappia fut le témoin capital dans NICE CONTEMPORAINE , nous vous invitons à mettre en évidence le drapeau Niçois à vos fenêtres afin de montrer aux falsificateurs de notre histoire que malgré le temps passé, nous n'avons pas pas oublié et sommes plus que jamais présent...

Posté par LIBERA NISSA à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,


05 décembre 2011

La L.R.L.N au service du Pays Niçois depuis déjà 10 ans !

Nice_cote_d_azurEn cette année 2011, nous fêtons les 10 ans de la Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises, (L.R.L.N.). Durant cette décennie, le mouvement garibaldien n'a pas chômé. La L.R.L.N. a remis les pendules à l'heure avec la France concernant notre histoire falsifiée sans discontinuer depuis maintenant 151 ans.


Ce fut d'abord l'ouvrage référence NICE DEMAIN L'INDEPENDANCE, étude particulièrement brillante et extrêmement documentée, dans lequel l’auteur Alain Roullier-Laurens a apporté la preuve absolue que le traité de Turin est caduc pour de multiples raisons de droit et de fait :
 24 Mars 1860, traité invalide et par la suite non respecté. 1er Avril 1860, occupation militaire française suivie d’un plébiscite truqué quinze jours plus tard. 8 février 1871, confiscation du vote séparatiste massif des Niçois et dictature à Nice. Juin 1940 : suspension du traité de Turin. Février 1947, traité de Paix international fixant les modalités de remise en cours des traités internationaux :: non respect par la France des clauses impératives fixant les modalités de remise en vigueur du traité de Turin…

L'e1871_CANONSxhumation de NICE CONTEMPORAINE (ouvrage brulôt, tenu sous clef à la Bibliothèque de Nice qui n’était accessible qu’à des personnes choisies et dont personne ne pouvait prendre copie) de Henri Sappia qui fonda plus tard la revue Nice-Historique et de l’Acadèmia nissarda, et qui était alors en exil volontaire à Londres, après le soulèvement séparatiste de Nice qui suivit les élections du 8 février 1871 et sa répression à la baillonnette. L’ouvrage imprimé à Londre fut saisi à la frontière française et pilonné ; seuls trois exemplaires existent au monde. Grâce à l’exemplaire conservé dans une célèbre bibliothèque en Italie, le président de la L.R.L.N. participa à sa traduction de l’italien et le fit publier ; le 29 septembre 2006, date du centième anniversaire de la mort d’Henri Sappia en 1906, une délégation de la L.R.L.N. déposa sur la tombe du grand Niçois, le premier exemplaire réimprimé de son livre interdit et détruit par la France. Le lendemain, il était en librairie à la disposition des Niçois qui un siècle plus tard pouvaient enfin prendre connaissance du texte capital qu’Henri Sappia leur avait adressé. Prophétiquement Henri Sappia avait placé en exergue au début de l’ouvrage cette formule latine de Virgile : « Forsan et haec olim meminisse juvabit. »... Et peut-être, un jour, le souvenir de ces évènements sera utile... Un siècle plus tard les Niçois prennaient connaissance de ce texte, et aujourd’hui, cinq ans plus tard, ce jour est venu. : le souvenir de ces évènements, va justifier que les Niçoises et les Niçois prennent le pouvoir chez eux. par les urnes comme ils l’auraient fait en 1871 si la puissance occupante n’avait pas répondu à leur vote par des canons et des baillonnettes... Aujourdhui, après la Déclaration de Genève (voir plus bas), on ne pourra plus employer la force pour faire taire les légitimes aspirations des Niçois à se gouverner eux-même.
 
r_volutionnaires_fran_aisNICE 1792-1814 du niçois Joseph André, lui aussi exhumé, traduit de l’italien et publié à Nice ; cet ouvrage s’appuyant sur une multitude de documents officiels originaux et des témoignages d’époque, nous a restitué une part importante de l’histoire de Nice occupée et martyrisée par la France révolutionnaire puis impériale, époque très peu connue et volontairement occultée.

Jous__GaribaldiGARIBALDI & NICE superbe ouvrage historique et iconographique, honoré de la prestigieuse préface de Giuseppe Garibaldi, descendant direct du héros des Deux-Mondes, Conservateur du Musée Garibaldi de Caprera, Président de l’Institut international pour l’étude de Garibaldi, qui a son siège à Rome, ce qui confère à cet ouvrage, à la fois la caution garibaldienne officielle et la qualité méritée de livre de référence. Caution confirmée par Giuseppe Garibaldi qui répondit à une correspondante niçoise lui demandant où elle pouvait trouver des renseignements sur son ancêtre : « Il n’y a que deux personnes qui peuvent vous parler de Garibaldi ; en France c’est Alain Roullier-Laurens, en Italie, c’est le Dr Achille Ragazzoni. ». La réponse du descendant direct du héros des Deux-Mondes, se passe commentaires.


Sans_titre___CopieLA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE : paru l’année où la France fêtait à Nice le 150e anniversaire de l’annexion ; cet ouvrage ne décline pas seulement les véritables raisons de l’annexion et le mécanisme des fraudes ; il met en lumière l’action du Comité pour Nice de Garibaldi, et le projet politique d’Arson qui eut fait de Nice le centre de l’Europe. En dévoilant pour la premiere fois le nom des Niçois qui, en 1860, avaient le droit de voter, et par voie de conséquence leurs ayant droit actuels, il permet au passé de peser sur la réalité d’aujourd’hui. L’auteur explique également pourquoi la violation par la France des dispositions du traité de paix de 1947, relatives à la remise en cours des traités avec l’Italie ainsi que la Déclaration de Genève, en date du 24 mars 2010, remettent en cause la validité de l’annexion et des lois françaises à Nice et en Savoie. Un député inquiet des conséquences nationales et internationales de l’abrogation du traité de Turin a très récemment posé une question écrite au ministre de l’Intérieur, envisageant même un processus de décolonisation pour Nice et la Savoie.

Viennent complèter la collection MASSENA, LA TRAHISON, LES LAURIERS ET LES OMBRES d’Alain Roullier-Laurens, paru l’année dernière ainsi que un témoignage capital concernant l'annexion frauduleuse de Nice, un de plus, du niçois Pierre Louis Caire, lui aussi exhumé de l’oubli et republié cette année : Annexion de Nice en 1860, UN NOUVEAU TEMOIGNAGE ACCABLANT de Pierre Louis Caire . Souvenirs historiques documentés de 1860 .

Tous ces ouvrages sont disponible en librairie et plus particulièrement à la librairie presse République, avenue de la République et à la librairie la Source rue Bonaparte, ainsi qu’au siège de la L.R.L.N.

38006900_mEn 2007, la LRLN a organisé à Nice  " le comité populaire pour le bicentenaire " créé pour l'occasion avec l’arrière-petit-fils de Garibaldi conservateur de la maison-musée de Garibaldi à Caprera et le seul autorisé par l’Etat italien à y résider, Président de l'Institut historique International des Etudes « Giuseppe Garibaldi » et le représentant officiel de Garibaldi en Italie et dans le monde. L'action du comité officiel « Giaume /Mangiapan » organisée par la force occupante et cautionnée par les associations culturelles dites « niçoises » ne fut qu'anecdotique pour le Peuple Niçois.

Alain_Roullier_LRLNPendant cette décennie, la LRLN n'a pas seulement répondu aux questions que le Peuple Niçois se posait depuis un siècle et demi sur son histoire grossièrement réécrite. L'année de la naissance du mouvement garibaldien, son président Alain Roullier-Laurens fut à la tête de la liste Sauver Nice. En 2008, alors arrivé en 3eme position, il a fait chuter Eric Ciotti dans le très symbolique 1er canton historique du port. Eric Ciotti avait été désigné à l'époque par l'ancien président du conseil général des alpes maritimes (Christian Estrosi) comme étant son successeur ! Eric Ciotti arrivera néanmois à ses fins suite à la mascarade de St Martin Vésubie et un jeu de chaise musicale cynique jetant à la face des Niçois le mépris qu'a pour la démocratie les sbires de la France jacobine !

ONU_1947_2010Le 24 mars 2010, date anniversaire de la signature du Traité de Turin en 1860, pendant que la force occupante fêtait la signature du déjà illégal « traité de Turin » , la L.R.L.N, par la très officielle Déclaration de Genève interpellait de Genève, la communauté internationale au sujet de l'abrogation dudit traité en 1947 par l'Organisation des Nations Unies ! Ce même jour historique, naissait la branche politique de la L.R.L.N: le Parti Niçois / Partit Nissart !

Pendant toutes les festivités concernant les 150 ans de l'annexion en 2010, en plus des ouvrages cités plus haut, la L.R.L.N. a également exhumé des articles du journal anglais The Times témoignant de l'annexion scélérate de 1860 et de la répression à la baillonnette du soulèvement séparatiste de 1871 !

Le 14 juin 2010, date anniversaire de l'annexion administrative du Pays de Nice, une délégation de la L.R.L.N. était présente sur place, accompagnée de sympathisants. Au moment où retentissait la Marseillaise, certains d’entre eux ont spontanément entonné Nissa la Bella à pleine voix . Instantanément, les forces de l’ordre jacobines se sont emparées d’eux et les ont conduits à la caserne Auvare, ce qui prouve à la fois que chanter l’hymne niçois à Nice est aujourd’hui un délit, et que la france jacobine est encore bien décidée à détruire définitivement l’identité niçoise qu’elle n’a pu détruire jusque là...!

Parti_nicois_2_1En 2011, pour les 140 ans de l'insurrection de 1871 la branche politique de la L.R.L.N, le Parti Niçois - Partit Nissart , a présenté des candidats aux élections cantonales et malgré l'amnésie de la propagande annexioniste et le silence des médias complices du pouvoir, les résultats des candidats garibaldiens ont été encourageant pour la suite du combat.

Catarina_SeguranaPendant cette première décennie du réveil du Peuple Niçois, la L.R.L.N. n'a eu de cesse de condamner les imposteurs parasitaires de la mouvance d'extrême droite française du bloc identitaire qui se cachent sous les jupons de Catarina Segurana et le vocable niçois usurpé : « Nissa rebela », titre d’une chanson niçoise, outrageusement plagié..

Les Niçois libres continueront de combattre toute idéologie qui ira à l'encontre de nos valeurs ancestrales ! Que cela soit dit une bonne fois pour toutes !

Le combat continue... Les temps calamiteux qui viennent, et nous sont imposés par la déliquescence morale et économique de la France que certains n’hésitent plus à qualifier de république bannanière où circulent les valises de billets, permettront aux Niçoises et aux Niçois de reprendre le pouvoir chez eux.

Notre devise : désintoxiquez vous de la politique française ! Ni gauche, ni droite, seulement Nice et l’intérêt des Niçois !!!

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

LIBERA NISSA !

08 février 2011

Il y a tout juste 140 ans le Parti des Niçois libres triomphait !

Le 8 février 1871, le Peuple Niçois votait à une écrasante majorité pour la liste séparatiste menée par Garibaldi ! L'invalidation injustifiée du scrutin entraîna le soulèvement des Niçois qui virent s'abattre sur eux une terrible répression dont témoigna Henri Sappia dans « Nice Contemporaine » tout comme le fit le journal Anglais « The Times ».


NICE CONTEMPORAINE 1871
envoyé par HENRI_SAPPIA_1871. - L'info internationale vidéo.

Posté par LIBERA NISSA à 05:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

26 septembre 2010

Le 8 février 1871 Nice plébiscitait le NON à la France !

drapeau_ni_oisLors des élections législatives du 8 février 1871 dans le pays de Nice, le raz-de-marée séparatiste emporta tout. A peine passés 10 ans d'annexion, la ville de Nice donna 16 514 voix aux quatre candidats séparatistes et seulement 900 au préfet Dufraisse candidat français qui malgré ses fraudes avérées et des moyens importants, fut littéralement balayé. Sur le territoire du Pays de Nice, Garibaldi obtint 13 984 voix sur 29 428 suffrages exprimés, soit 47,51 %, Piccon, Bergondi et Borriglione, autres candidats séparatistes, 12 550, soit 42,64 % alors que le préfet Dufraisse se contentait de 2894 voix, soit 9,83 % !
Le lendemain du vote, les dépouillements terminés, Joseph André titra dans le Dirrito:  « Vive Nice !!! »; dans un long éditorial, il écrivait entre autre :  « ...Nice a parlé ! Mais non la Nice des Piétri et des Pillet (Piétri envoyé par Napoléon III avait truqué le plébiscite de 1860 et Pillet, consul de France à Nice avait beaucoup intrigué à Nice pour favoriser l'annexion) mais la Nice de Ségurane et de Garibaldi ! Le citoyen Dufraisse a renié Garibaldi car il est le chef du parti séparatiste, Nice à l'unanimité a voté Garibaldi, donc, citoyen Dufraisse, et selon votre propre logique, Nice est séparatiste et ne reconnaît pas l'infamie de 1860 ! Ce vote magnifique est un plébiscite ! ».
1871_CANONSLe préfet Dufraisse, ulcéré et refusant de tenir compte de la volonté populaire légalement exprimée par les urnes, décida le 10 février de suspendre le Dirrito.
Cela provoqua plusieurs jours d'émeutes et la répression sanglante « des baïonnettes dans les torses niçois » dont témoigna Henri Sappia dans « Nice Contemporaine » ainsi que The_Times_1871  le journal Anglais « The Times ». Le coup de grâce fut donné par l'assemblée de Bordeaux qui invalida injustement la victoire séparatiste du Peuple Niçois dont Jousé Garibaldi était le symbole. Les chefs du parti séparatiste furent invalidés, poursuivis, poussé au suicide ou écartés. Une loi de circonstance fut voté pour interdire la création de partis indépendantistes.
La France a soustrait entre autre de l'histoire de Nice cet épisode significatif, afin de mieux instituer la version officielle du plébiscite voté à plus de 90 % pour le « rattachement » à la France en 1860.

Comment la France aurait-elle pu faire croire que les Niçois aient pu s'étreindre dans les « bras amis français » chers à Raoul Mille et seulement 10 ans plus tard, alors que beaucoup d’entre eux s’étaient exilés, voter à la quasi unanimité pour la liste séparatiste menée par Garibaldi?


Par la suite, les universitaires provençaux ont pris le contrôle de la culture niçoise en  « mistralisant » le Nissart, en remplaçant le Presepi par la crèche provençale, etc... Le but évident était d'imposer une filiation entre Nice et la Provence et par conséquence une légitimité française.

Les descendants de ces falsificateurs, sous la forme d'une association para-municipale pro-occitanie continue encore de nos jours à soutenir la version française pourtant réfutée par des preuves incontestables et toujours incontestées. Ces occitanistes, grands guignols gauchistes qui se revendiquent d'un Etat immaginaire allant de Bordeaux jusqu'au Piémont, en passant par l'Auvergne, au nom de l'unité par la langue d'oc, concept jacobin par excellence ! En contradiction totale avec  la protestation officielle de Garibaldi en 1860, des élections  de 1871, des conséquences réelles pour le Pays Niçois qui découlent du traité de paix international de 1947. Ils  ont même tenté d'instrumentaliser « la Déclaration de Genève » du 24 mars 2010!

Daurore Radio pantaiPire, cette association pseudo-culturelle occitaniste qui n'a aucune légitimité à Nice  se permet même avec l'appui du système falsificateur de réécrire l'histoire du Pays de Nice. Quelques cours de niçois « mistralisés », ne trompent pas les Niçois dont un nombre croissant lit les ouvrages inclus dans la collection « Les Cahiers de l'annexion » et consultent les médias libres Niçois sur internet. 

Ce groupuscule d'identitaires d'extrème gauche dont le but est la falsification de l'identité Niçoise ne doit sa survie qu'à la bienveillance médiatique et aux subventions françaises.

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

03 juin 2010

Max Gallo et l'annexion de Nice: Mensonge ou ignorance ?

max_gallo1_noir_aLe 17 juin 2007,
Nice-matin: Revenons à Nice. Et au bicentenaire de la naissance de Garibaldi. Pourquoi les Niçois ont-ils longtemps boudé cette exceptionnelle figure?
Max Gallo: Parce qu'il a été hostile au rattachement de Nice à la France. Il était le héros de l'unité italienne. mais il faut dépasser cette vision étroite de la nationalité. Quel humaniste. Quel patriote et quel homme courageux. Mondialement connu. Quel héros d'opéra!

Comment les Niçois auraient ils pu en vouloir à Garibaldi en 1860 " parce qu'il a été hostile au rattachement de Nice à la France ", alors qu'ils l'élurent député un mois avant l'annexion afin qu'il l'empêche?

Pourquoi la Place Napoléon fut renommée par les Niçois Place Garibaldi le 4 septembre au soir, dés qu'ils apprirent la chute de l'empire, suivit d'une souscription populaire afin de financer la construction du monument dédié à Jousé Garibaldi?

A la première occasion donnée, le 8 février 1871 , plus de 92% des Niçois ont voté pour la liste séparatiste menée par Garibaldi qui avait pour mandat formel la révision du traité de Turin, ce qui provoqua l'invalidation de l'élection par l'assemblée réfugiée à Bordeaux et l'instauration de la dictature à Nice.

Le peuple Niçois serait il à ce point incohérent pour glorifier et élire deux fois à une écrasante majorité celui " qu'ils ont longtemps boudé parce qu'il était contre le rattachement à la France " ?

Le combat de Garibaldi pour les droits du Pays de Nice n'est pas un " détail " dans la vie du Héros des deux mondes  (comme le sous entend le romancier), pas plus qu'il fut un " héros d'opéra " ! L'entrée de Max Gallo au musée Grévin de la littérature française ne l'autorise pas à réorienter l'opinion publique du Peuple Niçois en 1860. Les archives diplomatiques ainsi que toutes les preuves dévoilées dans " Les Cahiers de l'annexion " nous révèlent l'histoire du Pays Niçois depuis trop longtemps falsifiée. Entre les romans qui mettent en scène des personnages dans différentes époques et la Vérité historique démontrée il y a une différence monumentale.
Tout cela nous fait déduire que Max Gallo est soit un menteur soit un ignorant !

08 février 2010

NICE 1871: La répression française face aux urnes !

Les articles de presse du TIMES volontairement occultés:

TIMES_1871Une fois de plus, face aux falsificateurs de l'histoire du Peuple Niçois, les médias libres du pays de Nice vous dévoilent la Vérité grâce aux articles archivés par le journal "THE TIMES" publiés en 1871. Ce quotidien anglais ne peut souffrir d'aucune défiance vis à vis de sa crédibilité concernant l'information, contrairement à un certain quotidien local "niçois" ! Le 8 février 1871, les Niçois portèrent leurs suffrages sur la liste SEPARATISTE conduite par Jousé Garibaldi à une écrasante majorité! En réponse à la TIMES_22_02_1871démocratie, la IIIeme République instaura la dictature soutenue par une répression terrible contre les Niçois qui se soulevèrent face à l'invalidation injustifiée de leur vote pourtant clair. Fondateur de "l'Academia Nissarda" et de la  Revue "Nice-Historique", Henri Sappia témoigna de cette tragique période dans "NICE CONTEMPORAINE" (ouvrage curieusement occulté par les détenteurs actuels de l'organisme) qu'il écrivit de son exil Londonien. Le 8 février, les Niçois se souviennent que pacifiquement et par les urnes, il regagnèrent leur liberté spoliée lors du plébiscite truqué de 1860. La "patrie des droits de l'homme" en décida et en décide toujours autrement...
La Liberté est indissociable de la Vérité !
" ...Pour que le droit des gens ne soit pas une vaine parole." Jousé Garibaldi