02 juin 2011

Les Niçois rejettent unanimement le monument du 150eme anniversaire de l'annexion !

Communiqué de la LRLN du 1er juin 2011.

Ferrailles« Un sondage initié par le monopole de presse niçois, connu pourtant pour ne pas être en délicatesse avec le maire de Nice, prouve sans équivoque que la quasi totalité des Niçoises et des Niçois désirent que soient retirées les ferrailles commémorant le cent cinquantenaire de l’annexion de Nice lesquelles défigurent la Vieille Ville et le front de mer. Ces ferrailles qui rappellent l’invasion militaire et le plébiscite truqué de 1860, sont censées représenter les « neuf vallées niçoises » qui n’ont historiquement jamais existé. Il semble que pour l’occasion l’on ait rajouté quelques vallées supplémentaires afin que « l’œuvre » qui dormait qui sait dans un fond de hangar de  l’artiste, corresponde à la destination officielle que lui a donné l’actuelle majorité municipale.

M. Estrosi s’est offert une page de publicité dans le monopole de presse, non pas pour prendre acte de la volonté exprimée par les Niçois, mais pour indiquer qu’elles ne seront pas retirées. Pensant habile de coller à l’actualité parisienne pour justifier le mauvais goût à Nice, il a indiqué qu’une « œuvre » de l’artiste est actuellement exposée devant le château de Versailles. Nous avons pu voir et entendre sur les chaînes télévisées ce qu’en pensaient les visiteurs horrifiés. Le grand sculpteur Sartorio, qui réalisa entre autre la façade du Palais de la Méditerranée, disait « qu’une belle façade est une politesse due aux passants », les ferrailles en question, sont à la fois une insulte à l’histoire de Nice, à la vérité historique et au bon goût des passants. Les Niçoises et les Niçois prendront acte du mépris que le maire de Nice montre pour leurs avis et volontés, d’autant qu’il ne les a nullement consultés pour installer cette chose, dont ils ont de surcroît payé la très coûteuse installation.

apollon_fontaine_mass_naPar ailleurs, l’on nous annonce le retour d’exil de l’Apollon qui devrait réintégrer prochainement la fontaine située place Masséna. D’aucuns, sentant se lever un vent mauvais, ont sans doute pensé qu’il serait peut-être temps de donner quelque satisfaction aux Niçois qui voient avec colère leur culture et leur identité foulées aux pieds depuis des années et plus particulièrement depuis trois ans... Mais il est hors de question que ces bons apôtres, récupèrent médiatiquement le retour de cette statue à son lieu d’origine. Nous rappelons donc que ce sont la LRLN et les Nouvelles Niçoises qui suscitèrent voila quelques années un grand mouvement à Nice et ailleurs, pour sauver les bronzes de la fontaine en question lesquels pourrissaient, oxydés par les embruns marins, à la station d’épuration des eaux usées de Nice. Plusieurs journaux et chaînes de télévision, ainsi que l’association Janniot (du nom de l’artiste qui avait réalisé cette fontaine) se mobilisèrent également et après un tollé général l’ancienne municipalité fut contrainte, sous la pression populaire, de faire restaurer ces bronzes et de les replacer dans la fontaine. Notre objectif, comme celui de l’association Janniot était de faire reconstituer l’œuvre d’origine dans son entier. Ce n’est donc pas à ceux qui, prenant le train en marche, ne font qu’achever le travail engagé par la LRLN, par l’association Janniot, et par les Niçois qui protestèrent en masse, de tirer parti médiatiquement et politiquement aujourd’hui d’une action initiée par d’autres qu’eux.

Les Niçois ne doivent qu’à eux-mêmes, la reconstitution de cette fontaine à laquelle ils sont attachés. Ils ont prouvé ainsi, à ceux qui aujourd’hui font mine d’en douter, qu’ils apprécient beaucoup l’Art, le vrai ; c’est précisément pour cette raison qu’ils rejettent les ferrailles en question qui ne sont « art » que dans un petit microcosme nombriliste mettant en pratique la théorie d’Andy Warhol, pape de l'art moderne : « Aujourd’hui l’art, c’est de faire de l’argent ».... De même des riverains se sont mobilisés pour refuser catégoriquement que soit placée une sculpture de Sosno sur une place de leur quartier. N’en déplaisent à l’ancien combattant de l’art moderne qui depuis quarante ans vend inlassablement ses intelligentes bafouilles déclinées en blanc sur fond noir : Tout n’est pas Art... comme il le prétend. Les niçoises et les niçois en ont assez que les deniers publics soient dilapidés en acquisitions d’inesthétiques témoignages de la déliquescence des temps actuels. Le maire de Nice a cru bon d’imposer arbitrairement les ferrailles de la honte aux Niçois qui n’en veulent absolument pas, ceux-ci lui resserviront les ferrailles sur un plateau lors des municipales de 2014 quand il les caressera dans le sens du poil pour tenter de se faire réélire. »

Fin de communiqué.

Posté par LIBERA NISSA à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,


02 juin 2010

Sommet Franco-Africain dans un pays colonisé et inauguration d'un deuxième monument de la honte !

COMMUNIQUE L.R.L.N. du 1er juin 2010

DSC00111 « NICE OCCUPEE MILITAIREMENT - A l’occasion de l’inauguration du tas de ferraille commémorant le 150e anniversaire de l’annexion du Pays de Nice, la ville a été placée sous occupation militaire encore une fois, sous prétexte d’un sommet qui a provoqué tous les désagréments et dont les niçois étaient totalement exclus. Après les invasions militaires des 1er avril 1860 et 8 février 1871, c’est une nouvelle illustration de l’action malfaisante de la France à Nice qui à pris un prétexte pour faire une démonstration de force à Nice à l’occasion de l’anniversaire de l’annexion. Les vrais Niçois, bien mal récompensés de leur caractère hospitalier ont vu un président, d’origine hongroise et un maire dont Nice, naguère, a accueilli les parents, inaugurer une horreur conçue par un varois, pour célébrer la confiscation de leur liberté. Cela, en présence des chefs d’Etats africains d’ex-pays colonisés sur le territoire de Nice qui l’est encore, alors même que la république française imposa une loi raciste aux Niçois durant l’occupation révolutionnaire de Nice...

drapeau_occupantPlus qu’indigne, cette cérémonie a été profondément répugnante ; elle a soulevé le coeur de beaucoup, d’autant que ces ferrailles nous ont coûté deux millions d’euros de transport et d’installation et qu’il faudra un jour autant pour en purger le paysage. L’accès au périmètre où se déroulait ce lamentable simulacre, situé non loin du lieu où jadis coula en abondance le sang niçois sur l’échafaud révolutionnaire, était réservé aux porteurs le carte UMP ; il était en revanche formellement interdit à ceux qui signalaient leur amour pour Nice par des inscriptions en niçois sur leurs T-shirts. Partout des militaires lourdement armés, des cars de C.R.S. et des forces spéciales. Ce déploiement d’armes et d’uniformes en temps de paix, nous rappelle qu’il n’y avait pas de soldats français à Nice en 1944 et que Nice s’est libérée toute seule ; pourtant aujourd’hui la France envoie ses soldats chez nous pour faire les matamores. Beaucoup de Niçois ont eu l’impression de vivre ce qu’ont vécu leurs ancêtres en 1860 et 1871. La guerre à outrance est donc officiellement déclarée de nouveau à l’identité niçoise et à ceux qui aujourd’hui la défendent ».

« Cette démonstration de force, délibérée et provocante, ce mépris arrogant pour les vrais Niçois, cette volonté de détruire notre identité dont nous avons eu la preuve par les diverses actions anti-niçoises menées depuis deux ans par le ministre-maire qui est censé gérer la ville, la jactance hautaine et mensongère de ces non niçois qui parlent en notre nom et osent célébrer notre asservissement à Paris et à Marseille, toutes ces infamies ne peuvent demeurer sans réponse. Le 1er juin 2010 ce sont nos ancêtres et le vrai peuple Niçois qui ont été insultés ; les responsables en paieront le prix, car l’identité niçoise qu’ils croient agonisante est plus forte chaque jour et se renforce à chacune de leurs nouvelles malfaisances »

« Lors des dernières élections municipales, la L.R.L.N. avait averti les Niçois, de ce qui, fatalement, allait survenir si Estrosi était élu ; il n’a fallu que peu de temps pour que les faits confirment notre analyse. Le maire actuel n’a pas été élu avec une importante majorité, mais trop de niçois ont succombé au chant des sirènes ou se sont abstenus. Le résultat est là, nous en subissons tous les conséquences, et le pire est à venir »

STATUE_STALINIENNE«Il convient impérativement que les vrais Niçoise rejettent les partis français et résistent par tous moyens opportuns au rouleau compresseur du système politique oppresseur qui règne par l’argent et les médias. Il convient de gripper tous ses rouages et d’affaiblir ses relais à Nice. Les prochaines élections municipales donneront l’occasion aux Niçois de reprendre le pouvoir dans leur ville. Soutenus par nos amis et sympathisants, nous nous y employons déjà. Chacun, individuellement, doit préparer activement cette échéance électorale qui sera capitale pour Nice. L’histoire n’est pas figée, elle s’écrit tous les jours ; les triomphateurs d’aujourd’hui, ne sont que de néfastes funambules ; ces fossoyeurs de notre société, incapables, prétentieux et menteurs ne sont forts que de nos divisions. Ecrasés sous le poids de leurs fautes, en butte à une réprobation unanime, ils sont les vaincus de demain. Issa Nissa ! - Fin de communiqué ». 

Posté par LIBERA NISSA à 19:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , ,

25 avril 2010

Une tour Eiffel provençale pour fêter les 150 ans de l'annexion du pays de Nice !

monument_150eEn cette année 2010, la puissance annexante a décidé d'entériner l’édification du plus symbolique « monument » représentatif de l'annexion frauduleuse du pays de Nice il y a 150 ans, sous la houlette de celui qui se disait « niçois jusqu'au bout des ongles » lors de la campagne électorale de 2008 à Nice: Christian Estrosi.
Une structure Stalinienne métallique composée de barreaux de fer de 30 mètres de haut édifiée sur le parking Sulzer face à la mer. Ces barreaux de prison géants rappelant aussi la tour Eiffel sont une insulte aux Niçois ONU_1947_2010quand on sait qu'aujourd'hui le droit français ne s'applique plus en pays Niçois et en Savoie depuis la suspension du traité de Turin en 1940 et son abrogation en 1947...Afin que les Niçoises et les Niçois puissent clairement identifier les instigateurs de cette ignominie qui est la matérialisation de la pire des insultes à un peuple occupé :

La glorification de leur propre asservissement !
Nous portons à leur connaissance la liste des noms des élus municipaux qui l'ont cautionné ou qui se sont fait représenter lors de cette séance qui ne leur fait pas honneur, d’autant que le « cadeau » va coûter deux millions d’euros  d’argent public pour son « installation »... au moment où beaucoup de Niçois tirent le diable par la queue et comptent les pièces jaunes pour acheter de la nourriture.

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS DU CONSEIL MUNICIPAL

SEANCE DU 26 MARS 2010

PRESIDENCE : Monsieur Christian ESTROSI, Maire

Cliquez pour agrandir:

d_lib_ration_35  d_lib_ration_35

 

d_lib_ration_35 d_lib_ration_35   

La LRLN avait mis en garde les Niçois en 2008 face au danger imminent que courrait l'identité niçoise si Christian Estrosi  et « sa cour » étaient élus. Aujourd'hui, leurs intentions sont parfaitement lisibles. Désormais, nous savons qui est niçois et qui ne l'est pas !

Posté par LIBERA NISSA à 23:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,