Photos liées au tag 'gendarme'

Voir toutes les photos
20 janvier 2014

Benoît Kandel : il est venu, il a déçu et repart quand ?

L’ex colonel de gendarmerie n’est pas adepte du devoir de mémoire….

kandel estrosi 2014Tumulte médiatique à Nice… Les martiens auraient ils débarqués sur la Promenade ? Madonna va-t-elle organiser un show sur le Cours, lors du Carnaval, pour soutenir un mystérieux candidat aux municipales ? Les impôts locaux vont-ils baisser de moitié ? Non, rien de tout cela…

« L’évènement »…. c’est tout un tintouin autour du sieur Benoît Kandel qui aurait été un tout petit peu égratigné dans les colonnes du monopole de presse ! Offusqué, de ce double crime de lèse-Képi et de lèse-élu, il s’en plaint sur les réseaux sociaux et joue l’innocente victime du système Estrosi… système dont il a été le pivot central pendant cinq ans et demi, soit quasiment durant toute une mandature ! C’est ce que l’on appelle un peu trivialement, cracher dans la soupe…

Benoit Kandel niceCe personnage qui  n’est pas Niçois et n’a pas su ou voulu le devenir, est à Nice depuis seulement une dizaine d’années, comme il aurait pu s’installer à Bordeaux, à Dijon, et plus probablement à Strasbourg, a été extirpé ex nihilo du plus obscur anonymat par M. Estrosi qui lui a placé sous les fesses le prestigieux fauteuil doré de premier adjoint de la cinquième ville de France… A ce titre, il a bénéficié durant tout ce temps de l’appui du monopole de presse qu’il critique aujourd’hui et accuse de partialité à son détriment ; il a bénéficié également de la complaisance appuyée de son bienfaiteur qui malgré sa « Charte d’éthique » n’a pas exigé sa démission quand la Cour d’Appel d’Aix l’a reconnu coupable et condamné pour diffamation envers l’ex maire de Nice qu’il accusait faussement de corruption pour l‘attribution des « terrasses » aux commerçants. Mieux, son bienfaiteur lui a permis d’être élu conseiller général, alors que s’il s’était présenté sans son soutien et l’étiquette UMP il n’aurait pas obtenu deux pour cent de suffrages… Et même avec ce solide soutien, ce scrutin a connu une sévère abstention qui n’est pas la preuve d’une grande affection des électeurs de ce canton pour sa personne.

Premier adjoint et donc cheville ouvrière de « l’Estrosi-Circus » qu’il fustige maintenant, il est co-responsable de la détestable gestion municipale ; à savoir l’échec dans la lutte contre la délinquance (au point que même la voiture du maire a été la cible de malfrats), la politique des paillettes, bulles de savon et effets d’annonces, l’endettement important de la ville, les « observatoires » de ceci ou cela qui n’ont rien observé du tout sinon des réussites fictives permettant des auto-satisfecit, les atteintes incessantes à l’identité niçoise, le mariage contre nature de Nice avec Marseille, l’Aigle Niçois de la Métropole qui a été guillotiné verticalement et est devenu bleu de rage, la saleté des rues de la ville qui ne sont pas nettoyées par la fameuse brigade verte (disparue dans le francophonietriangle des promesses non tenues), mais seulement lorsqu’il pleut, les horribles ferrailles de la honte imposées aux Niçois, la honteuse falsification historique lors de la comédie du 150ème « anniversaire » de l’annexion, les folies coûteuses des ridicules « jeux Olympiques d’hiver » et du flop retentissant des « Jeux de la francophonie » au relent colonial qui a fait la une nationale, la coûteuse exposition d’une rame de métro sur la Promenade, les énormes dépenses de publicité inutiles dans la presse ; et il faudrait en rajouter trois pages… sans oublier le bétonnage massif de la plaine du Var, sujet capital, puisque le principe de précaution a été notoirement violé et que cela hypothèque gravement l’avenir des Niçois.

    M. Benoît Kandel est co-responsable de tout cela puisqu’il ne s’y est pas opposé mais y a prêté la main, soit activement soit par son silence. Et ses gesticulations si elles manquent de la plus élémentaire dignité ont été aggravées par la déclaration de son épouse qui se répandant dans la presse a évoqué les soirs de réveillons où son époux était contraint par le maire à l’accompagner faire la tournée des casernes de sapeurs-pompiers, uniquement pour avoir des photographies dans la presse… Là, on touche vraiment le fond de la bassesse la plus nauséabonde…

M. Kandel semble donc souffrir de graves trous de mémoires et bien pire, de failles de conscience aussi profondes que le gouffre de Padirac… Et cet agneau sans tâches, inconscient ou tartuffe, critique aujourd’hui au vitriol le « système Estrosi »… Un comble !!! Il faut donc lui rendre service, en lui rappelant encore une fois que le second personnage et grand ordonnateur du dit système durant cinq ans et demi, c’était lui ! Il en a tiré les honneurs comme les agréables avantages liés à ses fonctions ; il a été le Deus ex machina de ce système, il l’a dirigé, il en a tiré profit en percevant les très confortables indemnités idoines. Et au moment où il a goûté à l’amertume de ce système autocratique et courtisan finissant, dont il était le second personnage, le champagne de naguère dans sa mémoire oublieuse s’est brusquement transformé en infâme piquette…

    Après ce divorce, noces de Cana inversées, un miracle s’est produit : il a trouvé un vigneron qui a pris l’énorme risque politique de polluer ses chaix électoraux en l’accueillant, et au lieu de faire profil bas, il se répand en propos qui ne manqueront pas de discréditer son nouveau bienfaiteur. Il ose en effet prétendre, lui, le seul qui moralement ne le puisse pas sans se vautrer dans l’indignité, que les Niçois ne veulent plus du système Estrosi ; sans se prononcer sur la question, il est bien évident que les Niçois qui ne veulent plus de ce système ne voudront pas non plus de celui qui l’a représenté durant plus de cinq longues années et qui l’a pas quitté volontairement, mais seulement quand on l’a congédié au moment des affaires de la Semiacs ; ils ne voudront pas d’un homme qui politiquement a été créé de toutes pièces par le système Estrosi et qui l’a servi comme il s’en est servi.

Compte tenu de tout cela, beaucoup de Niçois souhaitent que M. Kandel, ait maintenant la décence de disparaître définitivement de la vie politique niçoise. S‘il ne le fait pas, les électeurs se chargeront de lui rappeler d’une cuisante façon, ses actions passées.

« Un dévot est celui qui, sous un roi athée, serait athée ».
 Jean de La Bruyère


23 novembre 2013

Municipale 2014: Mais que fait Benoît Kandel à Nice ?

Benoit KandelL'ex colonel de gendarmerie alsacien, arrivé chez nous il y a une dizaine d'années seulement, a été condamné en appel à Aix le 10 septembre 2010 pour diffamation envers l'ancien maire de Nice. Il fut installé par Christian Estrosi en 2008, et semble aujourd'hui vouloir régler ses comptes avec l'actuel maire sur le dos des Niçois, suite à sa récente démission provoquée par sa volonté de se rapprocher du Front National ! Décidément, entre touristes le courant semble passer plutôt bien !
Quand donc les sbires des partis politiques français cesseront leurs règlements de comptes jacobins à Nice ? Qu'ils les règlent à Strasbourg ou à Paris!

Nous pouvions lire dans le Nice-matin du vendredi 19 décembre 2008 : « La nouvelle est tombée hier. Christian Estrosi a dévoilé le nom de celui qui dirigera à ses côtés la machine municipale. Il s'agit de Benoît Kandel, actuellement adjoint à la sécurité. Hier, Eric Ciotti fraîchement élu à la tête du conseil général a remis sa démission municipale au préfet. Dans la foulée, Christian Estrosi a définitivement mis fin au suspens. Le « ministre de l'intérieur » va ainsi devenir « premier ministre » du gouvernement municipal. « J'ai fait le choix de la proximité, de la sécurité qui est l'une de mes priorités, a souligné le maire. Benoît Kandel est une garantie d'intégrité et de vigilance ».

Avec le recul, on croit rêver ! M.Estrosi, avait déclaré avant son élection « qu'il se séparerait immédiatement d'un conseiller de sa majorité, coupable d'une indélicatesse » . On voit ce qu'il en est des promesses d'Estrosi ! Il est grand temps que les Niçois reprennent en main leurs affaires, loin des luttes parisiennes dont ils n'ont que faire et qui les prennent en otage depuis trop longtemps... L'ex-colonel semble avoir pris goût au devant de la scène et le bruit court qu'il cherche à se caser sur une liste dissidente ; mais qui prendrait le risque de coopter un non niçois condamné pour diffamation, et qui n'a joué au conseil municipal qu'un rôle de pâle figurant à la botte du maire.  Les Niçois n'ont pas besoin d'embarassa camin, qu'il retourne donc à l'anonymat d'où il a été tiré  pour servir une politique néfaste qui a pénalisé la Ville. Les niçoises et les  niçois doivent maintenant s'occuper de leurs affaires, et les municipales seront l'occasion de les reprendre en main car il convient de changer radicalement d'orientation comme de priorités, en cette période extrêmement difficile. Les mentalités d'outre-Var ne conviennent pas aux Niçois, et le personnel politique qui a encombré la scène, obtenant les non-résultats que l'on sait, doit céder la place à la société civile.

Vite une bouffée d'air pur, Nice a été mise sous un éteignoir durant six ans  !!!

Les vira vesta, embarassa camin et autres facha faussa, defuòra !!! 

08 février 2010

NICE 1871: La répression française face aux urnes !

Les articles de presse du TIMES volontairement occultés:

TIMES_1871Une fois de plus, face aux falsificateurs de l'histoire du Peuple Niçois, les médias libres du pays de Nice vous dévoilent la Vérité grâce aux articles archivés par le journal "THE TIMES" publiés en 1871. Ce quotidien anglais ne peut souffrir d'aucune défiance vis à vis de sa crédibilité concernant l'information, contrairement à un certain quotidien local "niçois" ! Le 8 février 1871, les Niçois portèrent leurs suffrages sur la liste SEPARATISTE conduite par Jousé Garibaldi à une écrasante majorité! En réponse à la TIMES_22_02_1871démocratie, la IIIeme République instaura la dictature soutenue par une répression terrible contre les Niçois qui se soulevèrent face à l'invalidation injustifiée de leur vote pourtant clair. Fondateur de "l'Academia Nissarda" et de la  Revue "Nice-Historique", Henri Sappia témoigna de cette tragique période dans "NICE CONTEMPORAINE" (ouvrage curieusement occulté par les détenteurs actuels de l'organisme) qu'il écrivit de son exil Londonien. Le 8 février, les Niçois se souviennent que pacifiquement et par les urnes, il regagnèrent leur liberté spoliée lors du plébiscite truqué de 1860. La "patrie des droits de l'homme" en décida et en décide toujours autrement...
La Liberté est indissociable de la Vérité !
" ...Pour que le droit des gens ne soit pas une vaine parole." Jousé Garibaldi


13 janvier 2010

Communiqué L.R.L.N: Kandel condamné pour complicité de diffamation !

L "11 janvier 2010 - Benoît Kandel, premier adjoint de la ville de Nice, ex-colonel de gendarmerie de  surcroît, vient d'être condamné par le tribunal de Nice pour complicité de diffamation dans le monopole de presse à l'encontre de l'ex-maire de Nice ; l'organe de presse a été condamné également. M.Estrosi, actuel maire de Nice avait déclaré avant son élection, qu'il se séparerait immédiatement d'un conseiller de sa majorité, coupable d'une indélicatesse. Bien que ce jugement ne soit pas définitif, le seul fait de se trouver dans cette position constitue plus qu'une "indélicatesse" qui ternit l'image de Nice. Sans attendre une confirmation par la Cour d'appel, qui contraindrait le maire de Nice a exiger sa démission immédiate, M. Kandel, s'il est un homme d'honneur, devrait de son propre chef, se mettre en retrait et cesser pour l'instant ses fonctions de premier adjoint, jusqu'au jugement définitif de cette affaire. Il serait dommageable pour l'image de la ville que pèse sur le premier adjoint en fonction, de la majorité municipale, plus qu'un soupçon de complicité de diffamation envers l'ancien sénateur-maire de Nice. Si ce jugement devait être confirmé en appel, M. Estrosi, ne pourra qu'en tirer les conclusions en tenant ses promesses électorales"

Posté par LIBERA NISSA à 22:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,