Photos liées au tag 'gendarme'

Voir toutes les photos

NICE MUNICIPALE 2020 vue au travers du prisme Niçois !

estrosi 2020

Le grand cirque « démocratique » se profile à Nice, et à part les médias officiels et quelques hystériques sur les réseaux sociaux, la population niçoise, qu'elle soit de souche ou d'adoption, ne semble visiblement pas se passionner pour le carnaval électoral qui lui est imposé. 

Notre maire sortant et futur, autoproclamé en 2008 « jusqu'au bout des ongles » et qui s'est attaché à effacer méthodiquement les symboles de l'identité niçoise pour le compte de ses maîtres jacobins, a annoncé qu'il allait fêter les 160 ans du « rattachement » en nous resservant, une fois de plus, la vieille soupe périmée du plébiscite cuisinée par la IIIème République. Il est possible qu'un de ses amis artistes ait en stock quelques bouts de ferraille ou de tuyaux de plomberie à refourguer, grassement payés par le contribuable niçois.

Pour mémoire, les douze dernières années, le fameux « niçois jusqu'au bout des ongles » a entre autres :

  • Juré de marier Nice avec la Provence en affirmant que « le Var ne devait plus être une frontière ».

  • Remplacé à la marie de Nice la très symbolique statue de Charles-Felix par le doigt (d'honneur) du sculpteur marseillais: César.

  • Organisé les festivités pompeuses et négationnistes du cencinquantenaire de l'asservissement du Peuple Niçois.

  • Fait installer le tas de ferrailles stalinien financé par le contribuable niçois afin que tous voient, tel un phare, ce symbole de l'arrogance coloniale française.

  • Fait l'apologie de Napoléon III qui organisa l'annexion frauduleuse du Pays de Nice validé par un plébiscite truqué aujourd'hui largement démontré.

  • Fait l'apologie d'André Masséna qui non content d'avoir envahi le Pays Niçois en 1792 sous l’uniforme ennemi, à la tête d’un corps d'invasion, le pilla, martyrisa les habitants de la vallée de la Vésubie, de Levens, de Gilette et d’autres lieux. Il fit fusiller nombre de résistants Barbets et qualifia « d’esclaves » et de « brigands » les nombreux Niçois qui héroïquement défendirent leur sol occupé et soumis à la terrible dictature française.

  • Le quai Cassini dernièrement renommé quai Napoléon Ier sachant que le mentor des pires dictateurs du XXème siècle renversa la Ière république pourtant si chère au cœur des ayatollahs actuels de l'idéologie jacobine. Non content de poursuivre le martyr du peuple niçois annexé par ses prédécesseurs, par l'intermédiaire de son préfet Châteauneuf Randon, Bonaparte fit instaurer la ségrégation raciale à Nice au nom, excusez du peu, de la liberté et de l'égalité !

Comme l'aurait si bien dit Joseph André, rédacteur en chef du Dirrito di Nizza et auteur de l'extraordinaire NICE 1792-1814 , ceux ne sont que mensonges, honte et insultes à la mémoire de nos pères !

S'ajoute la bétonnisation frénétique de la plaine du Var dont chaque mètre carré fait l'object d'une OPA agressive effectuée par les Vinci et consorts, le tourisme de masse qui transite par le deuxième aéroport de France, provoquant la multiplication des appartements RBNB et par voie de conséquence l'exclusion des Niçois de leur propre ville faute de logement péren !

Ce constat fait, nous, niçois qui dénonçons la colonisation de fait et exigeons simplement notre droit légitime à l'autodétermination, allons nous chanter avec les prétendants au fauteuil de Maire le slogan « TOUT SAUF ESTROSI » ?

Ceux ne sont pas les soi-disant opposants qui changeront le logiciel actuel, étant donné qu'ils sont tous issus de la matrice jacobine.

L'éternel Patrick Allemand, le côté gauche de la même pièce jacobine, avec ses bobos gauchistes qui n'existeraient pas sans le côté droit de la même pièce ainsi qu'une cohorte de candidats parmi lesquels se trouve un qui, faute de militants, se voit obligé d’embaucher à pôle emploi des afficheurs !

MISS PROVENCE 2020

Sans surprise, Philippe Vardon que nous avons suffisamment dénoncé et n'avons donc plus besoin de présenter pour l'ensemble de son oeuvre, investi par l'ex Front National devenu « Rassemblement National », parti ultra jacobin qui rejette toutes formes de communautarismes, y compris régionaux ! Pour le Rassemblement National, se revendiquer Nissart est équivalent à se revendiquer islamiste d'origine maghrébine ! Ceux qui pensaient naivement que l'identité niçoise se résumait à des slogans écrits en Nissart ont aujourd'hui compris qu'ils cautionnaient une idéologie viscéralement anti-niçoise !

Pour Philippe Vardon, le slogan 100% Niçois et le régionalisme de façade sont terminés ! Place au drapeau jacobin bleu, blanc, rouge aux couleurs de Paris encadrant celui de l'ancien régime français, place à Marseille, l'écharpe de conseiller régional aux couleurs provençales arborée aussi fièrement qu'une Miss ! 

eric ciotti

Parmi les fausses couches de Christian Estrosi, Eric Ciotti qui devait à l'actuel maire son poste de député en 2007 ainsi que celui de président du conseil général des A.M qu'il acquit en 2008, bien qu'ayant chuté dans le très symbolique 1er canton historique du port. Eric Ciotti, qui avait été désigné à l'époque par Christian Estrosi comme son successeur, arrivera néanmois à ses fins suite à la mascarade de St Martin Vésubie et un jeu de chaise musicale cynique jetant à la face des Niçois le mépris qu'a pour la démocratie les sbires de la France jacobine ! Aujourd'hui, sentant le vent tourner suite à la débandade aux dernières élections européennes du Parti LR, il s'est vu contraint d'enterrer provisoirement la hache de guerre, en attendant patiemment le moment opportun pour s'accaparer « le précieux » !

kandel 2020

L'autre, Benoît Kandel, un colonel de gendarmerie aigri qui était venu à Nice comme beaucoup de ses compatriotes vivre une retraite paisible sous le doux climat de la côte d'azur, suite à la défection de la première, se voit pousser des ailes ! Il s'était pourtant vu en 2008 extirpé ex nihilo du plus obscur anonymat par M. Estrosi qui lui proposa de servir de caution sécuritaire avant de lui placer sous les fesses, à la grande surprise des niçois, le prestigieux fauteuil doré de premier adjoint de la cinquième ville de France suite à l'élection à la présidence du CG06 (enfin) de sont prédécesseur. Benoît Kandel est soutenu par le Cnip et Debout la France, petits partis ultra-jacobins se situant à la droite de la droite libérale et ouvertement proches du Rassemblement National.

En s'appuyant sur son statut d'ancien gendarme, Benoît Kandel pense probablement rassurer la communauté des vieilles à caniches venues comme lui d'outre-Var réchauffer leurs vieux os sous notre doux soleil, en  jouant l’innocente victime du système Estrosi, système dont il a été le pivot central pendant cinq ans et demi, soit quasiment durant toute la première mandature de Christian Estrosi ! C’est ce que l’on appelle un peu trivialement, cracher dans la soupe…

La présentation faite des principaux candidats à la mairie de Nice et n'entrant pas dans la logique politique imposée par un système sociétal que nous rejetons en bloc, nous n'allons donc pas adopter les postures classiques en fustigeant l'endettement de la ville, l'insécurité, l'éducation calamiteuse et l'imigration incontrôlée en usant de la logorrhéique habituelle des adeptes de la secte jacobine.  Le modèle français que le monde entier nous envierait selon les bons apôtres de la république française une et indivisible et de ceux qui l'ont renversé par des coups d’état, en est avant tout la cause. La dernière opposition qui s'est présenté à Nice à une élection, c'était lors de l'élection législative de 1871 qui vit le résultat victorieux des séparatistes invalidé et la répression s'abattre sur les niçois insurgés  !

 

marianne republique

Effectivement, ajoutée à la tutelle provençale, celles politique et juridique incarnée par le préfet, demain, la disparition de la taxe d'habitation et par voie de conséquence la mise sous tutelle financière totale des communes par l’État jacobin français à la botte de la soi-disant dette contractée par ceux qui ont décidé de nous faire payer à leur place, aucune marge de manoeuvre ne sera jamais possible.  La sécurité ou les usines à cancres que sont les écoles de la république une et indivisible, la dette étant la pierre angulaire du système financier international en place (fin de la dette = fin du système) auquel s'est assujetti la France en 1974 ( Pompidou ancien de Rothschild ), la sécurité dépendant du ministère de l'intérieur et de la préfecture, l'éducation d'une administration contrôlée par des gourous post soixante-huitards ! Vous pouvez élire le maire que vous voulez, les services régaliens resteront toujours sous le contrôle de la vieille maquerelle jacobine, symbole d'un Etat-nation artificiel qui retoquera par l'intermédiaire de son préfet, toute vélleité législative locale votée pourtant démocratiquement ! La centralisation à outrance est l'essence même de l'idéologie qui inspire les sbires de la jacobine. Ceux qui prétendent qu'une fois élus, ils  assurereront la sécurité, l'emploi, l'éducation ou empêcheront l'imigration ne sont que des menteurs ! 

La dictature n'est pas arrivée avec Macron, la dictature est effective depuis la prise de pouvoir des jacobins suite à la révolution française. Pendant longtemps ce fut une dictature à deux têtes (gauche/droite) qui a fait croire aux citoyens naïfs qu'ils vivaient dans une démocratie ! Que pouvait-on attendre d'une révolution qui inspira les bolcheviques, en grande partie les nazis ainsi que l'ayatollah Komény dont les gardiens de la révolution ressemblent trait pour trait aux sociétés populaires ?

 La LRLN d'Alain Roullier-Laurens avait permis au Peuple Niçois de se réapproprier son histoire, son identité et ses droits inaliénables. Aujourd'hui le Pays de Nice a besoin de reconstruire un mouvement politique autonomiste unitaire capable de conquérir le pouvoir confisqué par les sbires de la France jacobine.

L'Europe de demain sera celle des Peuples séculaires, plus celle des Etats-nation artificiels composés de peuples tout aussi artificiels !

L’Écosse, la Catalogne, le Pays Basque, la Corse aujourd'hui.... La Bretagne, la Savoie, le Pays de Nice et tant d'autres demain !

Le train de la liberté des peuples séculaires européens est en marche, ne restons pas sur le quai !

N'oubliez jamais que vous n'êtes français qu'administrativement !


En attendant des jours meilleurs, la seule chose à faire pour Nice est de ne pas cautionner un système qui nous a volé la victoire de 1871....

Regardons la société à travers le prisme Niçois, pas celui imposé par l'idéologie jacobine ! 


ELECTION MUNICIPALE 2020: JE BOYCOTTE !

 

« Nos petites personnes sont insignifiantes, car seul le Pays de Nice est important »

Alain Roullier-Laurens





 


20 janvier 2014

Benoît Kandel : il est venu, il a déçu et repart quand ?

L’ex colonel de gendarmerie n’est pas adepte du devoir de mémoire….

kandel estrosi 2014Tumulte médiatique à Nice… Les martiens auraient ils débarqués sur la Promenade ? Madonna va-t-elle organiser un show sur le Cours, lors du Carnaval, pour soutenir un mystérieux candidat aux municipales ? Les impôts locaux vont-ils baisser de moitié ? Non, rien de tout cela…

« L’évènement »…. c’est tout un tintouin autour du sieur Benoît Kandel qui aurait été un tout petit peu égratigné dans les colonnes du monopole de presse ! Offusqué, de ce double crime de lèse-Képi et de lèse-élu, il s’en plaint sur les réseaux sociaux et joue l’innocente victime du système Estrosi… système dont il a été le pivot central pendant cinq ans et demi, soit quasiment durant toute une mandature ! C’est ce que l’on appelle un peu trivialement, cracher dans la soupe…

Benoit Kandel niceCe personnage qui  n’est pas Niçois et n’a pas su ou voulu le devenir, est à Nice depuis seulement une dizaine d’années, comme il aurait pu s’installer à Bordeaux, à Dijon, et plus probablement à Strasbourg, a été extirpé ex nihilo du plus obscur anonymat par M. Estrosi qui lui a placé sous les fesses le prestigieux fauteuil doré de premier adjoint de la cinquième ville de France… A ce titre, il a bénéficié durant tout ce temps de l’appui du monopole de presse qu’il critique aujourd’hui et accuse de partialité à son détriment ; il a bénéficié également de la complaisance appuyée de son bienfaiteur qui malgré sa « Charte d’éthique » n’a pas exigé sa démission quand la Cour d’Appel d’Aix l’a reconnu coupable et condamné pour diffamation envers l’ex maire de Nice qu’il accusait faussement de corruption pour l‘attribution des « terrasses » aux commerçants. Mieux, son bienfaiteur lui a permis d’être élu conseiller général, alors que s’il s’était présenté sans son soutien et l’étiquette UMP il n’aurait pas obtenu deux pour cent de suffrages… Et même avec ce solide soutien, ce scrutin a connu une sévère abstention qui n’est pas la preuve d’une grande affection des électeurs de ce canton pour sa personne.

Premier adjoint et donc cheville ouvrière de « l’Estrosi-Circus » qu’il fustige maintenant, il est co-responsable de la détestable gestion municipale ; à savoir l’échec dans la lutte contre la délinquance (au point que même la voiture du maire a été la cible de malfrats), la politique des paillettes, bulles de savon et effets d’annonces, l’endettement important de la ville, les « observatoires » de ceci ou cela qui n’ont rien observé du tout sinon des réussites fictives permettant des auto-satisfecit, les atteintes incessantes à l’identité niçoise, le mariage contre nature de Nice avec Marseille, l’Aigle Niçois de la Métropole qui a été guillotiné verticalement et est devenu bleu de rage, la saleté des rues de la ville qui ne sont pas nettoyées par la fameuse brigade verte (disparue dans le francophonietriangle des promesses non tenues), mais seulement lorsqu’il pleut, les horribles ferrailles de la honte imposées aux Niçois, la honteuse falsification historique lors de la comédie du 150ème « anniversaire » de l’annexion, les folies coûteuses des ridicules « jeux Olympiques d’hiver » et du flop retentissant des « Jeux de la francophonie » au relent colonial qui a fait la une nationale, la coûteuse exposition d’une rame de métro sur la Promenade, les énormes dépenses de publicité inutiles dans la presse ; et il faudrait en rajouter trois pages… sans oublier le bétonnage massif de la plaine du Var, sujet capital, puisque le principe de précaution a été notoirement violé et que cela hypothèque gravement l’avenir des Niçois.

    M. Benoît Kandel est co-responsable de tout cela puisqu’il ne s’y est pas opposé mais y a prêté la main, soit activement soit par son silence. Et ses gesticulations si elles manquent de la plus élémentaire dignité ont été aggravées par la déclaration de son épouse qui se répandant dans la presse a évoqué les soirs de réveillons où son époux était contraint par le maire à l’accompagner faire la tournée des casernes de sapeurs-pompiers, uniquement pour avoir des photographies dans la presse… Là, on touche vraiment le fond de la bassesse la plus nauséabonde…

M. Kandel semble donc souffrir de graves trous de mémoires et bien pire, de failles de conscience aussi profondes que le gouffre de Padirac… Et cet agneau sans tâches, inconscient ou tartuffe, critique aujourd’hui au vitriol le « système Estrosi »… Un comble !!! Il faut donc lui rendre service, en lui rappelant encore une fois que le second personnage et grand ordonnateur du dit système durant cinq ans et demi, c’était lui ! Il en a tiré les honneurs comme les agréables avantages liés à ses fonctions ; il a été le Deus ex machina de ce système, il l’a dirigé, il en a tiré profit en percevant les très confortables indemnités idoines. Et au moment où il a goûté à l’amertume de ce système autocratique et courtisan finissant, dont il était le second personnage, le champagne de naguère dans sa mémoire oublieuse s’est brusquement transformé en infâme piquette…

    Après ce divorce, noces de Cana inversées, un miracle s’est produit : il a trouvé un vigneron qui a pris l’énorme risque politique de polluer ses chaix électoraux en l’accueillant, et au lieu de faire profil bas, il se répand en propos qui ne manqueront pas de discréditer son nouveau bienfaiteur. Il ose en effet prétendre, lui, le seul qui moralement ne le puisse pas sans se vautrer dans l’indignité, que les Niçois ne veulent plus du système Estrosi ; sans se prononcer sur la question, il est bien évident que les Niçois qui ne veulent plus de ce système ne voudront pas non plus de celui qui l’a représenté durant plus de cinq longues années et qui l’a pas quitté volontairement, mais seulement quand on l’a congédié au moment des affaires de la Semiacs ; ils ne voudront pas d’un homme qui politiquement a été créé de toutes pièces par le système Estrosi et qui l’a servi comme il s’en est servi.

Compte tenu de tout cela, beaucoup de Niçois souhaitent que M. Kandel, ait maintenant la décence de disparaître définitivement de la vie politique niçoise. S‘il ne le fait pas, les électeurs se chargeront de lui rappeler d’une cuisante façon, ses actions passées.

« Un dévot est celui qui, sous un roi athée, serait athée ».
 Jean de La Bruyère

23 novembre 2013

Municipale 2014: Mais que fait Benoît Kandel à Nice ?

Benoit KandelL'ex colonel de gendarmerie alsacien, arrivé chez nous il y a une dizaine d'années seulement, a été condamné en appel à Aix le 10 septembre 2010 pour diffamation envers l'ancien maire de Nice. Il fut installé par Christian Estrosi en 2008, et semble aujourd'hui vouloir régler ses comptes avec l'actuel maire sur le dos des Niçois, suite à sa récente démission provoquée par sa volonté de se rapprocher du Front National ! Décidément, entre touristes le courant semble passer plutôt bien !
Quand donc les sbires des partis politiques français cesseront leurs règlements de comptes jacobins à Nice ? Qu'ils les règlent à Strasbourg ou à Paris!

Nous pouvions lire dans le Nice-matin du vendredi 19 décembre 2008 : « La nouvelle est tombée hier. Christian Estrosi a dévoilé le nom de celui qui dirigera à ses côtés la machine municipale. Il s'agit de Benoît Kandel, actuellement adjoint à la sécurité. Hier, Eric Ciotti fraîchement élu à la tête du conseil général a remis sa démission municipale au préfet. Dans la foulée, Christian Estrosi a définitivement mis fin au suspens. Le « ministre de l'intérieur » va ainsi devenir « premier ministre » du gouvernement municipal. « J'ai fait le choix de la proximité, de la sécurité qui est l'une de mes priorités, a souligné le maire. Benoît Kandel est une garantie d'intégrité et de vigilance ».

Avec le recul, on croit rêver ! M.Estrosi, avait déclaré avant son élection « qu'il se séparerait immédiatement d'un conseiller de sa majorité, coupable d'une indélicatesse » . On voit ce qu'il en est des promesses d'Estrosi ! Il est grand temps que les Niçois reprennent en main leurs affaires, loin des luttes parisiennes dont ils n'ont que faire et qui les prennent en otage depuis trop longtemps... L'ex-colonel semble avoir pris goût au devant de la scène et le bruit court qu'il cherche à se caser sur une liste dissidente ; mais qui prendrait le risque de coopter un non niçois condamné pour diffamation, et qui n'a joué au conseil municipal qu'un rôle de pâle figurant à la botte du maire.  Les Niçois n'ont pas besoin d'embarassa camin, qu'il retourne donc à l'anonymat d'où il a été tiré  pour servir une politique néfaste qui a pénalisé la Ville. Les niçoises et les  niçois doivent maintenant s'occuper de leurs affaires, et les municipales seront l'occasion de les reprendre en main car il convient de changer radicalement d'orientation comme de priorités, en cette période extrêmement difficile. Les mentalités d'outre-Var ne conviennent pas aux Niçois, et le personnel politique qui a encombré la scène, obtenant les non-résultats que l'on sait, doit céder la place à la société civile.

Vite une bouffée d'air pur, Nice a été mise sous un éteignoir durant six ans  !!!

Les vira vesta, embarassa camin et autres facha faussa, defuòra !!! 

08 février 2010

NICE 1871: La répression française face aux urnes !

Les articles de presse du TIMES volontairement occultés:

TIMES_1871Une fois de plus, face aux falsificateurs de l'histoire du Peuple Niçois, les médias libres du pays de Nice vous dévoilent la Vérité grâce aux articles archivés par le journal "THE TIMES" publiés en 1871. Ce quotidien anglais ne peut souffrir d'aucune défiance vis à vis de sa crédibilité concernant l'information, contrairement à un certain quotidien local "niçois" ! Le 8 février 1871, les Niçois portèrent leurs suffrages sur la liste SEPARATISTE conduite par Jousé Garibaldi à une écrasante majorité! En réponse à la TIMES_22_02_1871démocratie, la IIIeme République instaura la dictature soutenue par une répression terrible contre les Niçois qui se soulevèrent face à l'invalidation injustifiée de leur vote pourtant clair. Fondateur de "l'Academia Nissarda" et de la  Revue "Nice-Historique", Henri Sappia témoigna de cette tragique période dans "NICE CONTEMPORAINE" (ouvrage curieusement occulté par les détenteurs actuels de l'organisme) qu'il écrivit de son exil Londonien. Le 8 février, les Niçois se souviennent que pacifiquement et par les urnes, il regagnèrent leur liberté spoliée lors du plébiscite truqué de 1860. La "patrie des droits de l'homme" en décida et en décide toujours autrement...
La Liberté est indissociable de la Vérité !
" ...Pour que le droit des gens ne soit pas une vaine parole." Jousé Garibaldi


13 janvier 2010

Communiqué L.R.L.N: Kandel condamné pour complicité de diffamation !

L "11 janvier 2010 - Benoît Kandel, premier adjoint de la ville de Nice, ex-colonel de gendarmerie de  surcroît, vient d'être condamné par le tribunal de Nice pour complicité de diffamation dans le monopole de presse à l'encontre de l'ex-maire de Nice ; l'organe de presse a été condamné également. M.Estrosi, actuel maire de Nice avait déclaré avant son élection, qu'il se séparerait immédiatement d'un conseiller de sa majorité, coupable d'une indélicatesse. Bien que ce jugement ne soit pas définitif, le seul fait de se trouver dans cette position constitue plus qu'une "indélicatesse" qui ternit l'image de Nice. Sans attendre une confirmation par la Cour d'appel, qui contraindrait le maire de Nice a exiger sa démission immédiate, M. Kandel, s'il est un homme d'honneur, devrait de son propre chef, se mettre en retrait et cesser pour l'instant ses fonctions de premier adjoint, jusqu'au jugement définitif de cette affaire. Il serait dommageable pour l'image de la ville que pèse sur le premier adjoint en fonction, de la majorité municipale, plus qu'un soupçon de complicité de diffamation envers l'ancien sénateur-maire de Nice. Si ce jugement devait être confirmé en appel, M. Estrosi, ne pourra qu'en tirer les conclusions en tenant ses promesses électorales"

Posté par LIBERA NISSA à 22:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,