29 décembre 2013

2014: Année de la reconquête des Peuples Européens de l'ouest!

Enseignant école républicaineEn France, au cours de la seconde partie du XIXe siècle, on a enseigné au paysan breton, corse, basque, savoisien, niçois l’histoire de « son pays » et c’est grâce à cette reprogrammation mentale par les  instituteurs de la IIIe République (qui se présentaient eux-mêmes comme les hussards noirs de la république) qu’on a pu l’envoyer se faire tuer sur tous les champs de bataille au nom de la sainte république jacobine une et indivisible. L’éducation était une programmation néo-païenne (et reconnue comme telle par les antichrétiens au pouvoir) au service de la tuerie patriotique et de l’impérialisme.

Front national de gaucheLes vieux conservateurs jacobins, les électeurs du Front national ou les soi-disant souverainistes de tous bords de l'Etat-nation artificiel découvrent aujourd’hui qu’ils sont les seuls à croire encore à leur « fiction patriotique ».
Comme nous pouvons le voir chez les intégristes issus des religions monothéistes, les courants prétendus « laïque et républicain » mélanchonniste ou lepenniste imités grossièrement par les fraichement naturalisés Manuel Valls (PS) ou Jean-Vincent Placé (EELV), ont une vision dogmatique de la nation ; le premier en idéalisant à outrance la révolution française, oubliant ses crimes, ses mensonges et ses reniements, le deuxième en sublimant une France accordéon et colonialiste qui a disparu depuis bien longtemps, en dénonçant de façon hystérique la charte européenne des langues régionales, qui selon leurs dogmes mettrait en danger la sainte indivisibilité de l'Etat-nation français ...

VALLSPour les naturalisés, comme c'est le cas pour les convertis religieux, ils se débattent pour se faire reconnaître en récitant avec ivresse les versets idéologiques appris, qui sont censés être le ciment de leur nation adoptive. C'est aussi le cas pour les « deuxième génération » dont certains hommes politiques UMP de la région PACA d'origine italienne subirent les sarcasmes de leurs collègues « de souche » lors des élections régionales de 2010, qui trouvaient que ceux dont les noms se terminaient en i se donnaient beaucoup de mal pour montrer qu'ils étaient plus français que les français !
Ces courants  jacobins figés dans le formol sont terrorisés par l'évolution civilisationnelle et imaginent qu’en s'accrochant à de vieilles icones cocardières que la vérité, peu à peu, a flétri, ils réussiront à inverser la marche du temps pour revenir à une époque révolue... Comme nous le présentions il y a un an, suite aux élections municipales en Belgique qui avaient vu une percée du parti séparatiste flamand réclamant l'indépendance de la Flandre (nord néerlandophone) vis-à-vis de la Wallonie, dont le prétexte serait, selon les médias français, la faiblesse économique de sa voisine francophone.
Il s'en suivit une étrange analyse tendant à vouloir théoriser les « nids séparatistes européens » comme si s'agissait de nids de vermine...

Catalogne indépendanceLes séparatistes catalans seraient des égoïstes parce que riches et les écossais  motivés uniquement par le fait qu'ils aient sous leur territoire maritime des réserves conséquentes de pétrole (William Wallace travaillait peut-être chez Shell); il est vrai que les fondateurs du jacobinisme ont toujours été adepte du partage, mais ils n‘ont jamais partagé entre eux que ce qu’ils ont volé en Europe .. Les basques dont le PIB est supérieur à celui de l'Estonie ( pays souverain européen ) seraient de dangereux terroristes !  Concernant les deux « provinces espagnoles », les médias jacobins oubliant bien évidemment qu'elles empiètent sur le sol « un et indivisible » français, et que le problème séparatiste de ces provinces dites espagnoles deviendra inévitablement dans un futur proche le problème de la France ! Les écossais et les catalans ont prévu d'organiser en 2014 un référendum concernant leur autodéternination.

Pais nissartS'ajoutent enfin les mouvements séparatistes Niçois et Savoisien qui réclament leur droit légitime à la souveraineté étayé par des arguments historique et juridique irréfutables, et qui ont réussi à déstabiliser la diplomatie française en provoquant des questions dérangeantes à l'assemblée nationale   grâce à la Déclaration de Genève du 24 mars 2010 ! 

bonnet rouge bretonDernièrement, la panique jacobine a atteint son point culminant, suite aux manifestations monstres « des bonnets rouges », symbole de la révolte du Peuple breton contre (déjà) l'oppression fiscale de la France de... Louis XIV. Après avoir tenté une récupération jacobine du mouvement en faisant un amalgame anachronique et symbolique entre le bonnet rouge breton et le bonnet phrygien, les ayatollahs jacobins n'ont pas tardé à dénoncer la tournure régionaliste du mouvement. Les manifestations organisées par les syndicats jacobins n'ont rassemblé que quelques centaines de personnes quand les bonnets rouges représentaient des dizaines de milliers de révoltés ! Nous passerons le parasitage éhonté de quelques hurluberlus nostalgiques des chemises brunes, qui ont essayé de perturber les cérémonies du 11 novembre, affublés de bonnets rouges... Les représentants du mouvement breton ont d'ailleurs immédiatement condamné ce détournement indigne, par un groupuscule d'extrême droite français, des symboles de leur juste cause !

 Mais le plus intéressant reste à venir... Comme c'était déjà le cas pour la Corse et désormais pour la Bretagne avec « les bonnets rouges » qui est un mouvement d'envergure apolitique au sens jacobin du terme rassemblant des bretons de sensibilités différentes, parmi lesquels se trouvent même des élus clairvoyants pourtant issus du système en place, il semble que comme une trainée de poudre, cette nouvelle vision de la politique débarrassée du carcan idéologique jacobin (gauche/droite) puisse toucher d'autres « régions françaises », exaspérées par le diktat jacobin parisien sur la vie locale !
Comme ce fut le cas avec l'effondrement de l'URSS en 1989 qui provoqua la libération des Peuples asservis en Europe de l'est , l'effondrement des Etats-nation artificiels de l'Europe de l'ouest entraînera inéluctablement la libération des Peuples asservis de l'Europe occidentale...
La refonte de l'Europe des Etats-nation artificiels en une Europe des Peuples n'est plus une utopie, mais bien une réalité... n'en déplaise aux passéistes jacobins !

 « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on favorise les révolutions violentes » !
J.F.Kennedy


27 décembre 2013

Municipales 2014 à Nice: analyse de Liberà Nissa !

de très décevantes perspectives pour les Niçois…

Estrosi ciotti

Du côté de la majorité « paillettes et bulles de savon », dont les niçois connaissent suffisamment le bilan économique et culturel, sans qu’il soit nécessaire d’épiloguer, le maire bientôt sortant, fait du nouveau avec de l’ancien ; il commence par annoncer pour sa nouvelle équipe une « charte d’éthique » en béton armé ; certes il a bien bunkerisé la mairie, mais… sa charte, n’est que la copie conforme de celle qu’il avait annoncé avant les élections de 2008 ; selon celle-ci, « il se déferait immédiatement d’un conseiller de sa majorité coupable d’une indélicatesse »…. D’une simple indélicatesse… !
Certains naïfs l’avaient cru… mais voilà, ils ignoraient que pour le maire, un délit pénal n’est pas une indélicatesse… Son premier adjoint, M. Kandel, a été condamné pour diffamation le 10 septembre 2010 par la Cour d’Appel d’Aix, et il est demeuré en poste comme si de rien n’était…

kandel

Pour le maire, un ex-colonel de gendarmerie condamné par la justice n’a commis aucune indélicatesse… Cela laisse à penser qu’il méprise totalement la justice et qu’il n’y a indélicatesse que s’il le décide. Nous avons appris dans la presse que M. Kandel aurait aussi augmenté très exagérément le salaire du directeur de la Semiac, (condamné lui aussi, mais pour une affaire de mœurs) ; apparemment le gaspillage des deniers publics n’étant pas une indélicatesse non plus, on l'a laissé faire…
Un autre conseiller de la majorité, M. Daniel Benchimol a fait l‘objet lui, d’une plainte pour prise illégale d’intérêt en mars 2013 ; le procureur de la République de Nice, a jugé bon d’ouvrir une enquête préliminaire le 12 décembre 2014… Mais l’intéressé n’a pas été suspendu par précaution en attendant la décision finale du parquet.
Voilà ce qu’il en est de la « charte d’éthique » de M. Estrosi mise en place en 2008 : une passoire. Cela laisse imaginer quelle sera la pertinence et les effets de sa charte d’éthique version 2014 ! Pour changer, celle-là sera peut-être le boulevard des courants d’air…
Du côté de la gauche socialiste, on avait annoncé une large ouverture à la société civile, laquelle se borne, semble-t-il, à la société civile socialiste, donc aucune avancée constructive ; mais ouverture peut-être dans la liste du dissident socialiste Marc Concas qui n’a plus à subir les volontés de son ex-parti. A voir…

Alors que se dessinait un espoir de changement dans le marigot municipal, avec la candidature dissidente d’un élu de droite qui semblait faire consensus, il s’avère que cette possibilité risque de tourner court et n’être qu’un feu de paille. Car la plupart des politiciens niçois en charge des affaires municipales, sont incapables de se réformer, renouvellent perpétuellement les mêmes combinaisons, les mêmes intrigues de sérail, avant tout destinées à conserver indéfiniment le pouvoir.
Le dissident en question vient de constituer un groupe au conseil municipal, mais l’on trouve dans ce groupe l’ex colonel qui n’a commis aucune indélicatesse, mais est condamné quand même, sans compter que la boite de Pandore de la Semiac n’est peut-être pas encore refermée…. On y trouve aussi l’une des conseillères qui a été élue sur la liste Peyrat et s’est empressée de rejoindre la majorité estrosiste… On trouve encore un conseiller ex estrosiste qui avait eu la bonne idée de ne pas voter une délibération relative à une dépense dispendieuse et inutile, mais… qui depuis avril 2012 n’est plus venu aux conseils, mais a quand même perçu 5 500€ de la mairie et 16 000 € de la métropole, indemnités pour ses seize mois d’absence… Il aurait pu avoir la décence de les reverser aux œuvres de la Ville.
En bref, la liste dissidente dont la presse parle, risque de devenir en bonne partie une liste Estrosi bis, et de regrouper les recalés de tous bord dont le seul point commun est d’avoir été élu et de vouloir le rester. Le bruit court, peut-être certains ont-ils intérêt le faire courir, que cette liste sera ouverte à la société civile. Mais compte tenu de ce qui précède, la pseudo société civile ne serait qu’un faire-valoir et ne servirait qu’au remplissage, les politiciens recalés occupant les places éligibles dans tous les cas. Mais qui voudrait s’investir dans une telle affaire et sacrifier une énergie qu’il pourrait utiliser plus utilement en intégrant une véritable liste de la société civile, plutôt que de faire élire des politiciens carriéristes que l’on voudrait voir disparaître à jamais ?

arnautu FN

Il a aussi la liste de la touriste, qui arrive de Paris pour expliquer aux Niçois ce qu’ils doivent faire ou ne pas faire. Son parti, jacobin jusqu’au bout des ongles est contre la charte des langues régionales et contre les particularismes. Que vient-elle faire à Nice puisque l’identité niçoise est un particularisme qu’elle refuse ? Quel vrai Niçois pourrait voter pour quelqu’un qui le nie, qui condamne sa nissartitude ? Aucun. C’est un corps étranger à notre ville, à notre histoire, à nos mœurs, à ce que nous sommes intrinsèquement, elle nie nos ancêtres, elle nie notre terre. Très probablement les vrais Niçois lui rendront la monnaie de sa pièce, en lui niant le droit de s’occuper de leurs affaires.
Dans ces conditions, seule une liste regroupant la société civile et peu de politiciens pourrait incarner un véritable renouveau. Et comme il conviendra qu’elle soit le garant de l’identité niçoise, mise à mal depuis six ans, seule la liste du Parti Niçois, sera crédible, pour qui veut une véritable renaissance économique, culturelle et politique de Nice.
Bien sûr, de nouveaux développements interviendront avant les élections, mais nous avons tracé les lignes de forces qui, en filigrane, demeureront les enjeux de cette élection, car la volonté populaire pèsera dans la balance, et beaucoup de Niçois désirent plus que tout que le carriérisme politique s’efface devant la société civile. Il est grand temps que les mandarins, abonnés et cramponnés au conseil municipal, disparaissent, que l’on ouvre les fenêtres et qu’enfin y entre l’air pur…

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.