10 août 2013

Estrosi: effaceur méthodique des symboles de l'identité niçoise !

 metropole_nice_estrosiOpportunisme, mensonge et amnésie sont les moteurs du carriériste politique Christian Estrosi  qui n'a jamais exercé une profession autre que celle de politicien ! Cautionné par son colistier Jean Marc Giaume (ancien président de la fédération des associations du Comté de Nice), celui qui se revendiquait durant la campagne des municipales de 2008 comme « niçois jusqu'au bout des ongles » a depuis sa prise de fonction:

  • juré de marier Nice avec la Provence en affirmant « le Var ne devait plus être une frontière »,
  • remplacé à la marie de Nice la très symbolique statue de Charles-Felix par le doigt (d'honneur) du sculpteur marseillais: César
  • organisé avec la complicité active ou silencieuse des associations culturelles complaisantes niçoises (prétendues apolitiques) les festivités pompeuses et négationnistes du cencinquantenaire de l'asservissement du Peuple Niçois
  • fait installer le tas de ferrailles stalinien financé par le contribuable niçois afin que tous voient, tel un phare, ce symbole de l'arrogance coloniale française
  • fait l'apologie de Napoléon III qui organisa l'annexion frauduleuse du Pays de Nice validé par un plébiscite truqué aujourd'hui largement démontré
  • fait l'apologie d'André Masséna qui non content d'avoir envahi le Pays Niçois en 1792 sous l’uniforme ennemi, à la tête d’un corps d'invasion, le pilla, martyrisa les habitants de la vallée de la Vésubie, de Levens, de Gilette et d’autres lieux. Il fit fusiller nombre de résistants Barbets et qualifia « d’esclaves » et de « brigands » les nombreux Niçois qui héroïquement défendirent leur sol occupé et soumis à une terrible dictature
  •  fait renommé Nice en NCA (Métropole Nice côte d'azur)et fait changé le blason de Nice en un symbole qui ne signifie rien pour les Niçois
  • donné arbitrairement le nom scandaleux au futur stade d'ALLIANZ RIVIERA quand on sait que le football est peut-être le dernier bastion visible de l'identité niçoise...

Ces attaques contre notre identité visent à effacer de notre vue tout ce qui symbolise ce nous sommes:
Un Peuple réel, fier et libre de droit !
La liste pourrait être encore très longue si nous ajoutions tous les autres méfaits intaurés par les intégristes jacobins occitanistes qu'ils soient de gauche comme de droite au Pays de Nice.

« Les chemins de la liberté passent nécessairement par le refus de la soumission, la remise en cause de l'ordre établi et la critique du pouvoir ».
Vincent de Gaulejac


17 mai 2013

Les amants de la bastille: la niaiserie musicale révolutionnaire arrive à Nice !

les_amants_de_la_bastille_NiceAprès la comédie musicale le roi soleil , bourreau de Nice en 1705, voila que « la France éternelle » sert aux niçois les amants de la bastille, ode à la gloire de révolution française imbibée de niaiserie. Nous savons aujourd'hui comment furent saignés les Niçois par les amants de la bastille, sur une musique loin d'être romantique !

Bien que né dans le Pays-Niçois, André Masséna qui participa au pillage de Nice, supplicia les habitants de la Vésubie et fit fusiller un grand nombre de Barbets. La plus grande place de la ville de Nice porte son nom et cela au plus grand désarroi des niçois.

Paul Barras surnommé «l'infâme», administrateur et commissaire du département du Var, fut à la tête, dès ses débuts, d'importantes administrations. Il signa le décret autorisant la fondation de « l'assemblée nationale des colons marseillais » composée de provençaux avec qui il pilla et martyrisa le Peuple Niçois.

Jean-Marie Collot-d'Herbois, parmi les terroristes sanginaires, était le très féroce et implacable sectaire qui ne croyait pas pouvoir donner de terrain plus propice à la liberté que celui fécondé par le sang des citoyens. Le Girondin Lasource monta la guillotine érigé par le terrorisme de Collot-d'Herbois, et ces deux hommes se trouvèrent unis dans la même mission à Nice!

L'abbé Grégoire, commissaire de la Convention à Nice prônait « l'extirpation du patois niçois » et conseillait aux députés jacobins de lobotomiser la jeunesse niçoise en la formant, dès son plus jeune âge, dans le moule français: « l'esprit républicain est incertain à Nice, hâtez vous de vous emparer de la génération naissante et de celle qui approche la puberté ». Les conseils pervers de cet évêque constitutionnel de Blois, boufeteu du jacobinisme le plus odieux, furent plus tard mis en pratique par Napoléon III, puis par la IIIeme République qui orchestrèrent un véritable génocide culturel, social et politique dans le Pays Niçois.

Le général Grouchy ordonna que les émigrés Niçois soient chassés du Piémont contrôlé par la France en signifiant que « les émigrés Niçois ne pourraient habiter aucun pays occupé par les armées françaises ni les républiques alliés, sous peine d'être arrêtés et punis selon la rigueur de la loi ». Ainsi chassés de Nice, chassés des montagnes, la présence des Niçois était un crime partout où il y avait un Français ! Traqués, comme ce fut rarement le cas dans l'histoire pour une population bien définie, les émigrés Niçois étaient victimes de l'immense haine jacobine et de ce fait interdits sur tous les territoires occupés par la France républicaine.

Pendant que la propagande de la force occupante falsifie l'histoire du Pays de Nice à grand coup de comédie musicale de série B, les niçois redécouvrent depuis quelques années leur véritable histoire trop longtemps confisquée.

Nice_Les_BarbetsDans la collection les Cahiers de l'annexion se trouve l'ouvrage capital écrit par Joseph André NICE 1792-1814 ,qui en s’appuyant sur une multitude de documents officiels originaux et des témoignages d’époque, nous restitue une part importante de l’histoire de Nice, très peu connue et volontairement occultée. Cette grande fresque humaine fait surgir du passé des personnages de chair et d’os qui souffrent, espèrent et qui, même oppressés et réduits à une affreuse condition,  luttent néanmoins pour défendre leur liberté.   

La propagande Etatique n'a plus d'effet sur les niçois, car désormais ils connaissent la Vérité !

« Je dédie aux Niçois ayant horreur de la servilité partisane qui prostitue la narration des faits, aux passions des puissants et aux ires des factions, ce livre destiné à restituer intacte, à la vérité de l'histoire, les malheureux évènements vécus par nos pères. » 
Joseph André

02 juin 2011

Les Niçois rejettent unanimement le monument du 150eme anniversaire de l'annexion !

Communiqué de la LRLN du 1er juin 2011.

Ferrailles« Un sondage initié par le monopole de presse niçois, connu pourtant pour ne pas être en délicatesse avec le maire de Nice, prouve sans équivoque que la quasi totalité des Niçoises et des Niçois désirent que soient retirées les ferrailles commémorant le cent cinquantenaire de l’annexion de Nice lesquelles défigurent la Vieille Ville et le front de mer. Ces ferrailles qui rappellent l’invasion militaire et le plébiscite truqué de 1860, sont censées représenter les « neuf vallées niçoises » qui n’ont historiquement jamais existé. Il semble que pour l’occasion l’on ait rajouté quelques vallées supplémentaires afin que « l’œuvre » qui dormait qui sait dans un fond de hangar de  l’artiste, corresponde à la destination officielle que lui a donné l’actuelle majorité municipale.

M. Estrosi s’est offert une page de publicité dans le monopole de presse, non pas pour prendre acte de la volonté exprimée par les Niçois, mais pour indiquer qu’elles ne seront pas retirées. Pensant habile de coller à l’actualité parisienne pour justifier le mauvais goût à Nice, il a indiqué qu’une « œuvre » de l’artiste est actuellement exposée devant le château de Versailles. Nous avons pu voir et entendre sur les chaînes télévisées ce qu’en pensaient les visiteurs horrifiés. Le grand sculpteur Sartorio, qui réalisa entre autre la façade du Palais de la Méditerranée, disait « qu’une belle façade est une politesse due aux passants », les ferrailles en question, sont à la fois une insulte à l’histoire de Nice, à la vérité historique et au bon goût des passants. Les Niçoises et les Niçois prendront acte du mépris que le maire de Nice montre pour leurs avis et volontés, d’autant qu’il ne les a nullement consultés pour installer cette chose, dont ils ont de surcroît payé la très coûteuse installation.

apollon_fontaine_mass_naPar ailleurs, l’on nous annonce le retour d’exil de l’Apollon qui devrait réintégrer prochainement la fontaine située place Masséna. D’aucuns, sentant se lever un vent mauvais, ont sans doute pensé qu’il serait peut-être temps de donner quelque satisfaction aux Niçois qui voient avec colère leur culture et leur identité foulées aux pieds depuis des années et plus particulièrement depuis trois ans... Mais il est hors de question que ces bons apôtres, récupèrent médiatiquement le retour de cette statue à son lieu d’origine. Nous rappelons donc que ce sont la LRLN et les Nouvelles Niçoises qui suscitèrent voila quelques années un grand mouvement à Nice et ailleurs, pour sauver les bronzes de la fontaine en question lesquels pourrissaient, oxydés par les embruns marins, à la station d’épuration des eaux usées de Nice. Plusieurs journaux et chaînes de télévision, ainsi que l’association Janniot (du nom de l’artiste qui avait réalisé cette fontaine) se mobilisèrent également et après un tollé général l’ancienne municipalité fut contrainte, sous la pression populaire, de faire restaurer ces bronzes et de les replacer dans la fontaine. Notre objectif, comme celui de l’association Janniot était de faire reconstituer l’œuvre d’origine dans son entier. Ce n’est donc pas à ceux qui, prenant le train en marche, ne font qu’achever le travail engagé par la LRLN, par l’association Janniot, et par les Niçois qui protestèrent en masse, de tirer parti médiatiquement et politiquement aujourd’hui d’une action initiée par d’autres qu’eux.

Les Niçois ne doivent qu’à eux-mêmes, la reconstitution de cette fontaine à laquelle ils sont attachés. Ils ont prouvé ainsi, à ceux qui aujourd’hui font mine d’en douter, qu’ils apprécient beaucoup l’Art, le vrai ; c’est précisément pour cette raison qu’ils rejettent les ferrailles en question qui ne sont « art » que dans un petit microcosme nombriliste mettant en pratique la théorie d’Andy Warhol, pape de l'art moderne : « Aujourd’hui l’art, c’est de faire de l’argent ».... De même des riverains se sont mobilisés pour refuser catégoriquement que soit placée une sculpture de Sosno sur une place de leur quartier. N’en déplaisent à l’ancien combattant de l’art moderne qui depuis quarante ans vend inlassablement ses intelligentes bafouilles déclinées en blanc sur fond noir : Tout n’est pas Art... comme il le prétend. Les niçoises et les niçois en ont assez que les deniers publics soient dilapidés en acquisitions d’inesthétiques témoignages de la déliquescence des temps actuels. Le maire de Nice a cru bon d’imposer arbitrairement les ferrailles de la honte aux Niçois qui n’en veulent absolument pas, ceux-ci lui resserviront les ferrailles sur un plateau lors des municipales de 2014 quand il les caressera dans le sens du poil pour tenter de se faire réélire. »

Fin de communiqué.

Posté par LIBERA NISSA à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , , ,

16 novembre 2010

Blog les Barbets: La vérité sur les résistants Niçois !

Souvent qualifiés de brigands comme le feront lors de la seconde guerre mondiale les Allemands avec les Résistants Français, ces rebelles à « l'ordre nouveau » décrété en 1789 et imposé par une force étrangère n'avaient rien de bandits ou de criminels. Ces hommes issus de la société civile défendaient leurs foyers contre les armées révolutionnaires françaises (puis impériales) qui venaient les asservir.                                                         (Cliquez ci-dessous)

les_barbets_pn1