27 mars 2013

Sondage: Etes vous favorable à la sortie du Pays Niçois de la PACA ?

SONDAGE_PACALa soi-disant décentralisation orchestrée directement par Paris, n'a jamais été remise en cause par les élus locaux qu'ils soient de gauche/écolos ou de droite/extrême droite. Alors qu'un très grand nombre d'habitants du Pays de Nice revendique le droit historique et culturel à une région propre et débarrassée de la tutelle Marseillaise, on peut légitimement s'étonner qu'aucun média local n'ait jamais proposé un sondage afin de consulter les niçois à ce sujet !Cette injustice est désormais réparée. Grâce au Site PAÏS NISSART, les Médias Libres Niçois vous restituent une parole trop longtemps confisquée.

cliquez le lien (ICI) et exprimez vous librement !

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

 

 


09 janvier 2013

Traité de Turin: réponse confuse du gouvernement et confirmation de l'abrogation !

Trait__de_TurinCommuniqué du 8 janvier 2013

La bonne nouvelle : confirmation !

 Le 25 décembre dernier Jean de Pingon annonçait que le Secrétariat de l’ONU avait refusé d’enregistrer le traité d’annexion de la Savoie, le Gouvernement français en apporte confirmation dans une réponse publiée aujourd’hui au Journal Officiel.

  À Genève, le 24 mars 2010, Alain Roullier-Laurens et Jean de Pingon rendaient public un document de l’ONU qui prouvait que le traité d’annexion de Nice et de la Savoie n’avait pas été enregistré auprès de cet organisme. Quelques mois plus tard, le Gouvernement français annonçait son intention de présenter ce traité à l’ONU à fin d’enregistrement.

 Dans le texte publié aujourd’hui par le Gouvernement français, on apprend que l’ONU aurait refusé d’enregistrer ce traité sous prétexte qu’il était antérieur à 1945 et qu’il aurait été publié dans quelques recueils…

 De qui se moque-t-on ?

 L’assertion de ce gouvernement aux abois va à l’encontre de toute vérité historique et juridique. Cela, nous l’établirons au moyen des éléments irréfutables qui sont en notre possession.

 Le Gouvernement français avance que le traité n’est pas abrogé car il a été notifié, dans les délais, par « note verbale » aux autorités italiennes… une note verbale imprimée sur du papier à cigarette?… une publication du traité d’annexion dans l’album de Tintin au Congo ?

De qui se moque-t-on ?

 Et pourquoi donc avoir présenté ce traité pour enregistrement à l’ONU si cet enregistrement était inutile ? Ce qu’avance le Gouvernement français n’est d’aucun poids face à la vérité et il n’y en a qu’une en cette affaire.

 Le Gouvernement français a présenté le traité de l’annexion de Nice et de la Savoie à l’ONU pour qu’il soit enregistré et l’ONU a refusé de le faire car ce traité est définitivement abrogé !

 L’hiver est encore là, mais chaque jour davantage le temps s’approche pour le printemps de nos peuples.

 Alain Roullier-Laurens                                                     Jean de Pingon

 Président de la LRLN et du Parti Niçois                           Fondateur de la Ligue Savoisienne

11 décembre 2012

Pays niçois, Pays chrétien (les crèches de Lucéram)

Chaque année, pour fêter la naissance du Christ, les habitants de Lucéram dans le Pays Niçois élaborent des crèches qu'ils exposent dans les rues du village. 
Leur grande créativité transcende de simples crèches en oeuvre d'art!


Païs Nissart (Les crèches de Lucéram)
envoyé par Libera_Nissa. - Regardez plus de courts métrages.

21 juin 2012

Suite aux élections qui ont concerné la force occupante, la LRLN communique !

"l’UMP à Nice : qui trop embrasse mal étreint"

AIGLE_MASSE_Communiqué de la L.R.L.N. du 20 juin 2012

« Le pouvoir UMP s’est effondré à Paris, remplacé par la gauche. Les cactus teintés de bleu, sont maintenant devenus roses, mais ils conservent leurs vénéneuses épines . Ces deux partis jacobins ont grandement nuit à Nice à tour de rôle, car le jacobinisme refuse de reconnaître notre identité particulière et plus encore les droits qui nous ont confisqué jadis par la force. C’est pourquoi, nous avons toujours refusé de reconnaître leur légitimité chez nous. Le nombre de bulletins nuls et l’énorme taux d’abstention de 53 % démontre que les élus UMP à Nice, sont très fragilisés, même s’ils poussent des cocoricos de victoire afin de donner le change...

Lire la suite...

24 mars 2012

La Déclaration de Genève signée par la LRLN a 2 ans !

JdP_et_ARLCe 24 mars, nous fêtons le deuxième anniversaire de la déclaration de Genève faite par Alain Roullier-Laurens président de la L.R.L.N et Jean de Pingon fondateur de la ligue savoisienne le jour des 150 ans de la signature du déjà illégal traité de Turin le 24 mars 1860.
Pour rappel, les signataires de La Déclaration de Genève avaient interpellé la communauté internationale concernant l'abrogation du traité de Turin, seul lien juridique entre la Savoie et le Pays de Nice d'une part et la France d'autre part.
Leurs arguments étaient étayés par des documents Onusiens irréfutables qui sont celui du secrétariat des Nations Unies confirmant l'inexistence d'un quelconque enregistrement du Pays de Nice et de la Savoie (ainsi que de la Corse) par la France appuyé des articles ONU_001___CopieOnusiens concernant la charte des Nations Unies qui démontrent formellement et ce grâce à l'article 44 alinéa 1, 2 et 3 du traité de paix international signé en 1947 ainsi que l'article 55 de la constitution française, l'impossibilité d'enregistrer Nice et la Savoie dufait de l'abrogation définitive du traité de Turin ! Dans un premier temps la France a tenté de minimiser les conséquences de cet état de fait mais annonçait quand même qu'elle allait notifier à l'Italie le traité de Turin suspendu en 1940 et enregistrer le "malheureux oubli" dans les plus brefs délais en oubliant que la démarche se ferait 63 ans trop tard dufait que l'article 44 du traité de paix international indique clairement que « chacune des Puissances Alliées ou Associées notifiera à l'Italie, dans un délai de six mois à partir de l'entrée en vigueur du présent Traité, les traités bilatéraux qu'elle a conclus avec l'Italie antérieurement à la guerre et dont elle désire le maintien ou la remise en vigueur. Toutes dispositions des traités dont il s'agit qui ne seraient pas en conformité avec le présent Traité seront toutefois supprimées » et que sa propre constitution (la constitution française) dans son article 55 indique tout aussi clairement que « les traités ou accords régulièrement ratifiés ou approuvés ont, dès leur publication, une autorité supérieure à celle des lois, sous réserve, pour chaque accord ou traité, de son application par l'autre partie ».
Nous savons de source sûr qu'au moins une tentative d'enregistrer le traité abrogé en douce a été faite par la France qui s'est bien évidemment vu rejetée par les instances internationales...
ONU_1947_2010Ce 24 mars 2012, le droit français ne s'applique toujours pas en Pays Niçois et en Savoie du fait qu'il n'existe plus de lien juridique entre ces pays annexés et la France.
Pour le Pays de Nice, le dernier acte juridique officiel le concernant et le manifeste signé par le roi Victor-Emmanuel II  (publié le 1er avril) par lequel il déliait officiellement les Niçois et les habitants du Comté de leur serment de fidélité à sa personne et à sa dynastie. A cette date, la charte de 1388 étant caduque, le Pays de Nice retrouvait légalement son indépendance en même temps que sa pleine souveraineté. Cet acte qui abrogeait tout lien de droit entre la maison de Savoie et le Pays de Nice, et par voie de conséquence tout lien de droit entre ce dernier et la Sardaigne, établissait incontestablement l'indépendance du Pays de Nice.
La France tente de minimiser la portée juridique de l'abrogation du traité de Turin, appuyée par des trèsgiaume__estrosi__ciotti__racines_pays_ni_ois récentes associations culturelles proches du conseiller municipal Estrosiste JM Giaume "arcalpinnistes" ou autres " occitanistes ", dont les "exploits" sont relayés abondamment par le monopole de presse (sic) qui tentent de récupérer ou plus plutôt de décrédibiliser la Déclaration de Genève (sans bien sûr jamais en citer les véritables auteurs) entre deux chars de carnaval subventionnés par la force occupante.

Mais les faits restent ce qu'ils sont:

grâce à La L.R.L.N qui est au service du Pays Niçois depuis déjà 10 ans les Niçois savent que le droit français ne s'applique pas légalement dans le Pays de Nice avec toutes des conséquences juridiques que cela induit même dans notre quotidien !

Posté par LIBERA NISSA à 07:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , ,


03 février 2012

Le 8 février 2012: Drapeaux Niçois aux fenêtres pour commémorer 1871 !

drapeau_ni_oisLe 8 février 2012, nous invitons les Niçois libres à commémorer la victoire des garibaldiens lors des élections législatives du 8 février 1871 dans le pays de Nice où le raz-de-marée séparatiste emporta tout.

A peine passés 10 ans d'annexion, la ville de Nice donna 16 514 voix aux quatre candidats séparatistes et seulement 900 au préfet Dufraisse candidat français qui malgré ses fraudes avérées et des moyens importants, fut littéralement balayé.

Sur le territoire du Pays de Nice, Garibaldi obtint 13 984 voix sur 29 428 suffrages exprimés, soit 47,51 %, Piccon, Bergondi et Borriglione, autres candidats séparatistes, 12 550, soit 42,64 % alors que le préfet Dufraisse se contentait de 2894 voix, soit 9,83 % !

Comme le firent les Niçois lors du soulèvement séparatiste qui provoqua la répression des baïonnettes dans les torses niçois et dont Henri Sappia fut le témoin capital dans NICE CONTEMPORAINE , nous vous invitons à mettre en évidence le drapeau Niçois à vos fenêtres afin de montrer aux falsificateurs de notre histoire que malgré le temps passé, nous n'avons pas pas oublié et sommes plus que jamais présent...

Posté par LIBERA NISSA à 22:16 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 janvier 2012

Conseil général des Alpes-Maritimes: Les agents/électeurs rient, les contribuables pleurent !

conseil général ciotti

Vedette en vogue d'Europe 1 et de TF1, l'imitateur Nicolas Canteloup n'est pas tendre avec les politiques, mais il n'est pas sectaire et sait, à l'occation et en pleine campagne présidentielle, vendre ses services pour animer les sauteries locales des lieutenants de la sarkozye. Le très droitier député de Nice, Eric ciotti, vient ainsi de s'offrir les imitations de Canteloup, lequel va se donner en spectacle le 5 janvier, à l'occasion des voeux aux agents (et un peu aux amis) du conseil général des Alpes-Maritimes. Une heure dix de show de Canteloup facturée 69000 euros au département que ciotti préside !
Quand l'électeur niçois rit, le contribuable Niçois pleure.
Canard enchaîné du 28 décembre 2011

Posté par LIBERA NISSA à 19:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

27 septembre 2011

Dédition de Nice à la Savoie en 1388: les véritables enjeux pour le Pays de Nice !

d_dition__1_Les Niçois se sont toujours rebellés contre les féodaux provençaux qui voulaient les asservir. En 1108, ils franchirent définitivement le pas en proclamant leur indépendance. Ils élisaient leurs consuls, édictaient leurs lois, passaient des traités et accomplissaient tous actes de souveraineté.  Plusieurs fois envahie par la suite, Nice se révolta à nouveau et rétablit le municipe. Après le décès de Louis d’Anjou en 1384 et l’assassinat de Charles de Duras roi de Sicile et de Hongrie en 1386, les tuteurs de leurs héritiers se disputèrent la Provence ; les Niçois avaient choisi Ladislas de Duras, car son père leur avait conservé toutes les franchises municipales. En 1388, la Maison d’Anjou, branche cadette de la Maison de France, envoya une puissante armée pour réduire Nice. Mais Ladislas et sa tutrice la reine Marguerite, assiégés dans Gaète, ne pouvaient protéger Nice des Angevins. Marguerite donc donna l’autorisation aux émissaires niçois de traiter selon leurs souhaits. Le comte de Beuil, gouverneur de Nice, après l’avis du grand Conseil, négocia avec le comte de Savoie. L’armée angevine campait déjà devant Saint-Paul de Vence, quand le comte de Savoie arrivant par les cols, établit son camp à Saint-Pons.

Une assemblée plénière des habitants fut convoquée, et après avoir délibéré « a tiertia usque ad vesperas » (de la 3ème heure jusqu’aux vêpres) les Niçois décidèrent de traiter avec le comte de Savoie. Leurs délégués se rendirent à Saint-Pons et établirent avec le nouvel allié une charte déclinée en 34 articles . En échange de sa protection, les Niçois accordaient un protectorat conditionnel au comte de Savoie. Aucun des 34 articles de la charte ne fait allusion à la naissance du « Comté de Nice ». Les termes employés pour désigner le Pays de Nice dans son ensemble étaient bien avant le 28 septembre 1388 « Nice et sa viguerie » ! 

En 1388, Nice allait être attaquée une nouvelle fois par les provençaux dont l’armée campait déjà à Saint-Paul de Vence. Deux solutions s’offraient aux Niçois: combattre ou trouver un puissant allié qui les protégerait militairement tout en respectant leurs droits inaliénables. Le traité conditionnel ne fut nullement imposé aux Niçois comme certains historiens le prétendent mais choisirent souverainement et librement ; d’ailleurs le comte de Savoie était arrivé à Saint-Pons avec une centaine d’hommes d’armes et sa cour et non à la tête d’une armée d’invasion.

L'abrogation du traité signé en 1388: Victor emmanuel II délia Nice de son serment de fidélité à sa personne et à sa dynastie le 27 mars 1860. Le traité de Turin signé le 24 mars 1860 était illégal car il violait l' Article 4 de la charte de 1388 ( le comte de Savoie ne pourrait jamais céder le Pays de Nice au comte de Provence ou au roi de France, pas plus qu’à aucun autre seigneur) ! A cette date, la charte de 1388 étant caduque, le Pays de Nice retrouvait légalement son indépendance en même temps que sa pleine souveraineté. Cet acte qui abrogeait tout lien de droit entre la maison de Savoie et Nice, et par voie de conséquence tout lien de droit entre cette dernière et la Sardaigne, établissait incontestablement l’indépendance du Pays de Nice.

Le traité signé en 1388 a été un tournant important dans l'histoire du Peuple Niçois, son abrogation du 27 mars 1860 l'a été encore plus étant donné qu'à cette date le Pays de Nice retrouvait légalement son entière souveraineté !

 

Débacle de l'UMP aux élections sénatoriales: le Parti Niçois réagit !

Communiqué du Parti Niçois / Partit Nissart du 26 septembre 2011

Parti_nicois_2_1« Le Parti Niçois/Partit Nissart, bien qu’apolitique ne peut se désintéresser de la politique nationale car elle pèse d’un poids très lourd sur le destin des Niçois. Nous ne reconnaissons pas la légitimité des partis français à Nice, mais cependant, les dernières élections sénatoriales appellent nos remarques. Les deux grands partis français qui se partagent le pouvoir se déchirent déjà, sept mois avant les élections présidentielles. Ils sont tous deux co-responsables de ce que vivent les niçois, mais pour l’heure c’est l’UMP qui gère Nice. C’est donc avec satisfaction que nous avons vu la débâcle aux sénatoriales du parti de M. Estrosi ; c’est également un revers très grave pour M. Sarkozy. C’est M. Estrosi qui par tous les moyens veut  faire disparaître l’authentique identité niçoise, la cantonnant dans un folklore à deux sous et c’est encore lui qui avec M. Sarkozy a inauguré à Nice l’année dernière les ferrailles de la honte commémorant l’occupation militaire de Nice en 1860 et le plébiscite truqué. Il nous est donc agréable que leur parti, rétrograde et va-t-en-guerre, scorie du passé, ait perdu la majorité au sénat français, ce qui laisse présager sa défaite définitive. »

Suite du communiqué cliquez  ICI

07 juillet 2011

Drapeaux Niçois le 14 juillet qui n'est pas notre fête nationale !

Le 14 juillet n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais la fête nationale des Niçois.
Non_franceSuite à la révolution française de 1789 (qui aurait enfanté selon les intégristes jacobins français la République et les droits de l'homme), les habitants du Pays de Nice furent envahis, pillés, martyrisés et pourchassés sans répit durant les vingt et deux longues années d'occupation appelées sans vergogne: le premier rattachement.
Durant cette période, des décrets d'extermination des Résistants Niçois (qui refusaient cet ordre nouveau venu de l'étranger ) furent instaurés par la force occupante et les émigrés Niçois réfugiés dans le Piémont, furent même plus tard à nouveau poursuivis et chassés sans relâche.
En 1800, le général Grouchy ordonna que les émigrés Niçois soient chassés du Piémont, à son tour envahit par la France révolutionnaire, et signifia que « les émigrés Niçois ne pourraient habiter aucun pays occupé par les armées françaises ni les républiques alliés, sous peine d'être arrêtés et punis selon la rigueur de la loi ». Traqués, comme ce fut rarement le cas dans l'histoire pour une population bien définie, les émigrés Niçois étaient victimes de l'immense haine jacobine et de ce fait interdits sur tous les territoires occupés par la France républicaine. Pendant que leurs biens étaient pillés dans le Pays de Nice, les Niçois émigrés étaient obligés de errer sans répit chassés par la soldatesque révolutionnaire. En l'an 11 de la république française, au nom de la liberté et de l'égalité, LA SEGREGATION RACIALE fut même instaurée à Nice.
Site ( les Barbets )

Libéré suite à la chute de l'empire en 1814, le Peuple Niçois sera de nouveau envahi et annexé par la force et la fraude par la France en 1860. En 1871, les élections législatives virent la victoire écrasante des séparatistes menés par Garibaldi spoliée par les baïonnettes françaises!

DRAPEAU_NISSARTLe jour de la fête nationale française, en hommage à nos glorieux Barbets, Garibaldi, Sappia, Joseph André et toutes les Niçoises et les Niçois anonymes qui ne se sont JAMAIS soumis, mettons le Drapeau Niçois à notre fenêtre ou partout où l'on pourra le mettre en évidence !

Ne jouez plus aux Niçois, soyez Niçois !

Le 14 juillet n'est pas notre fête nationale !

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.