160 ans d'Annexion de Nice: Estrosi récidive en insultant la mémoire des niçois !

160 ans union Nice france 14 juin

Non content d'avoir célébré le cent cinquantenaire de l'annexion scélérate de 1860 en 2010, voici que notre « bon maire niçois jusqu'au bout des ongles », remet le couvert ce dimanche 14 juin, en nous resservant la vieille soupe périmée jacobine cuisinée par la IIIème république à laquelle plus personne ne veut gouter à Nice.

 La parade partira du monument du centenaire qui fut érigé en hommage à la «  première union », de Nice à la France qui se fit en pillant, martyrisant, expulsant et clouant sur les portes les niçois qui osaient résister au nouvel ordre imposé !

S'en suivra probablement un passage devant le monument stalinien en ferrailles rouillées érigé en 2010, au cas où les niçois auraient oublié « qu 'ils se sont donnés volontairement » à la France, pour ensuite rejoindre une messe à la gloire de « l'union » célébrée par Monseigneur MARCEAU à la Cathédrale Sainte-Réparate.

Il serait peut-être utile de demander à Monseigneur MARCEAU ce qu'il pense de la conversion forcée de la Cathédrale Sainte-Réparate en temple de « la déesse raison » et du saccage de Notre Dame de Laghet lors de «  la première union » !

 Cette pantalonnade inutile ne convaincra que les lèches bottes d'Estrosi ainsi que les colons jacobins pathologiques pour lesquels personne ne peut plus rien...

 Car au delà de la revendication souverainiste ou l'acceptation par les niçois de l'annexion du Pays de Nice à la France, il y a l'honnêteté intellectuelle qui prévaut !

 Malgré le grand nombre de preuves étayées par des documents et archives diplomatiques irréfutables et d'ailleurs toujours irréfutées par ceux-mêmes qui fêtent « les 160 ans de l'union », les ayatollahs jacobins continuent de raconter le mensonge d’État comme le font les fondamentalistes religieux qui récitent leurs versés en s'interdisant de remettre en cause un seul paragraphe de leur livre sacré écrit selon eux par Dieu !

 Vous pourrez apporter toutes les preuves que vous voulez que la terre est ronde, il y en aura toujours qui diront qu'elle est plate parce que c'est écrit dans leur livre sacré !

Il y a dix ans, une délégation de la L.R.L.N. était présente sur place, accompagnée de sympathisants. Au moment où retentissait la Marseillaise, certains d’entre eux ont spontanément entonné Nissa  la Bella à pleine voix. Instantanément, les forces de l’ordre jacobines se sont emparées d’eux ; conduits à la caserne Auvare, ils ont été photographiés avant de subir la litanie habituelle vantant la sainteté du drapeau tricolore, devant lequel les Niçois devaient s’incliner, alors qu’en 1792 il présida aux horreurs révolutionnaires à Nice, et en 1860 et 1871 à la confiscation par la force de leur liberté. Mais ces explications teintées d’arrogance coloniale, s'adressant à des Niçois et non la faune habituelle, ont vite été battues en brèche par un interpellé descendant de la célébrissime famille Galléan, qui à maintes reprises dans l’histoire se couvrit de gloire en défendant Nice. Bon sang ne saurait mentir et la réponse de « l’interpellé » a été à la hauteur des mensonges déclinés par les « interpellants » ; l’honneur était donc sauf ».

 A l'occasion des festivités organisées en 2010, deux ouvrages ont été édités concernant l'annexion de 1860.

union de nice france

L'un, un gentil roman préfacé par Christian Estrosi, qui met en scène deux frères issus du petit peuple niçois qui se déchirent parce que l'un, sage et pragmatique admire Napoléon III et bien évidemment pour l'annexion par la France et l'autre, sous le charme de Garibaldi, aventurier et romantique: contre !

En face, et passé sous silence, « LA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE » d'Alain Roullier-Laurens, un ouvrage historique étayé par des documents irréfutables, archives diplomatiques, témoignages capitaux qui démontrent de façon éclatante les forfaitures ignobles vécues par nos anciens en 1860, suivi de 1871 et 1947...

 « Le choix des couleurs » n'a malheureusement jamais eu lieu, c'est uniquement le titre d'un gentil roman à l'eau de rose...

« Le choix des couleurs »  est seulement une fable jacobine...

 « LA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE » dévoile en détail, avec une grande précision, les turpitudes qui nous ont mené à devenir français malgré nous.

Aujourd'hui il n'y a que deux choix pour les Niçois... celui entre le roman national français et la Vérité !

 Nissarts, que vous soyez souverainistes ou pas, n'ayez pas peur de dire la Vérité quand ils falsifient ouvertement l'histoire de nos ancêtres !

 

« Coura lu Françès pisson contra lou vent de l'istoria, si bagnon la camilha » !


NICE MUNICIPALE 2020 vue au travers du prisme Niçois !

estrosi 2020

Le grand cirque « démocratique » se profile à Nice, et à part les médias officiels et quelques hystériques sur les réseaux sociaux, la population niçoise, qu'elle soit de souche ou d'adoption, ne semble visiblement pas se passionner pour le carnaval électoral qui lui est imposé. 

Notre maire sortant et futur, autoproclamé en 2008 « jusqu'au bout des ongles » et qui s'est attaché à effacer méthodiquement les symboles de l'identité niçoise pour le compte de ses maîtres jacobins, a annoncé qu'il allait fêter les 160 ans du « rattachement » en nous resservant, une fois de plus, la vieille soupe périmée du plébiscite cuisinée par la IIIème République. Il est possible qu'un de ses amis artistes ait en stock quelques bouts de ferraille ou de tuyaux de plomberie à refourguer, grassement payés par le contribuable niçois.

Pour mémoire, les douze dernières années, le fameux « niçois jusqu'au bout des ongles » a entre autres :

  • Juré de marier Nice avec la Provence en affirmant que « le Var ne devait plus être une frontière ».

  • Remplacé à la marie de Nice la très symbolique statue de Charles-Felix par le doigt (d'honneur) du sculpteur marseillais: César.

  • Organisé les festivités pompeuses et négationnistes du cencinquantenaire de l'asservissement du Peuple Niçois.

  • Fait installer le tas de ferrailles stalinien financé par le contribuable niçois afin que tous voient, tel un phare, ce symbole de l'arrogance coloniale française.

  • Fait l'apologie de Napoléon III qui organisa l'annexion frauduleuse du Pays de Nice validé par un plébiscite truqué aujourd'hui largement démontré.

  • Fait l'apologie d'André Masséna qui non content d'avoir envahi le Pays Niçois en 1792 sous l’uniforme ennemi, à la tête d’un corps d'invasion, le pilla, martyrisa les habitants de la vallée de la Vésubie, de Levens, de Gilette et d’autres lieux. Il fit fusiller nombre de résistants Barbets et qualifia « d’esclaves » et de « brigands » les nombreux Niçois qui héroïquement défendirent leur sol occupé et soumis à la terrible dictature française.

  • Le quai Cassini dernièrement renommé quai Napoléon Ier sachant que le mentor des pires dictateurs du XXème siècle renversa la Ière république pourtant si chère au cœur des ayatollahs actuels de l'idéologie jacobine. Non content de poursuivre le martyr du peuple niçois annexé par ses prédécesseurs, par l'intermédiaire de son préfet Châteauneuf Randon, Bonaparte fit instaurer la ségrégation raciale à Nice au nom, excusez du peu, de la liberté et de l'égalité !

Comme l'aurait si bien dit Joseph André, rédacteur en chef du Dirrito di Nizza et auteur de l'extraordinaire NICE 1792-1814 , ceux ne sont que mensonges, honte et insultes à la mémoire de nos pères !

S'ajoute la bétonnisation frénétique de la plaine du Var dont chaque mètre carré fait l'object d'une OPA agressive effectuée par les Vinci et consorts, le tourisme de masse qui transite par le deuxième aéroport de France, provoquant la multiplication des appartements RBNB et par voie de conséquence l'exclusion des Niçois de leur propre ville faute de logement péren !

Ce constat fait, nous, niçois qui dénonçons la colonisation de fait et exigeons simplement notre droit légitime à l'autodétermination, allons nous chanter avec les prétendants au fauteuil de Maire le slogan « TOUT SAUF ESTROSI » ?

Ceux ne sont pas les soi-disant opposants qui changeront le logiciel actuel, étant donné qu'ils sont tous issus de la matrice jacobine.

L'éternel Patrick Allemand, le côté gauche de la même pièce jacobine, avec ses bobos gauchistes qui n'existeraient pas sans le côté droit de la même pièce ainsi qu'une cohorte de candidats parmi lesquels se trouve un qui, faute de militants, se voit obligé d’embaucher à pôle emploi des afficheurs !

MISS PROVENCE 2020

Sans surprise, Philippe Vardon que nous avons suffisamment dénoncé et n'avons donc plus besoin de présenter pour l'ensemble de son oeuvre, investi par l'ex Front National devenu « Rassemblement National », parti ultra jacobin qui rejette toutes formes de communautarismes, y compris régionaux ! Pour le Rassemblement National, se revendiquer Nissart est équivalent à se revendiquer islamiste d'origine maghrébine ! Ceux qui pensaient naivement que l'identité niçoise se résumait à des slogans écrits en Nissart ont aujourd'hui compris qu'ils cautionnaient une idéologie viscéralement anti-niçoise !

Pour Philippe Vardon, le slogan 100% Niçois et le régionalisme de façade sont terminés ! Place au drapeau jacobin bleu, blanc, rouge aux couleurs de Paris encadrant celui de l'ancien régime français, place à Marseille, l'écharpe de conseiller régional aux couleurs provençales arborée aussi fièrement qu'une Miss ! 

eric ciotti

Parmi les fausses couches de Christian Estrosi, Eric Ciotti qui devait à l'actuel maire son poste de député en 2007 ainsi que celui de président du conseil général des A.M qu'il acquit en 2008, bien qu'ayant chuté dans le très symbolique 1er canton historique du port. Eric Ciotti, qui avait été désigné à l'époque par Christian Estrosi comme son successeur, arrivera néanmois à ses fins suite à la mascarade de St Martin Vésubie et un jeu de chaise musicale cynique jetant à la face des Niçois le mépris qu'a pour la démocratie les sbires de la France jacobine ! Aujourd'hui, sentant le vent tourner suite à la débandade aux dernières élections européennes du Parti LR, il s'est vu contraint d'enterrer provisoirement la hache de guerre, en attendant patiemment le moment opportun pour s'accaparer « le précieux » !

kandel 2020

L'autre, Benoît Kandel, un colonel de gendarmerie aigri qui était venu à Nice comme beaucoup de ses compatriotes vivre une retraite paisible sous le doux climat de la côte d'azur, suite à la défection de la première, se voit pousser des ailes ! Il s'était pourtant vu en 2008 extirpé ex nihilo du plus obscur anonymat par M. Estrosi qui lui proposa de servir de caution sécuritaire avant de lui placer sous les fesses, à la grande surprise des niçois, le prestigieux fauteuil doré de premier adjoint de la cinquième ville de France suite à l'élection à la présidence du CG06 (enfin) de son prédécesseur. Benoît Kandel est soutenu par le Cnip et Debout la France, petits partis ultra-jacobins se situant à la droite de la droite libérale et ouvertement proches du Rassemblement National.

En s'appuyant sur son statut d'ancien gendarme, Benoît Kandel pense probablement rassurer la communauté des vieilles à caniches venues comme lui d'outre-Var réchauffer leurs vieux os sous notre doux soleil, en  jouant l’innocente victime du système Estrosi, système dont il a été le pivot central pendant cinq ans et demi, soit quasiment durant toute la première mandature de Christian Estrosi ! C’est ce que l’on appelle un peu trivialement, cracher dans la soupe…

La présentation faite des principaux candidats à la mairie de Nice et n'entrant pas dans la logique politique imposée par un système sociétal que nous rejetons en bloc, nous n'allons donc pas adopter les postures classiques en fustigeant l'endettement de la ville, l'insécurité, l'éducation calamiteuse et l'imigration incontrôlée en usant de la logorrhéique habituelle des adeptes de la secte jacobine.  Le modèle français que le monde entier nous envierait selon les bons apôtres de la république française une et indivisible et de ceux qui l'ont renversé par des coups d’état, en est avant tout la cause. La dernière opposition qui s'est présenté à Nice à une élection, c'était lors de l'élection législative de 1871 qui vit le résultat victorieux des séparatistes invalidé et la répression s'abattre sur les niçois insurgés  !

 

marianne republique

Effectivement, ajoutée à la tutelle provençale, celles politique et juridique incarnée par le préfet, demain, la disparition de la taxe d'habitation et par voie de conséquence la mise sous tutelle financière totale des communes par l’État jacobin français à la botte de la soi-disant dette contractée par ceux qui ont décidé de nous faire payer à leur place, aucune marge de manoeuvre ne sera jamais possible.  La sécurité ou les usines à cancres que sont les écoles de la république une et indivisible, la dette étant la pierre angulaire du système financier international en place (fin de la dette = fin du système) auquel s'est assujetti la France en 1973 ( Pompidou ancien de Rothschild ), la sécurité dépendant du ministère de l'intérieur et de la préfecture, l'éducation d'une administration contrôlée par des gourous post soixante-huitards ! Vous pouvez élire le maire que vous voulez, les services régaliens resteront toujours sous le contrôle de la vieille maquerelle jacobine, symbole d'un Etat-nation artificiel qui retoquera par l'intermédiaire de son préfet, toute vélleité législative locale votée pourtant démocratiquement ! La centralisation à outrance est l'essence même de l'idéologie qui inspire les sbires de la jacobine. Ceux qui prétendent qu'une fois élus, ils  assurereront la sécurité, l'emploi, l'éducation ou empêcheront l'imigration ne sont que des menteurs ! 

La dictature n'est pas arrivée avec Macron, la dictature est effective depuis la prise de pouvoir des jacobins suite à la révolution française. Pendant longtemps ce fut une dictature à deux têtes (gauche/droite) qui a fait croire aux citoyens naïfs qu'ils vivaient dans une démocratie ! Que pouvait-on attendre d'une révolution qui inspira les bolcheviques, en grande partie les nazis ainsi que l'ayatollah Komény dont les gardiens de la révolution ressemblent trait pour trait aux sociétés populaires ?

 La LRLN d'Alain Roullier-Laurens avait permis au Peuple Niçois de se réapproprier son histoire, son identité et ses droits inaliénables. Aujourd'hui le Pays de Nice a besoin de reconstruire un mouvement politique autonomiste unitaire capable de conquérir le pouvoir confisqué par les sbires de la France jacobine.

L'Europe de demain sera celle des Peuples séculaires, plus celle des Etats-nation artificiels composés de peuples tout aussi artificiels !

L’Écosse, la Catalogne, le Pays Basque, la Corse aujourd'hui.... La Bretagne, la Savoie, le Pays de Nice et tant d'autres demain !

Le train de la liberté des peuples séculaires européens est en marche, ne restons pas sur le quai !

N'oubliez jamais que vous n'êtes français qu'administrativement !


En attendant des jours meilleurs, la seule chose à faire pour Nice est de ne pas cautionner un système qui nous a volé la victoire de 1871....

Regardons la société à travers le prisme Niçois, pas celui imposé par l'idéologie jacobine ! 


ELECTION MUNICIPALE 2020: JE BOYCOTTE

ou je vote NOUN !

bulletin nice 2020

 

« Nos petites personnes sont insignifiantes, car seul le Pays de Nice est important »

Alain Roullier-Laurens





 

Autodétermination Catalane: les Etats-nation artificiels européens tremblent !

carte europe libre

Malgré les tentatives d’intimidation espagnole et européenne, le scrutin d’autodétermination aura bien lieu le Dimanche premier octobre.

Arrestations, forces de police omniprésentes, confiscation des bulletins de vote, le royaume retrouve ses vieux démons, ceux d’une époque à laquelle Franco dirigeait l’Espagne d’une main de fer. En embuscade se trouve une autre région sous le contrôle de Madrid qui n’est autre que le Pays-Basque. Concernant ces deux territoires, la France oublie bien évidemment qu'ils empiètent sur son sol « un et indivisible », et que le problème séparatiste de ces provinces dites espagnoles deviendra inévitablement dans un futur proche le problème de la France !

L'Écosse, qui fait partie du Royaume-Uni depuis l'acte d'union de 1707, avait déjà connu deux référendums sur la création de son propre Parlement en 1979 et en 1997. Lors du dernier référendum d’autodétermination, le bourrage des urnes et les menaces européennes d’exclure l’Ecosse en cas de victoire avait fait échouer de justesse  la cause séparatiste qualifiée de folklorique par les bienpensants jacobins français !

Comble de l’ironie, en juin 2016, le Brexit relançait la question de l'indépendance d'Édimbourg. Effectivement, les Écossais, historiquement europhiles, se sont opposés à 62% au brexit. Le SNP, qui fait désormais du retour dans le jeu européen un enjeu de son indépendance, a annoncé en mars dernier son souhait d'organiser un nouveau référendum.

Demain, ce sera sans aucun doute le tour du Peuple Corse qui, dans un pays ultra-jacobin, a réussi à prendre le contrôle politique de son territoire et envoyer trois députés à l’assemblée nationale. En octobre 2013, la panique jacobine a atteint son point culminant, suite aux manifestations monstres « des bonnets rouges », symbole de la révolte du Peuple breton contre (déjà) l'oppression fiscale de la France de... Louis XIV. Après avoir tenté une récupération jacobine du mouvement en faisant un amalgame anachronique et symbolique entre le bonnet rouge breton et le bonnet phrygien, les ayatollahs jacobins n'ont pas tardé à dénoncer la tournure régionaliste du mouvement. Les manifestations organisées par les syndicats jacobins n'ont rassemblé que quelques centaines de personnes quand les bonnets rouges représentaient des dizaines de milliers de révoltés !

Ce changement profond de la société demandé par un grand nombre de peuples européens est légitime parce qu’il concerne les droits fondamentaux de tout peuple libre : le droit de choisir son destin !

Les Etats-nation artificiels, fondateurs de l’Europe actuelle, ne pourront résister longtemps à la volonté de ceux qui font les richesses du continent, les peuples séculaires !

Autrefois les guerres, aujourd'hui les concurrences déloyales, l’immigration incontrôlée, la destruction de nos valeurs ancestrales,  tous ces maux qui touchent nos peuples sont le fruit des Etats-nation artificiels qui sont à la botte de la finance international !

Les niçois ont connu en 1871 la répression et la confiscation de leur vote souverain qui entrainera par la suite la destruction méthodique de notre culture pour la remplacer par celle de l’occupant par le biais de la Provence voisine redevenue sa tutrice.La tutelle provençale s'était achevée suite à la Dédition de 1388 qui vit le Pays de Nice rejoindre librement les Etats de Savoie avant de revenir suite à l'annexion scélérate de 1860 ! 

Comme ce fut le cas avec l'effondrement de l'URSS en 1989 qui provoqua la libération des Peuples asservis en Europe de l'est, l'effondrement des Etats-nation artificiels de l'Europe de l'ouest entraînera inéluctablement la libération des Peuples asservis de l'Europe occidentale...
La refonte de l'Europe des Etats-nation artificiels en une Europe des Peuples n'est plus une utopie, mais bien une réalité... n'en déplaise aux passéistes jacobins !

 « A vouloir étouffer les révolutions pacifiques, on favorise les révolutions violentes » !
J.F.Kennedy

PRAY FOR NISSA....

attentat Nice

Sous le choc de l'attentat perpétré sur la promenade des anglais, Liberà Nissa s'associe à la douleur de celles et ceux qui ont été touchés par l'horreur...

Courage frères innocents, d'où que vous veniez...

 

Posté par LIBERA NISSA à 00:46 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


L'Occitanie à Nice: manipulation culturelle au service de la France jacobine !

occitanie païs nissartLa « récupération » de Nice par la Provence, voulue par la France pour d’évidentes raisons politiques, a pris diverses formes ; la plus perverse fut le prétexte culturel. Sous couvert d’harmonisation on tenta en effet d’inféoder la culture et la langue niçoise au Félibrige provençal, l’unité par la langue étant la pierre angulaire du système idéologique jacobin.
Dans les faits, il n’y a aucun lien géographique, historique, culturel ou gastronomique entre un habitant du pays de Nice et un habitant de Pau ou de Bordeaux, pas plus qu’il y en a entre un peuple anglophone africain et un habitant du Yorkshire !


Pour rappel :

Dans le but d’assimiler tous les particularismes du Sud, une association fut créée le 21 mai 1854 par sept poètes provençaux, au « Castelet » de Font-Ségugne à Gadagne, près d’Avignon. Les autorités françaises ne furent pas étrangères à la mise en place du « Félibrige », mouvement culturel censé fédérer les pays du Sud autour de la Provence et donc de la France. S’étant étendu dans plusieurs provinces, le mouvement tenta son implantation à Nice en 1880.

 

mistralLe 5 mars 1882 la « Maintenance de Provence » tint son assemblée générale à Nice, fraichement annexée ; en présence de Frédéric Mistral Capouliè du félibrige, de Marius Bourrely, Syndic de la Maintenance et de centaines de « Félibres » provençaux, fut officiellement inaugurée l’Escola Bellanda. Mistral prononça un discours qui avait tout pour heurter les Niçois : « Qui m’aurait dit alors que, peut-être trente ans après en revenant à Nice, je la trouverai française et de plus en plus provençale, avec sa vaillante « Ecole de Bellande » qui arbore dans l’azur de votre golfe merveilleux, le gai drapeau du Félibrige… Que toujours, belle Nice tu t’épanouisses au soleil, pour l’honneur de la Provence, pour la gloire de la France… ».


Les admirateurs de Frédéric Mistral à Nice, grands diffuseurs officiels de la culture, ne peuvent ignorer la vision de leur mentor concernant le Pays de Nice.
La revendication culturelle occitane fit son chemin pendant une centaine d’années à laquelle sur quelques points, celle du Pays Niçois était lié il faut le reconnaître… Mais au début des années soixante, la culture occitane fut récupérée pour prendre un chemin beaucoup plus politisé, à l’extrême gauche de l’échiquier politique, qui lui est bien français.

carte de l'europe OccitanieFrançois Fontan né en 1929 dans une famille monarchiste d’origine gasconne, est la référence des occitanistes à Nice aujourd’hui.
Après s’être engagé en politique pour la première fois dans le Mouvement Socialiste Monarchiste, il abandonna vite le monarchisme pour adhérer aux idées anarchistes.
Il les quittera ensuite pour soutenir les trotskistes du groupe Socialisme ou Barbarie.
Il déménagea à Nice où il avait de la famille et fréquenta un temps le Parti communiste français (PCF).

 

pnoAu printemps 1959 il fonda le Parti nationaliste occitan à Nice.
Son ouvrage le plus connu et emblématique est Ethnisme en 1961.
Dans certains passages de son ouvrage, Fontan nous démontre, malgré lui, l’absurdité des théories linguistiques ayant pour but de créer des peuples, voir des nations !
Il remodèle le monde selon des langues supposées parlées… La Suisse disparaît et le IIIème Reich ressuscite grâce à l’unification des langues germaniques.
La Serbocroatie ou Yougoslavie (dont la langue unitaire créée était le serbocroate), chère à Tito, existe en tant que Peuple ( l’histoire a prouvé le contraire ), la Corse est coupée en deux… Pour la carte nord-africaine, il faut noter que Fontan s’est permis de décider, selon ses propres critères, de dessiner des frontières à la place des peuples autochtones.

le monde occitanDe plus, le Gourou des occitanistes créa un tableau des nations du monde, étayé toujours par une supposée unité par la langue.
Il y aurait les Catalans ( la version de Fontan bien évidemment, pas la vraie) qui regrouperaient les costa-ricains, les andorrans et les valenciens…
Les Corses du sud deviendraient Sardes renommés « oltramontani », les corses du nord renommés «  cismontani » deviendraient italiens en compagnie des siciliens, piémontais, istriens et des… italo-brésilien ! Mandolino-Samba !
Concernant le fameux peuple occitan, il est composé des provençaux, des auvergnats et des gascons… Point de Peuple Niçois, intégré dans la Provence selon le dogme Mistralien, bien évidemment… la Provence a constitué une entité politique jusqu’en 1486 et elle conserve depuis une forte individualité ; mais il est hors de question d’y incorporer la région niçoise, au motif d’une communauté de langue… le Pays de Nice a une culture, une histoire, un particularisme, une Identité spécifique ! La nature originale du Pays de Nice, sa faune, sa flore, le caractère de ses habitants sont bien particuliers et ne s’apparentent pas du tout à la Provence.

occitanieParmi les délires du fondateur de l'occitanisme politique, se trouve aussi son « programme internationaliste » où les règles ne sont plus dictées par le droit… mais par les langues:

 « une langue qui disparaît signifie la disparation de la nation qui va avec (!!!) si une nation n’a plus de territoire, son ancien pays lui sera rendu totalement ou partiellement selon « l’importance numérique des ethnies présentes » (donc si on redonne à une « ethnie » son pays proportionnellement au nombre de personnes parlant la langue d'Oc…. l’Occitanie tiendra probablement dans un quartier de Toulouse…

Une langue beaucoup parlée permettrait alors de créer une nation...

Imaginons un seul instant cette logique appliquée à ceux, venus d'afrique du nord, qui parlent leur langue d'origine ?

sans parler des divers trucs surréalistes comme la dissolution de toutes les armées et la destructions de toutes les armes…

 

Les Niçois savent qui ils sont...

inutile de venir leur expliquer d'outre-Var !

 

« Mes concitoyens ont toujours été en guerre avec les Français et les Provençaux ; aucun fait dans l’histoire niçoise ne montre qu’ils aient été d’accord avec la France et la Provence avec qui ils ont toujours été en guerre »

12 Avril 1860, déclaration de Garibaldi au Parlement de Turin

PETITION " Non à transformation du Couvent de La Visitation en hôtel 5 étoiles " !

PARTAGER et SIGNEZ la pétition pour sauver ce qui reste de notre patrimoine !

CLIQUEZ SUR LE LIEN ET SIGNEZ LA PETITION lancée par Michel Orcel !

SIGNER C'EST RESISTER !

Pétition · @cestrosi Non à transformation du Couvent de La Visitation en hôtel 5 étoiles ! · Change.org

petition en ligne

NOUVEAU STATUT DE LA SAVOIE: Communiqué du Consulat de Savoie (Suisse)


savoieLE NOUVEAU STATUT DE LA SAVOIE

 Communiqué du 24/12/2014

du Consulat de Savoie à Saint-Cierges (Suisse)

 
La Savoie est un pays annexé, les deux départements qui la composent portent toujours son nom alors que la règle républicaine française exige que les noms des départements ne fassent référence qu'à la géographie.

La Savoie est devenue française à l’issue du traité de Turin du 24 mars 1860.

Les signataires de ce traité d’annexion, étaient Victor-Emmanuel II, duc de Savoie et roi de Sardaigne et Napoléon III empereur des Français. Un mémorandum secret prévoyait l’entrée des troupes françaises en Savoie dès la ratification du traité. Selon l’article premier de ce traité les populations concernées devaient être consultées.

Elles le furent mais dans des conditions iniques : absence de bulletins NON, abstention interdite, occupation militaire étrangère, ( 200'000 soldats français pour 584’000 Savoisiens).

Le 7 juin 1932, la France fut condamnée par la Cour internationale de justice de La Haye pour avoir violé des traités établissant des droits en Savoie avant que celle-ci ne devienne française, (zones franches). Ce jugement, en affirmant que la souveraineté de la France en Savoie est limitée, exprime l’unicité de la Savoie dans l’espace français :

La Savoie, pays annexé, conserve ses droits garantis par des conventions internationales.

Le 10 juin 1940, l’Italie déclarait la guerre à la France et réclamait Nice et la Savoie qu'elle n'avait pourtant jamais possédées. Cependant, la déclaration de guerre était signée par le roi d'Italie, Victor-Emmanuel III, petit-fils et héritier direct de Victor-Emmanuel II, le signataire de l'acte du 24 mars 1860. A ce titre cette déclaration de guerre constituait une dénonciation formelle du traité du 24 mars 1860 et précipitait son extinction.

Le 10 février 1947 était signé à Paris un traité de paix, son article 44 stipule que :

1. Chacune des Puissances Alliées ou Associées notifiera à l’Italie, dans un délai de six mois à partir de l’entrée en vigueur du présent Traité, les traités bilatéraux qu’elle a conclus avec l’Italie antérieurement à la guerre et dont elle désire le maintien ou la remise en vigueur.

Toutes dispositions des traités dont il s’agit qui ne seraient pas en conformité avec le présent traité seront toutefois supprimées.

2. Tous les traités de cette nature qui auront fait l’objet de cette notification seront enregistrés au Secrétariat de l’Organisation des Nations Unies conformément à l’article 102 de la Charte des Nations Unies.

3. Tous les traités de cette nature qui n’auront pas fait l’objet d’une telle notification seront tenus pour abrogés.

Le 24 mars 2010, alors que la France s'apprêtait à fêter le cent cinquantième anniversaire de l'annexion de la Savoie, l’historien Jean de Pingon rendit public deux courriers qui lui étaient adressés. L’un émanait du Ministère français des Affaires étrangères et l’autre du Bureau des affaires juridiques de l'ONU. Ces courriers établissaient formellement que le traité d'annexion du 24 mars 1860 n'avait pas été enregistré auprès du Secrétariat général des Nations Unies.

Le 15 juin 2010, Bernard Kouchner, Ministre des Affaires étrangères et européennes, affirma devant l’Assemblée nationale que le traité du 24 mars 1860 avait bien été notifié à l’Italie, cette déclaration solennelle constitue la reconnaissance implicite qu’une absence de notification aurait signifié l’abrogation du traité.

Cependant, le Ministre avouait que le traité n’avait pas été enregistré auprès de l’ONU et déclarait que le Ministère des Affaires étrangères et européennes " a pris, d'ores et déjà, toutes les dispositions utiles pour que le Traité du 24 mars 1860 soit bien enregistré dans les meilleurs délais auprès du Secrétariat de l'Organisation des Nations Unies."

Jean de Pingon fit alors parvenir au Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unie un mémoire dans lequel il développait, sur plusieurs points, une argumentation montrant que le traité d’annexion était en fait abrogé ce qui interdisait son enregistrement par l’ONU.

Il exposait, entre autres, que le Gouvernement français n'avait pas notifié le traité d'annexion à l'Italie car il aurait dû, selon le premier article de ce traité, procéder à une nouvelle consultation populaire en Savoie. Le Gouvernement français n'entendait pas procéder à une telle consultation, d'une part parce qu'il n'était pas possible de reproduire en 1948 les conditions iniques du vote de 1860 qui avaient assuré un succès pour l’annexion à 99,8%, d'autre part parce qu'il n'entendait pas créer un précédent relatif aux droits des peuples en pleine période de guerres coloniales, (Viêt Nam, Madagascar, etc…).

Le Gouvernement français a donc usé d'un stratagème en notifiant à l'Italie un traité en date du 24 mars 1760. Ce traité n’avait pas lieu d’être notifié en 1948 car c’était un traité de limites entre le royaume de France et le duché de Savoie. Mais le Gouvernement français escomptait créer la confusion entre le traité du 24 mars 1760 et celui du 24 mars 1860 et comptait rectifier les dates ultérieurement. Le stratagème ayant été éventé, le Gouvernement français se résolut à notifier le véritable traité, entre-temps les délais pour cette notification avaient expiré précipitant ainsi l’abrogation du traité.
En 1948, le Gouvernement français ne présenta pas le traité d’annexion pour enregistrement auprès de l'ONU qui n’aurait pu que constater l’abrogation du traité et refuser de l’enregistrer.

En 2012, le Secrétariat général de l’ONU statua en faveur des arguments développés par Jean de Pingon en rejetant la requête du Ministère français des Affaires étrangères, et en refusant d'enregistrer le traité d'annexion de la Savoie (NDLR et du Pays de Nice ).

Le 24 décembre 2012, Jean de Pingon rendit public le refus de l'ONU d'enregistrer le traité de Turin du 24 mars 1860, dit traité d’annexion. Deux semaines plus tard, dans le Journal Officiel de la République française du 8 janvier 2013, le Gouvernement français confirmait le refus d'enregistrement de l’ONU, mais avançait qu'il était facultatif et que le traité d'annexion était toujours en vigueur car il avait bien été notifié à l'Italie. Le Gouvernement français ne produisait aucun document susceptible de confirmer la notification du traité, dans les délais, à l'Italie mais évoquait seulement une hypothètique note verbale (non signée) et une parution au Journal officiel (comportant quelques « erreurs » de dates).

Ces pièces, sans effet diplomatique, ne peuvent être retenues pour constituer une notification du traité.

Il est désormais établi que le traité d’annexion n’a pas été notifié à l'Italie selon les termes du traité du 10 février 1947. De plus, le Gouvernement français ne peut sérieusement affirmer que l'enregistrement auprès de l'ONU était facultatif après avoir annoncé, par voie ministérielle et devant l’Assemblée nationale, qu’il allait solliciter cet enregistrement.

D'autre part, en notifiant à l’Italie, dans les délais impartis par l'acte du 10 février 1947, le traité du 24 mars 1760, la France, « à l’insu de son plein gré », a notifié, sur la place internationale, qu’elle n’était plus propriétaire des territoires annexés au titre du traité du 24 mars 1860. En effet, le traité du 24 mars 1760 établissait un tracé de frontières entre France et Savoie, (grand nombre des bornes sont toujours en place). Ce traité est le premier traité au monde congénital à un tracé de frontières par des géomètres.

Ainsi, le traité de limites du 24 mars 1760 devient-il, du fait de sa remise en vigueur en 1948, l'ultime acte international concernant le territoire savoisien (NDLR et du Pays de Nice).

De ce qui précède, il ressort:

- Qu’aux termes du paragraphe 3 de l’article 44 du traité de Paris du 10 février 1947, le traité d'annexion, unique légitimité des institutions françaises en Savoie, est définitivement abrogé.

- Que ce traité d’annexion est désormais remplacé par le traité légalement notifié et remis en vigueur en 1948 : le traité de limites du 24 mars 1760.

- Que la Savoie jouit d’un nouveau statut tant au regard du droit international que du droit national, (l’article 55 de la Constitution française stipule que les traités prévalent sur les lois).

- Que sur les territoires savoisien et niçois les institutions françaises, nationales, régionales, départementales et municipales n'ont plus pouvoir d’administration qu'à titre transitoire.

Consulat de Savoie. La Condémine. Chemin de Condémine. CH.1410 Saint-Cierges Switzerland.
Tél. 0041 219053593. www.consulatdesavoie.ch (services opérationnels à compter du 20 mars 2015).



Posté par LIBERA NISSA à 20:08 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , , , , , ,

C'est Noël ! Offrez Le Pays Niçois à vos proches !

rattachement Nice france 1860Pour les fêtes de fin d'année, faites plaisir à ceux que vous aimez, offrez leur notre Histoire, nos contes, notre Identité.

De l'invasion révolutionnaire combattue par les héroïques Barbets, en passant par l'annexion frauduleuse de 1860, la répression dont furent victimes les insurgés Niçois en 1871, la vie de Garibaldi et son combat pour Nice, fils de notre cher pays et surnommé:

Le Héros des deux mondes...

La collection " Les Cahiers de l'Annexion " regroupe des ouvrages étayés par de nombreuses archives diplomatiques, décrets préfectoraux anciens et contemporains, documents capitaux édités par les Etats de Savoie, le Royaume de Sardaigne, la France, qui restituent aux Niçois, preuves à l'appui, leur véritable Histoire, leur véritable Identité !

Le fruit du travail pharaonique effectué par le regretté historien Alain Roullier-Laurens, patriote Nissart incorruptible !

babazoukLes contes du Babazouk de Serge Dotti et Frédéric Chiris:

C’est un pays où le soleil éclate tous les jours à midi, Il n’est pas grand, la taille d’un village, mais profond comme les montagnes ou la mer qui le bordent. Rues Pairolière, Poissonerie, Barillerie, elles gardent une mémoire :

Une façon d’être ensemble.

On crie, on rit, on pétrit la pâte des mots avec les mains et la parole s’agite au bout des doigts. C’est le pays d’un autre temps : celui où l’on prenait le temps. Là se situent ces contes à rebours.

 Un voyage dans le temps, dans l'histoire et finalement dans la Vérité !

Incontournables cadeaux pour la Noël !

En vente au 1 bis rue Caïs de Pierlas 06300 Nissa

31 janvier 2015

Commémoration du soulèvement séparatiste Niçois de 1871 !

1871_CANONSChaque année, les Niçois commémorent le soulèvement séparatiste réprimé violemment par la France, suite au déni de la réalité du scrutin pourtant limpide, des élections législatives du 8 février 1871…

En effet, lors des élections législatives du 8 février 1871 dans le pays de Nice, le raz-de-marée séparatiste emporta tout. A peine passés 10 ans d'annexion, la ville de Nice donna 16 514 voix aux quatre candidats séparatistes et seulement 900 au préfet Dufraisse candidat français qui malgré ses fraudes avérées et des moyens importants, fut littéralement balayé. Sur le territoire du Pays de Nice, Garibaldi obtint 13 984 voix sur 29 428 suffrages exprimés, soit 47,51 %, Piccon, Bergondi et Borriglione, autres candidats séparatistes, 12 550, soit 42,64 % alors que le préfet Dufraisse se contentait de 2894 voix, soit 9,83 % !
Le lendemain du vote, les dépouillements terminés, Joseph André titra dans le Dirrito: « Vive Nice !!! »; dans un long éditorial, il écrivait entre autre : « ...Nice a parlé ! Mais non la Nice des Piétri et des Pillet (Piétri envoyé par Napoléon III avait truqué le plébiscite de 1860 et Pillet, consul de France à Nice avait beaucoup intrigué à Nice pour favoriser l'annexion) mais la Nice de Ségurane et de Garibaldi ! Le citoyen Dufraisse a renié Garibaldi car il est le chef du parti séparatiste, Nice à l'unanimité a voté Garibaldi, donc, citoyen Dufraisse, et selon votre propre logique, Nice est séparatiste et ne reconnaît pas l'infamie de 1860 ! Ce vote magnifique est un plébiscite ! ».

Du 8 au 10 février, les Niçois se souviennent… de qui ils sont !

Du 8 au 10 février, les Niçois mettent en évidence le drapeau Niçois ou allument une bougie...

« Pour que le droit des gens ne soit pas une vaine parole... », comme le disait dans l'une de ses nombreuses protestations, le héros des deux mondes en 1860...

« J'ai toujours entendu dire par les républicains qu'ils étaient les défenseurs des droits de l'homme contre la tyrannie...Ceci soit dit pour la dernière fois à la confusion de ces doctrinaires qui veulent se faire un monopole de la conception républicaine comme s'ils en étaient les inventeurs, et comme si avant eux, il n'eût jamais existé de république ».

 Garibaldi