Les suites de l'attentat du 14 juillet 2016 à Nissa analysées par Liberà Nissa !

ATTENTAT NICE 2016Dieu sait combien fut difficile l'année 2016 pour les Niçois, victimes des égarements de la France aveuglée par son idéologie sectaire, le jacobinisme...

Parmi tous, nous retiendrons bien évidemment les suites de l'attentat ignoble commandité par les fascistes islamistes, soutenus par le silence ambigüe d’un trop grand nombre de « français musulmans », qui souhaitent imposer au monde entier leur vision moyenâgeuse de la société…

Malgré le grand traumatisme subit, la réaction très digne des niçois suite à l’horreur vécue sur la promenade des anglais aurait dû forcer le respect des dirigeants tricolores installés à Paris, ceux-là même qui se prétendent grands donneurs de leçons de morale.

Il n’en fut malheureusement rien !

Semblant découvrir « les indigènes » niçois, les médias jacobins se sont aperçus avec un certain étonnement que les autochtones étaient de « culture italienne » en applaudissant leurs défunts, qu’ils chantaient plus volontiers Nissa la bella que la marseillaise, qu’ils étaient attachés à leurs racines chrétiennes… tout cela a perturbé « l’une et indivisible », ébranlé le dogme jacobin du tout le monde pareil à la même heure, du vivre ensemble selon des critères imposés, quelques soient les régions et les mœurs des gens qui y vivent depuis toujours. Dans ce  pays qui prône l’égalité de traitement des citoyens à longueur d’année, celui-là même qui autrefois fit manger du savon à ceux qui osaient parler leur langue maternelle, tenta d’effacer tous les particularismes et refuse toujours de signer la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, seuls les adorateurs de Mahomet ont droit à la différence, de l’école maternelle à la maison de retraite, en obtenant de plus en plus de privilèges communautaristes sous peine d’être accusé d’islamophobie ! L’islamophobie est le terme inadapté à la mode employé par les bienpensants jacobins et qui signifie :

Peur irraisonnée d'un danger inexistant concernant l’islam !

Dès le lendemain du massacre, il fallait donc que tout le monde se tienne par la main, autour de la fable « des belles valeurs fraternelles » inscrites sur tous les bâtiments publics français ! La façon dont a été traitée l’horreur de la promenade des anglais a été sans commune mesure avec les attentats parisiens, peut-être parce que les enfants de ceux qui nous gouvernent ont plus de chance de se trouver sur une terrasse de café dans le Xe arrondissement de Paris que sur la Prom un soir de juillet… il a fallu attendre trois mois et les demandes incessantes des familles des victimes pour qu’un « hommage national » soit enfin rendu, preuve du mépris qu’a la jacobine pour les niçois !

L'organisation d’un voyage au Vatican, suite à l’invitation du Pape François aux victimes, a suscité des critiques inqualifiables, notamment de la Ligue des droits de l'Homme et d’élus écologistes. En cause, la prise en charge financière par la ville d'une partie du coût du voyage, contrevenant selon certains d’entre eux « au principe de laïcité ». Les niçois aimeraient que la ligue des droits de l’homme soit cohérente et se préoccupe de son « principe de laïcité » pas uniquement quand il s’agit de ce qui touche de près ou de loin la religion catholique. Le Vatican ne laissant rien au hasard, les niçois ne furent pas surpris d’entendre seulement l’hymne niçois « Nissa la bella » et pas « la marseillaise » lors de la visite auprès du Saint Père.  Nous rappellerons que l’organisation des repas confessionnels dans les écoles de la sainte république laïque, les nuits du ramadan et l’acceptation des gris-gris islamiques ont AUSSI leur coût, et ce à longueur d’année ! Mais là, point de protestations indignées au nom de la laïcité !

Les champions de la dénonciation à grand coup de vidéos chocs des maltraitances animales dans les abattoirs, ne condamnent pas les « abattages rituels hallal » qui bénéficient de dérogations préfectorales et lors desquels on égorge les animaux sans étourdissement pour des raisons culturelles étrangères d’un autre temps ! Tous les bobos déconnectés de la vie réelle, lecteurs inconditionnels des contes des mille et une nuits, qui condamnent systématiquement les crèches de Noël dans les lieux publics, militent souvent pour la construction de lieux de culte musulmans et « le droit libre de porter le voile ».

Pour les ayatollahs jacobins, en poussant leur logique délirante à son paroxysme, les victimes sont même devenues les bourreaux !

Ce fut le cas avec le procès en diabolisation de la police niçoise suite à un arrêté municipal « anti-burkini ». Les agents demandèrent de quitter la plage niçoise à une provocatrice déguisée en « Nazgûls »  sous le regard d’un téléobjectif complice, alors que sur le trottoir juste dessus se trouvaient encore les taches de sang de ceux balayés par l’islamisme radical quinze jours plus tôt…

La ligue des droits de l’homme, dont les principes de laïcité sont à géométrie variable, accompagnée d’un mouvement se prétendant curieusement « féministe », est venue au secours de la « malheureuse musulmane pudique » victime de l’intolérance légendaire des niçois !

denonciation Nice juifsNous allons faire une parenthèse sur ce point précis de la fable jacobine concernant l’intolérance viscérale supposée des niçois parce qu’il est parfois utile de donner quelques précisions historiques. Au cours de leur longue histoire, les niçois ont accueilli beaucoup de personnes persécutées, notamment par la « France éternelle ». Avant l’annexion scélérate de 1860, beaucoup de correspondants étrangers venus en villégiature à Nice, témoignaient de l’accueil et la mentalité admirable des niçois. Au lendemain du « rattachement », les niçois devenaient « les gens d’ici », individus de la pire espèce, sales, fainéants, malhonnêtes, intolérants... l’image d’Epinal de la milice française sur la place Masséna en 1942 sert encore la propagande jacobine qui a l’habitude de transférer sur les peuples réfractaires à son hégémonie, ses propres tares ! Les niçois seraient des fascistes héréditaires de par leurs origines contrairement aux « français historiques » imprégnés des droits de l’homme issus de la révolution jacobine. Le témoignage de Serge Klarsfeld dans le monopole presse concernant le sort réservé aux juifs à Nice pendant la seconde guerre mondiale ne souffre d’aucune ambigüité :

« Contrairement à ce qui a pu se dire, les niçois ne dénonçaient pas » !

Ce témoignage du plus grand chasseur de nazis balaie toutes les diffamations institutionnelles organisées à l’encontre des niçois. Il est aussi bon de rappeler qu’à la libération, les forces libres ont découvert, médusées, des dizaines de milliers de lettres de dénonciation anonymes à Paris…

 La France n’a jamais complètement considéré les niçois comme des français à part entière tout simplement parce que nous ne nous sentons pas vraiment français, ça se voit, et ce malgré les efforts consentis pour nous faire disparaître ! Les niçois ont résisté à 156 ans de génocide culturel, ce n’est pas pour se faire imposer un autre modèle, de plus issu du moyen-âge !

Nous sommes un petit peuple séculaire qui a une grande âme, et nous pouvons être fiers de ce que nous sommes !

attentat ogcniceLiberà Nissa vous souhaite à toutes et à tous de bonnes fêtes de fin d’année avec une pensée particulière pour les martyrs du 14 juillet ainsi qu’à leurs proches à jamais meurtris.

Les niçois vous aiment !

« La raison se compose de vérités qu'il faut dire et de vérités qu'il faut taire. » de Rivarol.

 « Coura lu Françès pisson contra lou vent de l'istoria, si bagnon la camilha » !