Despotat de l'UE et la schizophrénie de la France jacobine !

Ah qu'elle a bon dos l'union européenne quand plus rien ne tourne rond !

Europe des PeuplesCertes il y a beaucoup à dire sur le fonctionnement de l'union européenne qui a été mis en place en grande partie, nous ne le rappellerons jamais assez, par l’un de ses principaux moteurs qui n’est autre que la France jacobine.

Selon les bons apôtres de Marianne, quand tout va bien c’est grâce à la politique intérieur française, quand rien ne va plus le bouc émissaire européen est très vite montré du doigt alors que la France est largement responsable de la situation dans laquelle se trouve l'union européenne.

19 milliards d'euros, voici le montant versé par la France au budget européen en 2011, dont 15,4 milliards de contribution directe et 2,7 milliards de recettes de TVA soit à peine 0,95% du PIB tricolore.
Pas besoin d'entrer dans les détails pour comprendre que les problèmes économiques et sociaux ne viennent pas uniquement de l'union européenne mais du modèle jacobin français défendu par la classe politique dans son ensemble.

Tout en accusant l’Europe de Bruxelles de Despotat,  l’Etat français s’en donne à cœur joie dans les frontières de son petit empire colonial.

Re-découpage ou fusion des territoires, impôts ou subventions, politique culturelle monolithique…  aucun pays européen n’est plus interventionniste sur le plan économique et sociétal que la France.

L’Etat français prétextant faire des économies en allégeant « le mille-feuilles » de son administration structurelle, a prévu de redécouper une fois de plus comme on le fait avec une tarte, les territoires comme il le fit en d’autres temps en Afrique avec le succès que l’on connaît.

Cette gestion territoriale absurde exclut bien évidemment la réunification revendiquée par les Peuples Breton et Savoisien qui sont des entités ethniques, historiques et culturelles bien définies.

Alors que les peuples européens (pas ceux inventés par les Etat-Nations artificiels) demandent de plus en plus de décentralisation et d’autonomie, les ayatollahs de la France jacobine continuent comme bon leur semble, à regrouper, découper, charcuter les divers territoires qu’elle administre plus ou moins légalement. Le refus inavoué de voir pour certains Peuples clairement identifiés  la possibilité d’administrer  leur territoire, même en tant que « région française »,  provoque des situations pour le moins ubuesques !

Le Pays-Basques «  français » qui est dissout dans le département des Pyrénées Atlantiques, lui-même dilué dans la région Aquitaine (sous la tutelle de Bordeaux), région qui se trouvera bientôt limitrophe de la  Bretagne…  du moins ce qu’il en reste !

Selon la logique jacobine, la Creuse et le Pays-Basques « français » doivent donc se retrouver unis dans la même grande région sud-ouest,  et le Pays de Nice avec  l’Hérault et le Gard qui pourraient rejoindre la Provence (il est de plus en plus difficile de nommer l’indéterminable PACA).

La France jacobine prend les populations pour du bétail, qu’on peut diriger ou parquer à sa guise de Paris, sans tenir compte des aspirations légitimes des Peuples concernés qu’elle administre.

La France jacobine dont les dogmes issus d’un autre temps refuse obstinément de regarder l’évolution civilisationnelle européenne en face. L’Europe des Peuples est en passe de prendre le dessus sur l’Europe des Etat-Nations artificiels dont l’apogée s’est située de la fin du XIXème siècle à celle du XXème siècle pour notre plus grand malheur (guerres mondiales et coloniales).

Catalogne, Ecosse, Flandre, Alsace, Pays-Basques, Corse, Bretagne, Savoie, Pays de Nice… l’Europe des Peuples est en marche, n’en déplaise à la très archaïque France jacobine qui refuse pour des raisons idéologiques d’écouter les Peuples qu’elle asservit depuis trop longtemps.

L’aveuglement de la France jacobine la mènera au même endroit que sans sœur nommée URSS en 1989, car rien ne peut arrêter la soif de liberté des Peuples.

 « L'utopie est la vérité de demain ».

Victor Hugo


17 novembre 2013

Défense réelle des intérêts Niçois: Qui fait quoi ?

La « nissartitude » est instrumentalisée depuis trop longtemps par des amuseurs publics pro-Occitanie, grands prêcheurs de l'unité par la langue avec le sud de la France sur le modèle jacobin.

Ces inoffensifs et donc sympathiques amuseurs publiques pour la France ont été rejoints en 2002, soit un an après la naissance de la LRLN, par un mouvement néo-fasciste français, aile droite du Front National qui parasite les identités locales, le tout avec la complicité active et intéressée des médias jacobins français.

Bonnets rouges

 Nous avons d'ailleurs pu constater ce parasitage éhonté récemment, quand quelques huluberlus nostagiques des chemises noires, ont essayé de pertuber les cérémonies du 11 novembre, affublés de bonnets rouges... Les représentants du mouvement breton ont immédiatement condamné ce détournement indigne, par un mouvement d'extrême droite français, des symboles de leur juste cause !

 

Dans le Pays Niçois, les médias de la force occupante, à défaut de pouvoir empêcher la Vérité d'éclater, ont choisi de panbagnatiser (ou diaboliser) la revendication légitime Niçoise à sa souverainté en instrumentalisant certains égos et en leurs donnant une visibilité médiatique surdimensionnée et déplacée.
Les gens de bonne foi et doués d'un minimum de sens critique se feront, une fois de plus, leur propre opinion sur qui fait quoi pour la défense de l'Identité séculaire Niçoise...

Voici un résumé des actions capitales effectuées par la LRLN (puis aussi sa branche politique le Parti Niçois) depuis sa naissance en 2001:

Nice_cote_d_azur

 Ce fut d'abord l'ouvrage référence NICE DEMAIN L'INDEPENDANCE, étude particulièrement brillante et extrêmement documentée, dans lequel l’auteur Alain Roullier-Laurens a apporté la preuve absolue que le traité de Turin, seul lien juridique entre la Pays de Nice est la France, est caduc pour de multiples raisons de droit et de fait :

 

24 Mars 1860, traité invalide et par la suite non respecté. 1er Avril 1860, occupation militaire française suivie d’un plébiscite truqué quinze jours plus tard. 8 février 1871, confiscation du vote séparatiste massif des Niçois et dictature à Nice. Juin 1940 : suspension du traité de Turin. Février 1947, traité de Paix international fixant les modalités de remise en cours des traités internationaux :: non respect par la France des clauses impératives fixant les modalités de remise en vigueur du traité de Turin…

L'e1871_CANONSxhumation de NICE CONTEMPORAINE (ouvrage brulôt, tenu sous clef à la Bibliothèque de Nice qui n’était accessible qu’à des personnes choisies et dont personne ne pouvait prendre copie) de Henri Sappia qui fonda plus tard la revue Nice-Historique et de l’Acadèmia nissarda, et qui était alors en exil volontaire à Londres, après le soulèvement séparatiste de Nice qui suivit les élections du 8 février 1871 et sa répression à la baillonnette. L’ouvrage imprimé à Londre fut saisi à la frontière française et pilonné ; seuls trois exemplaires existent au monde. Grâce à l’exemplaire conservé dans une célèbre bibliothèque en Italie, le président de la L.R.L.N. participa à sa traduction de l’italien et le fit publier ; le 29 septembre 2006, date du centième anniversaire de la mort d’Henri Sappia en 1906, une délégation de la L.R.L.N. déposa sur la tombe du grand Niçois, le premier exemplaire réimprimé de son livre interdit et détruit par la France. Le lendemain, il était en librairie à la disposition des Niçois qui un siècle plus tard pouvaient enfin prendre connaissance du texte capital qu’Henri Sappia leur avait adressé. Prophétiquement Henri Sappia avait placé en exergue au début de l’ouvrage cette formule latine de Virgile : « Forsan et haec olim meminisse juvabit. »... Et peut-être, un jour, le souvenir de ces évènements sera utile... Un siècle plus tard les Niçois prennaient connaissance de ce texte, et aujourd’hui, cinq ans plus tard, ce jour est venu. : le souvenir de ces évènements, va justifier que les Niçoises et les Niçois prennent le pouvoir chez eux. par les urnes comme ils l’auraient fait en 1871 si la puissance occupante n’avait pas répondu à leur vote par des canons et des baillonnettes... Aujourdhui, après la Déclaration de Genève (voir plus bas), on ne pourra plus employer la force pour faire taire les légitimes aspirations des Niçois à se gouverner eux-même.
 
r_volutionnaires_fran_aisNICE 1792-1814 du niçois Joseph André, lui aussi exhumé, traduit de l’italien et publié à Nice ; cet ouvrage s’appuyant sur une multitude de documents officiels originaux et des témoignages d’époque, nous a restitué une part importante de l’histoire de Nice occupée et martyrisée par la France révolutionnaire puis impériale, époque très peu connue et volontairement occultée.

Jous__GaribaldiGARIBALDI & NICE superbe ouvrage historique et iconographique, honoré de la prestigieuse préface de Giuseppe Garibaldi, descendant direct du héros des Deux-Mondes, Conservateur du Musée Garibaldi de Caprera, Président de l’Institut international pour l’étude de Garibaldi, qui a son siège à Rome, ce qui confère à cet ouvrage, à la fois la caution garibaldienne officielle et la qualité méritée de livre de référence. Caution confirmée par Giuseppe Garibaldi qui répondit à une correspondante niçoise lui demandant où elle pouvait trouver des renseignements sur son ancêtre : « Il n’y a que deux personnes qui peuvent vous parler de Garibaldi ; en France c’est Alain Roullier-Laurens, en Italie, c’est le Dr Achille Ragazzoni. ». La réponse du descendant direct du héros des Deux-Mondes, se passe commentaires.


Sans_titre___CopieLA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE : paru l’année où la France fêtait à Nice le 150e anniversaire de l’annexion ; cet ouvrage ne décline pas seulement les véritables raisons de l’annexion et le mécanisme des fraudes ; il met en lumière l’action du Comité pour Nice de Garibaldi, et le projet politique d’Arson qui eut fait de Nice le centre de l’Europe. En dévoilant pour la premiere fois le nom des Niçois qui, en 1860, avaient le droit de voter, et par voie de conséquence leurs ayant droit actuels, il permet au passé de peser sur la réalité d’aujourd’hui. L’auteur explique également pourquoi la violation par la France des dispositions du traité de paix de 1947, relatives à la remise en cours des traités avec l’Italie ainsi que la Déclaration de Genève, en date du 24 mars 2010, remettent en cause la validité de l’annexion et des lois françaises à Nice et en Savoie. Un député inquiet des conséquences nationales et internationales de l’abrogation du traité de Turin a très récemment posé une question écrite au ministre de l’Intérieur, envisageant même un processus de décolonisation pour Nice et la Savoie.

Viennent complèter la collection MASSENA, LA TRAHISON, LES LAURIERS ET LES OMBRES d’Alain Roullier-Laurens, paru l’année dernière ainsi que un témoignage capital concernant l'annexion frauduleuse de Nice, un de plus, du niçois Pierre Louis Caire, lui aussi exhumé de l’oubli et republié cette année : Annexion de Nice en 1860, UN NOUVEAU TEMOIGNAGE ACCABLANT de Pierre Louis Caire . Souvenirs historiques documentés de 1860 .

Tous ces ouvrages sont disponible en librairie et plus particulièrement à la librairie presse République, avenue de la République et à la librairie la Source rue Bonaparte, ainsi qu’au siège de la L.R.L.N.

38006900_mEn 2007, la LRLN a organisé à Nice  " le comité populaire pour le bicentenaire " créé pour l'occasion avec l’arrière-petit-fils de Garibaldi conservateur de la maison-musée de Garibaldi à Caprera et le seul autorisé par l’Etat italien à y résider, Président de l'Institut historique International des Etudes « Giuseppe Garibaldi » et le représentant officiel de Garibaldi en Italie et dans le monde. L'action du comité officiel « Giaume /Mangiapan » organisée par la force occupante et cautionnée par les associations culturelles dites « niçoises » ne fut qu'anecdotique pour le Peuple Niçois.

Alain_Roullier_LRLNPendant cette décennie, la LRLN n'a pas seulement répondu aux questions que le Peuple Niçois se posait depuis un siècle et demi sur son histoire grossièrement réécrite. L'année de la naissance du mouvement garibaldien, son président Alain Roullier-Laurens fut à la tête de la liste Sauver Nice. En 2008, alors arrivé en 3eme position, il a fait chuter Eric Ciotti dans le très symbolique 1er canton historique du port. Eric Ciotti avait été désigné à l'époque par l'ancien président du conseil général des alpes maritimes (Christian Estrosi) comme étant son successeur ! Eric Ciotti arrivera néanmois à ses fins suite à la mascarade de St Martin Vésubie et un jeu de chaise musicale cynique jetant à la face des Niçois le mépris qu'a pour la démocratie les sbires de la France jacobine !

ONU_1947_2010Le 24 mars 2010, date anniversaire de la signature du Traité de Turin en 1860, pendant que la force occupante fêtait la signature du déjà illégal « traité de Turin » , la L.R.L.N, par la très officielle Déclaration de Genève interpellait de Genève, la communauté internationale au sujet de l'abrogation dudit traité en 1947 par l'Organisation des Nations Unies ! Ce même jour historique, naissait la branche politique de la L.R.L.N: le Parti Niçois / Partit Nissart !

Pendant toutes les festivités concernant les 150 ans de l'annexion en 2010, en plus des ouvrages cités plus haut, la L.R.L.N. a également exhumé des articles du journal anglais The Times témoignant de l'annexion scélérate de 1860 et de la répression à la baillonnette du soulèvement séparatiste de 1871 !

Le 14 juin 2010, date anniversaire de l'annexion administrative du Pays de Nice, une délégation de la L.R.L.N. était présente sur place, accompagnée de sympathisants. Au moment où retentissait la Marseillaise, certains d’entre eux ont spontanément entonné Nissa la Bella à pleine voix . Instantanément, les forces de l’ordre jacobines se sont emparées d’eux et les ont conduits à la caserne Auvare, ce qui prouve à la fois que chanter l’hymne niçois à Nice est aujourd’hui un délit, et que la france jacobine est encore bien décidée à détruire définitivement l’identité niçoise qu’elle n’a pu détruire jusque là...!

Parti_nicois_2_1En 2011, pour les 140 ans de l'insurrection de 1871 la branche politique de la L.R.L.N, le Parti Niçois - Partit Nissart , a présenté des candidats aux élections cantonales et malgré l'amnésie de la propagande annexioniste et le silence des médias complices du pouvoir, les résultats des candidats garibaldiens ont été encourageant pour la suite du combat.

Catarina_SeguranaPendant cette première décennie du réveil du Peuple Niçois, la L.R.L.N. n'a eu de cesse de condamner les imposteurs parasitaires de la mouvance d'extrême droite française du bloc identitaire qui se cachent sous les jupons de Catarina Segurana et le vocable niçois usurpé : « Nissa rebela », titre d’une chanson niçoise, outrageusement plagié..

Les Niçois libres continueront de combattre toute idéologie qui ira à l'encontre de nos valeurs ancestrales ! Que cela soit dit une bonne fois pour toutes !

Le combat continue... Les temps calamiteux qui viennent, et nous sont imposés par la déliquescence morale et économique de la France que certains n’hésitent plus à qualifier de république bannanière où circulent les valises de billets, permettront aux Niçoises et aux Niçois de reprendre le pouvoir chez eux.

Notre devise : désintoxiquez vous de la politique française ! Ni gauche, ni droite, seulement Nice et l’intérêt des Niçois !!!

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

LIBERA NISSA !

30 juin 2013

Le 14 juillet n'est pas ma fête nationale, je sors mon Drapeau Niçois !

Non_franceComme c'est désormais le cas chaque année, nous invitons les Niçois à protester contre la déferlante bleu, blanc, rouge occasionnée par la fête national française le 14 juillet (symbole de la prise de la Bastille en 1789), en mettant en évidence le Drapeau Niçois !


r_volutionnaires_fran_aisHormis le fait que cette fête nationale ne soit pas la notre, il est utile de se souvenir des conséquences désastreuses que le Pays de Nice a subit, suite à la violente invasion révolutionnaire de 1792.
Les pillages et autres exactions en tout genre faites contre les Niçois provoquèrent même une enquête sollicitée par la Convention Nationale à Paris, c'est dire !

Les Résistants Niçois ( les Barbets ) qui rejetaient cette « ordre nouveaux » imposé par une force étrangère étaient cloués sur les portes et les habitants du Pays de Nice qui fuyaient la barbarie se voyaient traqués, comme ce fut rarement le cas dans l'histoire pour une population bien définie. Les émigrés Niçois étaient victimes de l'immense haine jacobine et de ce fait interdits sur tous les territoires occupés par la France républicaine. Pendant que leurs biens étaient pillés dans le Pays de Nice, les Niçois émigrés étaient obligés de errer sans répit chassés par la soldatesque révolutionnaire.

Sans_titre___CopieCette même France devenue impériale et si bien décrite par Victor Hugo dans « les  misérables » revint en 1860, mais cette fois par le biais d'une forfaiture désormais largement démontrée qui lui permit d'annexer le Peuple libre Niçois.

Toujours cette même France redevenue « républicaine », à l'occasion des élections législatives du 8 février 1871 et alors que le raz-de-marée séparatiste emportait tout, le préfet Dufraisse, refusant de tenir compte de la volonté 1871_CANONSpopulaire légalement exprimée par les urnes, décida le 10 février de suspendre le Dirrito ( journal séparatiste niçois ).
Cela provoqua plusieurs jours d'émeutes et la répression sanglante « des baïonnettes dans les torses niçois » dont témoigna Henri Sappia dans « NICE CONTEMPORAINE » ainsi que le journal Anglais « The Times ».

ONU_001___CopieSuivit l'abrogation du traité de turin par les instances internationales en 1947 qui était le seul lien juridique entre la France et le Pays de Nice.

Quel Niçois, qu'il soit de souche ou d'adoption et sachant désormais tout cela, pourrait encore prétendre célébrer la fête nationale française ?

Le 14 juillet, les Niçois honorent leurs ancêtres et mettent en évidence le seul drapeau légitime dans le Pays de Nice: le drapeau Niçois !

drapeau_ni_oisLe drapeau Niçois est disponible au siège de la L.R.L.N, 1 rue Caïs de Pierlas LRLN_porte_noire(porte verte foncé) mercredi et vendredi à partir de 16h (plan ).

19 juin 2012

De souche comme d'adoption: rejoignez les Niçois libres !

Les Niçois existent bien. Nous le savions évidemment, mais certains voudraient faire croire le contraire, comme ceux qui prétendent que les Niçois sont “un peuple résiduel”. La L.R.L.N (Ligue pour la Restauration des Libertés Niçoises) à voulu, en créant la Carta d’Identita Nissarda, recenser tous les Niçois de souche ou d'adoption, demeurant à Nice ou dans l'arrière-pays, qui revendiquent fièrement leur nissardité et nos valeurs ancestrâles, afin de resserrer entre Niçois les liens distendus pas notre société laquelle est le fruit d’une logique politique et économique qui nous a été imposée par Paris.

 

Pour les promoteurs et bénéficiaires de ce système, l’identité niçoise doit disparaître et il n’en doit rester que la tourte de blette, car un homme, tant qu’il est conscient que son identité est particulière, ne peut être facilement lobotomisé et transformé en numéro sur une ligne d’ordinateur.

 

Etre titulaire d’une Carta d’Identita Nissarda, c’est d’abord s’affirmer en tant que Niçois avant tout, entrer en communion d’esprit et d’action avec désormais les milliers de Niçois qui l’ont également, et reconstituer avec eux une force niçoise, basée sur des valeurs niçoises afin de pouvoir s’opposer plus efficacement à tous ceux qui détruisent Nice.

 

C’est aussi protester contre le saccage de notre ville et la panbagnatisation de l’identité niçoise, transformée en folklore à deux sous, qui sert de faire-valoir aux politiciens locaux et amuse les touristes parisiens en safari chez nous.

 

La Carta d’Identita représente la condamnation de tout ce qui nuit à notre identité, l’union de ceux qui aiment Nice et surtout l’amorce d’un grand renouveau niçois, ce qui est un immense espoir.

 

Comme l'ont fait des milliers de Niçois depuis sa création, que vous soyez Niçois de souche ou d'adoption: Rejoignez nous !

  

 

siege_LRLNPour obtenir la Carta d’Indentita Nissarda téléphonez au 06 12 86 25 05 ou rendez-vous au siège de la L.R.L.N au 1 rue Caïs de Pierlas – 06300 Nice, le vendredi après-midi de 16h à 19h30 ( ou sur rendez-vous).

07 juillet 2011

Drapeaux Niçois le 14 juillet qui n'est pas notre fête nationale !

Le 14 juillet n'a jamais été, n'est pas et ne sera jamais la fête nationale des Niçois.
Non_franceSuite à la révolution française de 1789 (qui aurait enfanté selon les intégristes jacobins français la République et les droits de l'homme), les habitants du Pays de Nice furent envahis, pillés, martyrisés et pourchassés sans répit durant les vingt et deux longues années d'occupation appelées sans vergogne: le premier rattachement.
Durant cette période, des décrets d'extermination des Résistants Niçois (qui refusaient cet ordre nouveau venu de l'étranger ) furent instaurés par la force occupante et les émigrés Niçois réfugiés dans le Piémont, furent même plus tard à nouveau poursuivis et chassés sans relâche.
En 1800, le général Grouchy ordonna que les émigrés Niçois soient chassés du Piémont, à son tour envahit par la France révolutionnaire, et signifia que « les émigrés Niçois ne pourraient habiter aucun pays occupé par les armées françaises ni les républiques alliés, sous peine d'être arrêtés et punis selon la rigueur de la loi ». Traqués, comme ce fut rarement le cas dans l'histoire pour une population bien définie, les émigrés Niçois étaient victimes de l'immense haine jacobine et de ce fait interdits sur tous les territoires occupés par la France républicaine. Pendant que leurs biens étaient pillés dans le Pays de Nice, les Niçois émigrés étaient obligés de errer sans répit chassés par la soldatesque révolutionnaire. En l'an 11 de la république française, au nom de la liberté et de l'égalité, LA SEGREGATION RACIALE fut même instaurée à Nice.
Site ( les Barbets )

Libéré suite à la chute de l'empire en 1814, le Peuple Niçois sera de nouveau envahi et annexé par la force et la fraude par la France en 1860. En 1871, les élections législatives virent la victoire écrasante des séparatistes menés par Garibaldi spoliée par les baïonnettes françaises!

DRAPEAU_NISSARTLe jour de la fête nationale française, en hommage à nos glorieux Barbets, Garibaldi, Sappia, Joseph André et toutes les Niçoises et les Niçois anonymes qui ne se sont JAMAIS soumis, mettons le Drapeau Niçois à notre fenêtre ou partout où l'on pourra le mettre en évidence !

Ne jouez plus aux Niçois, soyez Niçois !

Le 14 juillet n'est pas notre fête nationale !

« Du coté du peuple est la conscience du devoir, c'est cette résolution qui fait réussir les entreprises les plus difficiles ».
 Garibaldi.

30 octobre 2010

En 1851, le Peuple Niçois menaçait le Gouvernement Sarde de proclamer son indépendance !

LRLN_1851

En cette année 2010, nous nous sommes efforcés de répondre à la frénétique propagande négationniste menée par le maire actuel de Nice et sa cour, en exposant des documents qui ne montrent aucun doute sur leur crédibilité. Articles du journal anglais THE TIMES , les ouvrages issus de la collection Les Cahiers de l'annexion  étayés par des archives diplomatiques et autres, qui démontrent la forfaiture de 1860 et révèlent le vote séparatiste écrasant en 1871 qui fut spolié par la répression sanglante de la IIIeme république...

Dans ce nouveau document inédit datant de 1851, Le peuple Niçois défend avec une grande fermeté    « le Contrat d'Union de 1388 par lequel le Comté de Nice se donna librement à la Maison de Savoie ». Nous pouvons facilement évaluer dans quel état d'esprit se trouvait le Peuple Niçois, neuf ans avant d'être annexé par la France. Cette archive capitale témoigne de l'opinion publique du peuple qui connaissait et défendait ses droits issus du traité de 1388.

Comment un peuple resté aussi attaché à ses droits et ses franchises durant 463 années aurait-il pu, seulement neuf ans plus tard, tout oublier et se donner volontairement à la France jacobine qui lui enlèvera toute forme de liberté?

Le  14 mai 1851, suite à l’annonce de la suppression prochaine de la franchise dont jouissait le port, de violentes émeutes éclatèrent à Nice ; la rupture avec le royaume de Sardaigne fut même envisagée, le traité conditionnel signé en 1388 entre Nice et la Maison de Savoie étant remis en cause. « Le Peuple de Nice rappelle le Gouvernement Sarde à la foi des traités » et « à défaut: le Peuple de Nice plaçant le droit au dessus de la force, serait réduit à considérer le contrat d'annexion comme rompu par le Gouvernement lui-même, et à revendiquer son indépendance ».
Charles_Felix

Les Niçois furieux mutilèrent la statue de Charles-Félix et plus précisément le doigt qu’elle pointait vers le port. Cette statue amputé de son doigt est toujours au port de Nice mais sa réplique, qui trônait à l'entrée de la mairie de Nice, a été remplacée au début de la mandature de Christian Estrosi par le pouce de l'artiste français: César.
Un véritable doigt d'honneur au Peuple Niçois !

18 mai 2009

Site officiel de la Ligue Niçoise

barreblolrln

Posté par LIBERA NISSA à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

28 mars 2009

Honneur aux Barbets: Résistants Niçois !

d_cret_GaLa République française appelait, et appelle toujours les Barbets par le biais d'associations pseudo-culturelles  niçoises, brigands alors que ce sont des héros morts pour la liberté de leur pays.
Outre les fusillés, il convient de citer également les Barbets en fuite pourchassés par les autorités françaises qui avaient pris les dispositions suivantes : " Arrêté d' ELIMINATION du Ministre de la Police Générale du dix-neuf Germinal, An neuf de la République Française".
Les Bleus clouèrent le cadavre de l'un d'eux dit "Lalin" sur la porte de sa propre mère à l'Escarène, avant de l'exposer à Nice à la grande fureur de la population. La France les appela bandits (comme il n'y a pas si longtemps l'occupant allemand et les collaborateurs qualifièrent les résistants de terroristes) alors que tous avaient un métier et que l'on trouve même parmi les suppliciés et les fugitifs de l'An neuf, un notaire, un pharmacien, un orfèvre, un officier, un prêtre, un limonadier, un cordonnier, des cultivateurs, tous les représentant de la société civile du Pays de Nice, à l'époque!


Pays de Nice 1792-1814 (Honneur aux Barbets)
envoyé par Libera_Nissa. - Découvrez des webcam de personnalités du monde entier.

Posté par LIBERA NISSA à 19:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,