160 ans d'Annexion de Nice: Estrosi récidive en insultant la mémoire des niçois !

160 ans union Nice france 14 juin

Non content d'avoir célébré le cent cinquantenaire de l'annexion scélérate de 1860 en 2010, voici que notre « bon maire niçois jusqu'au bout des ongles », remet le couvert ce dimanche 14 juin, en nous resservant la vieille soupe périmée jacobine cuisinée par la IIIème république à laquelle plus personne ne veut gouter à Nice.

 La parade partira du monument du centenaire qui fut érigé en hommage à la «  première union », de Nice à la France qui se fit en pillant, martyrisant, expulsant et clouant sur les portes les niçois qui osaient résister au nouvel ordre imposé !

S'en suivra probablement un passage devant le monument stalinien en ferrailles rouillées érigé en 2010, au cas où les niçois auraient oublié « qu 'ils se sont donnés volontairement » à la France, pour ensuite rejoindre une messe à la gloire de « l'union » célébrée par Monseigneur MARCEAU à la Cathédrale Sainte-Réparate.

Il serait peut-être utile de demander à Monseigneur MARCEAU ce qu'il pense de la conversion forcée de la Cathédrale Sainte-Réparate en temple de « la déesse raison » et du saccage de Notre Dame de Laghet lors de «  la première union » !

 Cette pantalonnade inutile ne convaincra que les lèches bottes d'Estrosi ainsi que les colons jacobins pathologiques pour lesquels personne ne peut plus rien...

 Car au delà de la revendication souverainiste ou l'acceptation par les niçois de l'annexion du Pays de Nice à la France, il y a l'honnêteté intellectuelle qui prévaut !

 Malgré le grand nombre de preuves étayées par des documents et archives diplomatiques irréfutables et d'ailleurs toujours irréfutées par ceux-mêmes qui fêtent « les 160 ans de l'union », les ayatollahs jacobins continuent de raconter le mensonge d’État comme le font les fondamentalistes religieux qui récitent leurs versés en s'interdisant de remettre en cause un seul paragraphe de leur livre sacré écrit selon eux par Dieu !

 Vous pourrez apporter toutes les preuves que vous voulez que la terre est ronde, il y en aura toujours qui diront qu'elle est plate parce que c'est écrit dans leur livre sacré !

Il y a dix ans, une délégation de la L.R.L.N. était présente sur place, accompagnée de sympathisants. Au moment où retentissait la Marseillaise, certains d’entre eux ont spontanément entonné Nissa  la Bella à pleine voix. Instantanément, les forces de l’ordre jacobines se sont emparées d’eux ; conduits à la caserne Auvare, ils ont été photographiés avant de subir la litanie habituelle vantant la sainteté du drapeau tricolore, devant lequel les Niçois devaient s’incliner, alors qu’en 1792 il présida aux horreurs révolutionnaires à Nice, et en 1860 et 1871 à la confiscation par la force de leur liberté. Mais ces explications teintées d’arrogance coloniale, s'adressant à des Niçois et non la faune habituelle, ont vite été battues en brèche par un interpellé descendant de la célébrissime famille Galléan, qui à maintes reprises dans l’histoire se couvrit de gloire en défendant Nice. Bon sang ne saurait mentir et la réponse de « l’interpellé » a été à la hauteur des mensonges déclinés par les « interpellants » ; l’honneur était donc sauf ».

 A l'occasion des festivités organisées en 2010, deux ouvrages ont été édités concernant l'annexion de 1860.

union de nice france

L'un, un gentil roman préfacé par Christian Estrosi, qui met en scène deux frères issus du petit peuple niçois qui se déchirent parce que l'un, sage et pragmatique admire Napoléon III et bien évidemment pour l'annexion par la France et l'autre, sous le charme de Garibaldi, aventurier et romantique: contre !

En face, et passé sous silence, « LA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE » d'Alain Roullier-Laurens, un ouvrage historique étayé par des documents irréfutables, archives diplomatiques, témoignages capitaux qui démontrent de façon éclatante les forfaitures ignobles vécues par nos anciens en 1860, suivi de 1871 et 1947...

 « Le choix des couleurs » n'a malheureusement jamais eu lieu, c'est uniquement le titre d'un gentil roman à l'eau de rose...

« Le choix des couleurs »  est seulement une fable jacobine...

 « LA VERITE SUR L'ANNEXION DE NICE » dévoile en détail, avec une grande précision, les turpitudes qui nous ont mené à devenir français malgré nous.

Aujourd'hui il n'y a que deux choix pour les Niçois... celui entre le roman national français et la Vérité !

 Nissarts, que vous soyez souverainistes ou pas, n'ayez pas peur de dire la Vérité quand ils falsifient ouvertement l'histoire de nos ancêtres !

 

« Coura lu Françès pisson contra lou vent de l'istoria, si bagnon la camilha » !